Rechercher
  • L. GILMAN

GENESE 12



Verset 1

A la mort de son père, Abraham va recevoir l’ordre de partir de Charan pour aller là où Dieu lui montrera "dans le pays que je te montrerai".

Térach allait vers Canaan, était-ce de sa propre initiative ou parce que Dieu lui avait parlé, cela n’est pas précisé. Il avait une direction claire dans son esprit et pourtant cela ne l’a pas empéché d'arrêter sa course à mi-chemin.

Abraham n’a pas de direction précise, c’est Dieu qui lui demande clairement de partir sans lui donner de destination. Heb 11:8 8 C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait.

En clair, YHWH dit à Abraham « Va et fais moi confiance ! »


Lorsque nous quittons notre ancienne vie pour suivre Christ, nous ne savons pas où nous nous dirigeons, c’est pourquoi le Seigneur ne cesse de dire dans sa parole que nous devons lui faire confiance. Tous sans exception, dès lors que nous avons décidé de suivre Christ, nous devons quitter notre pays, notre patrie et notre famille pour aller vers Canaan. Jésus a dit Lc 14:26 Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

Le pays représente notre identité sur la terre, la patrie est le symbole du confort, de nos habitudes, de nos coutumes, nos traditions et la famille, ce sont nos proches, ceux avec qui nous avons grandi.

Tout quitter, pour avoir une nouvelle identité, ne plus être attaché au confort, abandonner ses anciennes habitudes, les coutumes et les traditions humaines. Ne plus tourner son regard vers le passé, en se détachant des liens familiaux. Pour suivre Christ, il faut partir vers Canaan et quitter son pays, sa patrie et sa famille ! Jésus a dit : Mat 14:24 Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui–même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.


Verset 2 à 4

Les promesses sont merveilleuses pour Abraham. Elles sont éternelles et pour tout ceux qui suivent Jésus ! Mat 16:25 Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.


Abraham va laisser sa vie passée et partir dans l’inconnu complet, mais il n’est pas seul, il est avec Dieu, il a décidé de le suivre pour le restant de sa vie en laissant là tout ce qu’il a construit depuis tant d’années. Lc 14:33 Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. Abraham reçoit une promesse de la part de Dieu et ne discute pas, il le croit sur parole et obéit à sa demande.


Aujourd’hui nous n’avons plus besoin d’entendre Dieu audiblement, car toutes ses promesses sont à notre portée dans Sa Parole. Elles sont pour chacun de ceux qui le suivent. Gal 3:16 Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit : et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule : et à ta postérité, c’est–à–dire, à Christ.

Comme Dieu l’a fait à Abraham, il nous demande aussi de tout quitter et de lui faire confiance. Il bénira toutes nos entreprises à condition que nous lui les remettions, il bénira nos enfants, notre maison si nous lui restons fidèles et il nous conduira dans le pays promis là où coule le lait et le miel, là où il n’y aura plus de pleurs, ni de deuil, ni de souffrances, si nous marchons avec lui jusqu’au bout.


Abraham a la foi en son Dieu, avons-nous la foi en lui ? Sommes-nous prêts à suivre Dieu sans savoir où il nous emmène ? Sommes-nous prêt à tout quitter pour lui ? Partout dans le monde, des chrétiens souffrent le rejet à cause de Christ, et nous ? Qu’en est-il lorsque nous sommes rejetés ? Acceptons-nous de suivre Jésus quel qu’en soit le prix ?


Abraham a 75 ans et nous savons que puisque l’espérance de vie a bien chuté depuis Adam, Abraham est relativement âgé.


Verset 5

Il va ainsi partir avec ses serviteurs et servantes, ainsi qu’avec Lot, son neveu. Dans ce passage, on pourrait penser qu’Abraham sait où il va, puisqu’il est écrit « et ils partirent pour se rendre dans le pays de Canaan », mais Paul nous précise qu’il ne savait pas où il allait. Heb 11:8 C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait.

Dieu l’a dirigé vers Canaan et Abraham s’est laissé guidé par lui.


Canaan est une terre d’environ 350 km de longueur sur 140 km de largeur. Elle est située entre la mer Méditerranée, le désert, l’Egypte et les montagnes d’Arabie, du Liban et de la Phénicie.


Verset 6 à 9

Abraham arrive dans la région et Dieu lui apparait et lui dit clairement que ce pays sera pour lui et sa descendance. Alors Abraham va faire un autel en l’honneur de l’Eternel, à l’endroit même où Dieu lui est apparu. Il va s’installer dans la région montagneuse pour un temps, puis changera de lieu au fur et à mesure.



Verset 10 à 13

Abraham a une grande foi, mais il reste néanmoins un homme pécheur, un homme qui connait la peur et qui agit parfois dans la chair. La famine l’entraine à aller en Egypte pour pourvoir aux besoins de sa famille, mais il va user de ruse par peur des égyptiens.

Sa femme est belle et il pense que sa beauté va entrainer sa mort si les égyptiens apprennent qu’elle est son épouse. Alors, Abraham ne va pas vraiment mentir, puisque sa femme est également sa soeur, mais il va cacher une partie de la vérité.

Abraham est un homme de foi extraordinaire, quittant tout pour son Dieu, mais c’est aussi un homme faible dans d’autres circonstances. Par peur des autres, il est prêt à cacher la vérité.


Ne sommes-nous pas parfois comme cela ? La peur ne nous entraine t’elle pas parfois à nous taire et à donner une image de nous que nous ne sommes pas réellement ?


Dieu dirige nos pas et pourtant, il arrive que la famine survient. Abraham aurait-il du rester et faire confiance en Dieu ? Ou avait-il raison de partir, mais en affrontant la réalité jusqu’au bout, c’est à dire en ne cachant pas son rôle d’époux. Dieu aurait-il abandonné Abraham, alors qu’il manquait de nourriture ?

Abraham est un homme de grande foi et pourtant, c’est un homme qui a aussi ses faiblesses. Dans le cas présent, il a manqué de foi parce qu’il ne s’en est pas remis à Dieu, il a agi par sa propre initiative.


Verset 14 à 15

Saraï n’est plus une jeune femme, elle a 65 ans à cette période. Nous savons en effet que Saraï a 10 ans de moins que son mari. Gen 17:17 Abraham tomba sur sa face ; il rit, et dit en son cœur : Naîtrait–il un fils à un homme de cent ans ? et Sara, âgée de quatre–vingt–dix ans, enfanterait–elle ?

Même si à cette époque de l’histoire, les hommes et les femmes vivaient plus longtemps, il n’en reste pas moins qu’à 65 ans, une femme n’est plus aussi jolie qu’à 20 ans. Or, nous voyons que Saraï plait énormément, exactement comme Abraham l’avait soupçonné en arrivant dans ce pays. Nous savons par là que Saraï était vraiment une très jolie femme.


Verset 16

Grâce à son épouse en quelque sorte, Abraham est devenu un homme riche. Pharaon l’a comblé de troupeaux et de serviteurs et servantes, en sorte qu’il ne manque de rien.


Verset 17 à 20

Dieu ne tolère ni le mensonge, ni l’immoralité sexuelle. A cause du « demi » mensonge d’Abraham, Pharaon va risquer de commettre l’immoralité sexuelle. Abraham a très mal agi, car il savait que sa femme serait exposée à ce genre de problème. Pharaon a t-il eu des relations sexuelles avec Saraï ? Cela n’est pas très clair. Il est dit : «je l’ai prise pour femme ». Avait-il l’intention de l’épouser ou l’avait-il déjà fait ?

Dieu va intervenir par la force afin de stopper le quiproquo qui est en train de se passer. Saraï n’a pas le choix, c’est une femme soumise et elle ne s’interpose ni à son véritable mari, ni à celui qui la convoite pour la faire devenir sa future épouse. Quant à Pharaon, il n’est pas sensé mal agir, puisqu’il ne sait pas qu’elle est déjà mariée !

Dieu s’interpose en frappant Pharaon, ce qui va mettre ce dernier très en colère contre Abraham.


Abraham récupérera son épouse mais sera chassé de l’Egypte, alors qu’il était venu pour y trouver refuge pendant la famine. Est-ce une grâce particulière, la réponse à une prière ? Nous ne savons pas comment il vivait la séparation avec sa femme. Il était béni matériellement, mais la femme qu’il aimait n’était plus à ses côtés. Peut-être avait-il demandé pardon au Seigneur et lui avait-il demandé de lui rendre son épouse ?


Quoi qu’il en soit, Dieu protège ses enfants. Il a un plan pour chacun de nous, et même si nous passons par des épreuves et que nous nous confions en lui, il nous délivre de nos adversaires. Ps 91:2-3 Je dis à l’Eternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie ! Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.

Cela ne doit pas être une occasion pour agir charnellement, mais la main de Dieu est sur ces oints, sur ceux qui l’aiment et marchent avec lui Ps 105:15 Ne touchez pas à mes oints, Et ne faites pas de mal à mes prophètes !




16 vues