Rechercher
  • CHARLES SPURGEON

REGARDEZ À JESUS



L’a-t-on regardé ? On en est illuminé, et leurs faces ne sont point confuses

(#Ps 34:6).


D’après la liaison qui existe entre mon texte et le verset précédent, il est clair que ces mots : L’a-t-on regardé ? se rapportent au Seigneur. « A-t-on regardé l’Éternel ? On en est illuminé » ; telle est donc la déclaration du psalmiste. Et cependant nul homme, j’ose l’affirmer, n’a jamais regardé Jéhovah tel qu’il est en lui-même sans en être troublé. En dehors de Jésus-Christ, la notion d’un Dieu absolu ne saurait procurer aux cœurs angoissés la moindre consolation. Nous pouvons, il est vrai, regarder au Tout-Puissant, mais nous serons aveuglés, car la lumière inaccessible où il habite est trop éblouissante pour que nous puissions la supporter ; et de même que nul œil mortel ne peut fixer impunément l’astre du jour, de même nulle intelligence humaine ne saurait regarder au Créateur sans que l’éclat de la divine essence ne frappe l’œil de son esprit d’une cécité éternelle. La seule manière dont nous puissions contempler le Très-Haut, c’est comme au travers du médiateur Jésus-Christ. Oui, jusqu’à ce que je considère Dieu manifesté en chair, la divinité se voilant sous l’humanité, mon cœur, je le répète, ne peut trouver la paix ; mais dès que j’accepte par la foi le mystère de l’incarnation, oh ! Alors, je puis avec assurance élever mes regards vers Dieu, car il s’est abaissé jusqu’à moi, et ma pauvre intelligence bornée peut le comprendre et le saisir. Je vais donc appliquer les paroles de mon texte à notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Et je crois que cette interprétation est parfaitement légitime ; car, du moment qu’une âme regarde à Dieu tel qu’il s’est montré à nous en Jésus, du moment qu’elle envisage la divinité rendue visible dans la personne de l’Homme, né de la vierge Marie et crucifié sous Ponce Pilate, on peut dire en toute vérité que cette âme est illuminée : son entendement reçoit des flots de lumière, et son cœur des rayons de consolation.


Je me propose, mes chers auditeurs, de vous inviter en premier lieu à regarder à Jésus DANS SA VIE SUR LA TERRE, et j’espère que quelques âmes recevront du bien de cette première contemplation. Je vous exhorterai ensuite successivement à regarder à lui DANS SA MORT, DANS SA RÉSURRECTION, DANS SON ASCENSION, DANS SON OFFICE D’INTERCESSEUR, et enfin DANS SON SECOND AVÈNEMENT. Et veuille le Seigneur que, regardant à lui d’un œil fidèle, mon texte se réalise en chacun de nous, en sorte que nous reconnaissions par une douce expérience la vérité de ces paroles : L’a-t-on regardé ? On en est illuminé.


I.


D’abord, avons-nous dit, nous allons contempler le Seigneur Jésus DANS SA VIE. Et ici, le croyant sous l’épreuve trouvera surtout de précieuses lumières pour éclairer son âme. Dans l’exemple de Jésus, dans sa patience, dans ses douleurs, il y a comme des étoiles resplendissantes, capables de dissiper les épaisses ténèbres de la sombre nuit de l’adversité. Approchez donc, ô vous, enfants de Dieu ; et si seulement le Saint-Esprit daigne dessiller les yeux de votre entendement, quelles que puissent être vos épreuves, soit temporelles soit spirituelles, vous trouverez dans la vie de votre Sauveur et dans ses souffrances d’abondantes sources de consolations et de joie. Peut-être, sans doute même, devrais-je dire, il y a en cet instant devant moi plus d’un infortuné qui se débat dans les abîmes de la misère. Enfant du travail et de la peine, il ne mange son pain qu’au prix de bien des sueurs ; le joug pesant de l’oppression blesse son cou ; le dénuement sous toutes ses formes lui fait sentir son aiguillon. Peut-être, tandis, que je parle, endure-t-il secrètement les tortures de la faim, et, quoique dans la maison de Dieu, il ne peut imposer silence aux besoins impérieux de son corps qui défaille et qui souffre … Ô mon pauvre frère en Jésus, regarde à lui, regarde à lui, et tu seras illuminé ! Comment te plaindrais-tu de ta pauvreté, de ton abandon, de ta grande détresse ? Ton Maître ne t’a-t-il pas prédit que tu aurais des tribulations dans le monde, et ne sais-tu pas que c’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu ? (#Ac 14:22). Regarde à Jésus, te dis-je. Vois-le jeûnant pendant quarante jours. Vois-le suivant péniblement un chemin aride, puis accablé de fatigue et de soif, s’asseyant sur le bord du puits de Sichar ; et entends-le, lui le Seigneur de gloire, lui qui tient les nuées dans le creux de sa main, entends-le disant à une femme samaritaine : « Donne-moi à boire ». Et le disciple serait-il donc plus que son maître, ou le serviteur plus que son seigneur ? Si Jésus a souffert la faim, la soif, les privations de toutes sortes, ô déshérité de la terre, porte ton fardeau sans murmures. Dans toutes ces choses, tu es en communion avec ton Sauveur ; ne te laisse donc plus abattre en perdant courage, mais regarde à lui et tu seras illuminé.


Mais peut-être, mon bien-aimé ton épreuve est-elle d’une autre nature. Peut-être es-tu venu ici ce matin, le cœur saignant encore des blessures que t’a infligées la langue venimeuse de cette vipère immonde qu’on nomme la calomnie. Quoique pure et sans tache devant Dieu, ta réputation semble perdue devant les hommes ; tes détracteurs ont cherché à flétrir ce qui t’était plus cher que la vie : ton honneur, ta bonne renommée ; tu as été accusé de crimes dont ton âme a horreur ; c’est pourquoi tu es aujourd’hui rassasié d’amertume et enivré d’absinthe. J’en conviens, ton épreuve est bien lourde, ô enfant de douleurs ; car si la pauvreté est comme le fouet de Salomon, la médisance, on peut le dire, est comme les pointes de Roboam, et si le joug de la misère est pesant, celui de la calomnie est plus pesant encore (allusion à #1R 12:8-14). Cependant, quelque amère que soit ta peine, en Christ tu peux trouver des consolations. Viens, mon frère, regarde à lui et tu seras illuminé. Le Roi des rois fut appelé un Samaritain ; on l’accusa d’avoir un démon, et lui en qui résidait la suprême sagesse fut taxé de folie. Sa vie ne fut-elle pas toujours pure et sainte ? Et pourtant on le traita de mangeur et de buveur, d’ami des péagers et des gens de mauvaise vie. N’était-il pas le Fils bien-aimé du Père ? Ne possédait-il pas toute puissance sur la terre et dans le ciel ? Et pourtant on disait de lui qu’il chassait les démons par Béelzébul, le prince des démons. Courage donc, pauvre victime de la calomnie, essuie cette larme qui mouille ta paupière. S’ils ont appelé le père de famille Béelzébul, combien plus appelleront-ils ainsi ses domestiques ! (#Mt 10:25). Sans doute, si on avait honoré ton Maître, tu aurais pu t’attendre à ce qu’on t’honorât à ton tour ; mais puisqu’on l’a couvert d’injures, puisqu’on a cherché à ternir sa gloire, ne t’étonne point d’être en butte à la malice du monde, et ne rougis point d’être l’objet de ses outrages. Jésus marche à tes côtés dans le dur sentier de l’ignominie ; il porte sa croix devant toi, et cette croix était autrement lourde que la tienne ! Encore une fois, regarde à lui, et tu seras illuminé.


Mais j’entends un autre de mes auditeurs qui s’écrie : « Ah ! Mon affliction est plus grande encore. Je ne suis ni poursuivi par la calomnie, ni oppressé par le besoin, mais la main de Dieu s’est appesantie sur mon âme. Le Seigneur m’a remis en mémoire mes transgressions passées ; il m’a caché la clarté de sa face. Il fut un temps où j’étais assuré de mon salut ; je pouvais en quelque sorte lire mon nom inscrit dans le livre de vie ; mais aujourd’hui, hélas ! Je suis tombé bien bas. Le Seigneur m’a élevé, et puis, il m’a jeté par terre ; comme un lutteur, il m’a élevé, afin de me lancer loin de lui avec d’autant plus de force ; mes os sont épouvantés, et mon esprit s’est fondu d’ennui ". Eh bien ! Mon frère angoissé, à toi aussi je dis : regarde à Jésus, et tu seras illuminé ! Ne gémis plus sur tes doutes, sur tes misères, mais viens avec moi et regarde à ton Sauveur. Vois-tu le jardin des Oliviers ? La nuit est froide, le sol crie sous tes pas, car la gelée l’a durci ; et là, au milieu des ténèbres et du silence, ton Sauveur est à genoux. Écoute-le. Comprends-tu le sens de ses gémissements, le langage de ses soupirs ? Sûrement tes angoisses ne sont rien auprès de celles qui devaient peser sur son âme quand des grumeaux de sang découlant de tout son corps, teignaient le sol autour de lui. Et tes combats, oserais-tu les comparer aux siens ? Vois-le en Gethsémané, luttant corps à corps contre les puissances des ténèbres. Écoute, oh ! Écoute surtout le cri déchirant qui sort de ses lèvres au dernier et solennel moment de son agonie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Et lorsque tu l’auras entendu, ce cri d’une indicible angoisse, ne trouve point étrange, ô mon bien-aimé, si tu es appelé toi aussi à te mesurer parfois avec Satan, et ne murmure point, comme s’il t’arrivait quelque chose d’extraordinaire, alors même que tu devrais te joindre au lama sabachthani de ton Maître, ou suer avec lui quelques gouttes de sa sueur sanglante. L’a-t-on regardé ? On en est illuminé.


Il se peut aussi que j’aie en cet instant devant moi quelque fidèle persécuté pour la justice. « Hélas, s’écrie-t-il, je ne puis pratiquer en paix les commandements de mon Dieu. Mes proches, mes amis sont ligués contre moi ; ils me suscitent mille entraves. Je suis en butte aux sarcasmes, aux moqueries, aux humiliations de toute sorte pour le nom de Christ. » Et que t’importe, enfant de Dieu ? Ne crains rien, mais regarde à ton tour à Jésus, et tu seras illuminé. Souviens-toi des persécutions sans nombre auxquelles ton Sauveur se soumit pour l’amour de ton âme. Pense, oh ! Pense, aux soufflets et aux crachats, aux insultes des soldats et aux huées de la foule. Pense à cette marche terrible à travers les rues de Jérusalem, lorsque tous le bafouaient à l’envie, et que ceux-là même qui allaient être crucifiés avec lui l’accablaient de leurs injures. Dis, mon frère, n’as-tu .jamais été plus maltraité que lui ? N’as-tu jamais subi de plus grands outrages ? … Oh ! Il me semble qu’un seul regard jeté sur l’Homme de douleurs, devrait suffire pour ranimer le chrétien le plus timide, et pour lui faire ceindre son armure avec un nouveau courage ! Eh quoi ! Rougirions-nous d’être aussi déshonorés que notre auguste Chef ? C’est en regardant à Jésus persécuté, que les nobles martyrs des temps passés furent rendus capables de braver pour son nom les bûchers et les tortures. Ils savaient, ces vaillants soldats de la croix, qu’au sortir de la terrible mêlée où ils allaient laisser leur vie, une glorieuse couronne les attendait, la sanglante couronne du martyre ! C’est pourquoi ils demeuraient fermes, comme voyant Celui qui est invisible ; et cette vue les fortifiait, au sein même des plus cruelles douleurs. Ils considéraient Celui qui a souffert une si grande contradiction des pécheurs, afin qu’ils ne s’abattissent pas en perdant courage ; ils résistaient jusqu’au sang, combattant contre le péché (#Hé 11:27; 12:3,4) ; et sachant que leur Maître avait fait de même, son exemple soutenait leur constance. Ah ! Mes frères et mes sœurs bien-aimés, si nous regardions plus à Christ, croyez que nos épreuves ne nous paraîtraient plus si sombres. Même par la nuit la plus noire, un regard vers Christ suffit pour éclairer le ciel de ses enfants. Oui, fussions-nous entourés d’une obscurité tellement épaisse, que pareille à celle du pays d’Égypte, on pût la toucher de la main (#Ex 10:21) ; fussions-nous, pour ainsi dire, emprisonnés dans des murailles de ténèbres massives, un simple regard sur Jésus serait encore pour nous comme le brillant éclair qui sillonne la nue, — aussi brillant, mais non aussi fugitif. Que sont en effet les fatigues de la route, pour l’âme qui contemple Christ ? Réjouie par sa voix, fortifiée par sa force, elle est prête à tout faire, à tout souffrir, et pourvu qu’il la soutienne jusqu’à la fin, à obéir, comme lui, jusqu’à la mort.


Ô vous donc, chrétiens travaillés et chargés, quelles que soient vos épreuves, souvenez-vous de regarder à Jésus dans sa vie, et vous serez illuminés.


* * *


II.


Et maintenant, mes frères, je vous convie à contempler un spectacle plus lugubre encore ; mais, chose étrange ! À mesure que l’horizon s’assombrit autour de Jésus, pour nous, son éclat augmente. Plus le Sauveur s’enfonce dans les abîmes de la douleur, plus brillantes sont les perles qu’il nous procure : plus amères sont ses angoisses, plus vives sont nos joies, et, plus profondes ses humiliations, plus éclatantes nos gloires. Venez donc, mes chers auditeurs, — et cette fois je m’adresse aux pauvres pécheurs craintifs et tremblants, aussi bien qu’aux âmes croyantes, — venez regarder à Jésus DANS SA MORT. Montons ensemble au Calvaire. Là, sur le sommet de la colline, en dehors des portes de Jérusalem, au lieu où l’on avait coutume d’exécuter les malfaiteurs vulgaires, là, dis-je, sont dressées trois croix. Celle du milieu est réservée pour un homme considéré comme le plus grand des criminels. Voyez ! On l’a cloué à la croix. Et cet homme, c’est le Prince de la vie, c’est le Seigneur de gloire, aux pieds duquel les armées célestes se plaisent à verser nuit et jour des coupes pleines de parfums et de louanges ! Ô mystère des mystères ! … On l’a cloué à la croix ; il est suspendu entre le ciel et la terre, meurtri, sanglant, agonisant. Il a soif et il pousse un cri de détresse. On apporte du vinaigre et on le présente brutalement à ses lèvres. Il souffre, il se meurt, il aurait besoin de sympathie, mais on l’insulte, et on s’écrie avec une cruelle ironie : Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même ! On dénature ses paroles ; on le défie maintenant de détruire le temple et de le rebâtir en trois jours, de sorte qu’au moment même où cette prédiction se réalise, on se moque de son impuissance à l’accomplir. Oh ! Voyez-le, avant que le voile s’abaisse sur une agonie trop poignante pour que l’œil puisse en supporter la vue ! Regardez-le … Y eut-il jamais un visage navré comme son visage ? Y eût-il jamais un cœur aussi gros de souffrances que son cœur ? Et quels yeux ne reflétèrent jamais comme les siens le feu dévorant d’une brûlante angoisse ? Oh ! Venez, approchez, considérez-le ; venez et regardez maintenant à Jésus. Le soleil s’est éclipsé, refusant d’éclairer ce déchirant spectacle. La terre tremble, les morts se lèvent, les horreurs de ses souffrances font tressaillir la nature entière.


Il meurt, il meurt ! Lui, le Saint et le Juste, Lui, l’Ami du pécheur ! …


Mon cher auditeur, qui que tu sois, je t’invite en cet instant à regarder à la croix de Jésus afin que tu sois illuminé. Quels sont les doutes qui assiègent ton âme ? De quelque nature qu’ils puissent être, ils trouveront, sois en certain, une douce et consolante solution au pied de la croix de Christ. Tu es venu peut-être dans ce lieu de culte doutant de la miséricorde de Dieu ; regarde au Sauveur mourant sur le Calvaire, et tu ne pourras en douter encore. Si Dieu n’était pas riche en compassion et abondant en gratuités, aurait-il, je te le demande, envoyé son Fils, son unique, pour souffrir et pour mourir ? Peux-tu supposer qu’un Père qui a arraché son Bien-Aimé de son sein, qui l’a cloué à l’arbre de la croix afin qu’il endurât une mort ignominieuse pour nous sauver, peux-tu, dis-je, supposer que ce Père soit dur, inflexible, sans entrailles et sans pitié ? Arrière de nous cette pensée impie ! Non, il n’y aurait jamais eu de croix sur le Calvaire s’il n’y avait des trésors de compassion dans le cœur de Dieu.


Ou bien doutes-tu que le Seigneur puisse te sauver ? Te dis-tu en ce moment : « Comment le Saint et le Juste pourrait-il bien faire grâce à un être aussi coupable que moi ? » Oh ! Regarde, pécheur, regarde à la grande expiation qui a été faite, à l’inappréciable rançon qui a été payée pour ton âme. Crois-tu que ce sang qui découle du corps meurtri de Jésus n’ait pas la puissance de laver ton âme et de la justifier parfaitement ? Sans la croix, il est vrai, ce problème fût demeuré éternellement insoluble : « Comment Dieu peut-il être juste, tout en justifiant le pécheur ? » Mais vois sur Golgotha le sanglant substitut de l’homme coupable ! Et sache que le Seigneur a accepté ses souffrances comme un équivalent à la peine due à tous ceux qui croiront en lui … Après cela dis encore, si tu l’oses, que le sang de Christ ne suffit point pour acquitter le pécheur, tout en sauvegardant l’inviolable justice de Dieu !


Mais il est des âmes qui me diront : « Nous ne doutons pas de la miséricorde de Dieu en général, non plus que de son pouvoir à pardonner ; mais ce dont nous doutons c’est de sa volonté à nous pardonner, nous, individuellement ». Ah ! Mes chers amis qui tenez ce langage, je vous en conjure par Celui qui est vivant et qui a été mort, ne cherchez point en vous-mêmes la réponse à cette difficulté ; ne vous asseyez point, ainsi que vous l’avez fait tant de fois, pour considérer de nouveau vos péchés. Ils ont tout fait pour vous perdre, — ils ne feront jamais rien pour vous sauver. Le seul lieu où vous puissiez trouver une réponse consolante pour votre âme, c’est au pied de la croix. Allez donc, mes bien-aimés, allez, en rentrant dans vos maisons, vous asseoir, dans le calme et le silence, en face de la croix de Christ. Là, contemplez le Sauveur mourant ; voyez ses plaies, ses douleurs, son agonie ; — et alors je vous défie de me dire encore : « Je doute de son amour pour moi ! » Oui, la contemplation de Christ engendre la foi. On ne peut croire en Christ que tel qu’on le voit ; or, si vous regardez lui vous acquerrez la certitude que sa bonne volonté à vous sauver égale sa puissance ; vous saurez qu’il est plein de charité, de support, de tendre compassion. On ne doute que parce qu’on ne connaît pas Christ. Si le monde entier voulait regarder à Jésus, le monde entier croirait en lui.


Ah ! Si vous connaissiez sa grâce,

Si le doux regard de sa face

Avait rencontré votre cœur,

Ce cœur, délivré de ses chaînes,

Fuyant la source de ses peines,

S’égaierait en son Sauveur !

Chants chrétiens.


Essayez, essayez, mes chers amis, de regarder à Christ, tout de suite, en ce moment même, et vous sentirez tous vos doutes se dissiper comme par enchantement ; car en vérité je vous le dis, il n’est rien qui tue plus vite toute sorte d’incrédulité et de méfiance qu’un regard fixé sur l’œil doux et aimant du Sauveur crucifié.


« Quant à moi, objecte encore quelqu’un, si je doute de mon salut c’est parce que je ne puis être aussi saint que je le voudrais. J’ai essayé de me débarrasser de mes péchés, mais sans succès. J’ai cherché à ne plus nourrir de mauvaises pensées, à ne plus commettre de mauvaises actions, mais, hélas ! Je sens encore que mon cœur est rusé par-dessus toutes choses, et que j’erre constamment loin de Dieu. Sûrement il est impossible que je sois sauvé, tant que je serai dans cet état… » Arrête, mon cher auditeur ! Regarde à Jésus, toi aussi, et tu seras illuminé. Qu’as-tu besoin, je te prie, de toujours te contempler toi-même ? La grande affaire du pécheur est, non avec lui-même, mais avec Christ. Ton affaire à toi c’est d’aller à lui, malade dans ton âme, travaillé dans ta conscience, souillé dans ta vie, et de lui demander la guérison. Il ne faut pas que tu sois d’abord ton propre médecin, et ensuite que tu aies recours à Christ ; non, tu dois aller à lui tel que tu es. Ta seule chance de salut est de te confier simplement, implicitement, exclusivement en Christ. Que Christ soit le seul pilier de ton espérance, et ne cherche jamais à l’étayer par les fragiles arcs-boutants de ta propre justice. Souviens-toi que Jésus peut et veut te sauver. Tout ce qu’il demande de toi c’est que tu te confies en lui. Quant aux bonnes œuvres, elles viendront plus tard : ce sont les fruits de l’Esprit, — fruits de l’arrière-saison, si l’on peut ainsi dire ; mais pour le moment ton premier devoir n’est pas de faire, mais de croire. Regarde donc à Jésus, et repose-toi uniquement sur lui.


« Mais, reprend un autre, je crains que je ne sente pas comme je le devrais le besoin d’un Sauveur. » — Eh ! C’est toujours la même ruse de Satan, mon frère. Toi aussi, tu regardes à toi-même : de là vient tout le mal. On peut dire que nos doutes et nos craintes n’ont qu’une seule et même cause : notre obstination à tourner nos yeux dans une mauvaise direction. Que ne regardes-tu à la croix, mon cher auditeur ? Que ne regardes-tu à Jésus, comme le pauvre brigand qui était crucifié à côté de lui ? Tu le sais, il s’écria simplement : Seigneur, souviens-toi de moi quand tu seras entré dans ton règne ! Fais de même. Rien ne t’empêche assurément de dire à Jésus que tu ne sens pas assez le besoin que tu as de lui ; tu peux, si tu le veux, en lui énumérant tes nombreux manquements, lui avouer que tu n’as pas une conviction assez forte de ta profonde indignité, et à toutes tes confessions ajouter cette requête : « Seigneur, aide-moi à mieux te confesser mes péchés, aide-moi à éprouver une componction plus sincère ». Mais tout en faisant cela rappelle-toi que jamais ta repentance ne te sauvera, le salut ne s’obtient, — je ne me lasse pas de le redire, — que par le sang de Christ, par ce sang qui s’échappe de ses mains, de ses pieds, de son côté percé. Oh ! Je vous en supplie, mes chers amis, au nom de Celui devant la face de qui je me tiens et lequel je sers, — je vous en supplie, tournez en ce moment vos yeux vers la croix de Christ. La voilà. Je la dresse aujourd’hui au milieu de vous. Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi le Fils de l’Homme est élevé à cette heure sous vos yeux, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.


Un mot maintenant à vous, enfants de Dieu, car vous avez aussi vos doutes. Voulez-vous en être affranchis ? Voulez-vous vous réjouir dans le Seigneur, avec une foi ferme et une confiance inébranlable ? Regardez à Jésus, regardez comme tout de nouveau à lui, et vous serez illuminés. Je ne sais ce qui en est de mes chers frères en la foi, mais pour ma part, je l’avoue, mon âme est souvent assaillie par de pénibles perplexités, à tel point que je me demande avec inquiétude si je possède, oui ou non, le moindre amour pour le Sauveur. Et bien que certaines personnes qui jouissent, disent-elles, sans interruption, de l’assurance de leur salut, se moquent du cantique commençant par ces mots :


Hélas ! Mon cœur tremblant se demande sans cesse :

Suis-je au monde ou suis-je au Seigneur ?


Je déclare que, quant à moi, je suis souvent obligé de le chanter. Bien plus, j’ai la conviction que tout enfant de Dieu a ses moments de doute, et que les gens qui ne sont jamais inquiets sur leur état sont justement ceux qui auraient le plus raison de l’être. Je rencontrai un jour un homme qui se vanta devant moi de ne point avoir éprouvé un seul instant de doute, depuis trente ans. « Je connais une personne, répondis-je, qui de son côté n’a jamais eu le plus léger doute sur votre compte… » Il prit ces paroles pour un compliment. « Comment cela ? » me dit-il d’un air satisfait ; « cette personne me connaît donc très particulièrement ? » — « Oui, répliquai-je ; aussi n’a-t-elle jamais douté que vous ne soyez le plus insigne hypocrite qu’elle ait jamais rencontré. » Tel était, en effet, le cas de cet infortuné. Et pourtant il jouissait, disait-il, depuis trente ans, de la ferme assurance de son salut ; à l’entendre, il se sentait choisi de Dieu. Il était, pour ainsi dire, son enfant gâté ; la doctrine de l’élection ne l’effrayait point ; il se plaisait au contraire à la proclamer et l’aurait volontiers inscrite sur son front ; mais en même temps il était, le maître le plus dur, l’oppresseur le plus cruel des pauvres, et lorsque plus tard, il devint pauvre lui-même, il tomba au dernier échelon de la dégradation et du vice. Je vous cite cet exemple, mes chers amis, pour vous prouver que les chrétiens qui parlent le plus de leur assurance ne sont pas toujours les plus solides. Il est de pauvres âmes timorées qui en réalité touchent aux portes du ciel, et qui néanmoins tremblent parfois encore d’être jetées en enfer ; tandis que tel orgueilleux pharisien marchera le front haut et le cœur tranquille, sans s’apercevoir qu’il chemine sur la grande route de la perdition. — Quoi qu’il en soit, mes bien-aimés, il n’en est pas moins de votre devoir de chercher à surmonter au plus tôt ces défaillances de votre foi, et pour cela, je vous le dis encore, regardez à Jésus. Prenez pour votre devise ces paroles qu’un chrétien éminent — le docteur Carey, célèbre théologien écossais — choisit sur son lit de mort pour être gravées sur sa tombe :


Misérable et perdu, sans force et sans défense,

Je me jette, ô Christ, dans tes bras !

J’attends de toi pardon, salut et délivrance

Tu l’as promis, tu le feras !


On raconte qu’au moment d’expirer ce même chrétien, interrogé par un de ses amis, lui répondit : « Je suis à rassembler toutes mes bonnes œuvres, à les jeter à la mer, et à me cramponner de toutes mes forces à la planche du salut gratuit, sur laquelle j’espère bientôt aborder à la gloire ». Faites de même, ô chrétiens ! Tenez vos regards constamment fixés sur Christ seul, et aussi longtemps que votre œil sera sain, certainement tout votre corps sera éclairé ; mais si vous laissez errer les yeux de votre âme, si vous regardez d’abord à vous-mêmes et ensuite, à Christ, oh ! Alors, votre corps tout entier sera dans les ténèbres. À la croix, enfants de Dieu, à la croix ! Car c’est de là que vous viendra le secours. Lorsque Satan, ce lion rugissant, rôdera autour de vous, cherchant à vous dévorer, fuyez, fuyez vers la croix ! Allez où vont les brebis, poursuivies par quelque bête sauvage, — allez auprès de votre berger : les bêtes sauvages craignent sa houlette ; mais pour vous, elle n’est pas à craindre ; au contraire, elle vous consolera. À la croix, mes frères, à la croix, vous dis-je, si vous voulez que votre foi s’affermisse. Ah ! Si nous vivions plus près de Jésus, si nous ressemblions davantage à Jésus, si nous nous reposions sur Jésus avec plus d’abandon, je suis assuré que les doutes et les craintes seraient choses inconnues parmi nous ; alors notre vie chrétienne ressemblerait à un sentier doux et uni, sans ronces ni épines ; mais du moment que nous voudrons, en quelque mesure, vivre à nos propres dépens, soyons assurés que les épines et les ronces naîtront en abondance sous nos pas. — L’a-t-on regardé ? On en est illuminé …


* * *


III.


Mais il est temps, mes chers amis, que nous tournions nos regards vers une scène glorieuse entre toutes : LA RÉSURRECTION DE CHRIST. Venez et admirons tous ensemble. Le serpent ancien vient de blesser au talon la sainte postérité de la femme. Le Fils de Dieu, le Rédempteur des hommes, vient d’exhaler le dernier soupir, et les filles de Jérusalem se lamentent au pied de la croix. On enveloppe son corps dans un linceul, on le dépose dans le sépulcre, et là il sommeille trois jours et trois nuits. Mais, ô prodige ! Le premier jour de la semaine, Celui que ne pouvaient retenir les cordeaux de la mort, Celui dont la chair ne devait point sentir la corruption ni l’âme rester prisonnière dans le lieu du silence, — Jésus lui-même se relève triomphant ! En vain l’a-t-on lié de bandes : il les déploie par sa puissance, puis, les range de côté dans un ordre parfait. En vain a-t-on scellé la pierre qui ferme le sépulcre : un ange descend du ciel, la roule, et incontinent le Seigneur sort. En vain les soldats et les gardes veillent-ils auprès de la grotte : saisis d’épouvante, tous s’enfuient, et il paraît, le Prince de la vie, le vainqueur de la mort, le premier-né de la tombe ; il paraît, ayant repris la vie par le seul effet de sa volonté souveraine !


Mes bien-aimés, je vois parmi vous un grand nombre de personnes revêtues des tristes insignes du deuil. Elles ont perdu peut-être les objets les plus chers de leurs affections. J’ai aussi devant moi, je n’en puis douter, bien des âmes qui sont constamment travaillées par la crainte de la mort. Elles sont toute leur vie assujetties à la servitude (#Hé 2:15), en songeant aux dernières angoisses, à la lutte suprême que tout enfant d’Adam doit soutenir en traversant le Jourdain. À ces deux classes d’affligés, je m’adresse en ce moment. Ô vous âmes en deuil et ô mes timides, venez, je vous en supplie, venez contempler Jésus sortant du tombeau ; mettez-vous bien dans l’esprit que ces paroles si pleines d’espérances sont littéralement vraies : Maintenant, Christ est ressuscité, et il est devenu les prémices de ceux qui sont morts (#1Co 15:20). Aussi quoique notre chair mortelle, souillée par le péché, doive retourner en poussière, nous pouvons dès à présent entonner ce chant de triomphe :


Ô mort ! Où donc est ta victoire ? Comme Jésus nous revivrons, Comme lui nous refleurirons, Parés de jeunesse et de gloire !


Prends donc courage, pauvre veuve ! Si ton mari est mort en Jésus, ne pleure plus à cause de lui, car Jésus te le rendra. Regarde ! Le Maître est ressuscité. Il n’est point un fantôme, car en présence de ses disciples, il mange du poisson rôti et d’un rayon de miel ; il n’est point un esprit, car il dit lui-même : « Touchez-moi et regardez-moi, car un esprit n’a ni chair ni os comme vous voyez que j’ai. » Sa résurrection a été une palpable réalité. — Enfants de Dieu, apprenez tous à modérer votre douleur. Les êtres aimés que vous avez perdus revivront certainement. Non seulement leurs esprits, mais leurs corps vivront. Le tombeau, la poudre, la corruption ne font qu’épurer notre chair ; au son de la trompette de l’archange, nous la revêtirons de nouveau. Oh ! Ne croyez point, mes bien-aimés, que le ver du sépulcre ait englouti vos enfants, votre époux, vos amis, vos vieux parents ! À vues humaines, il est vrai, il semble qu’il, en soit ainsi ; mais qu’est-ce que le ver du sépulcre, après tout, si ce n’est le creuset par lequel doit passer notre pauvre chair souillée, afin que ses impuretés soient consumées ? Oui, dans un moment, dans un clin d’œil, au son de la dernière trompette, les morts ressusciteront incorruptibles et les vivants seront changés. Et alors, ô bonheur ! Ces yeux que la mort vient de fermer, vous les rencontrerez de nouveau ! Cette main que vous avez vue retomber inerte sur la couche funèbre, vous la presserez de nouveau ! Ces lèvres qui naguère étaient blanches et froides, vous les baiserez encore, et vous entendrez cette voix aimée, qui maintenant est silencieuse dans le tombeau ! … Ô bienheureuse espérance ! Comme notre Maître est ressuscité, ainsi ressusciterons-nous.


Et quant à vous, âmes craintives qui tremblez au seul nom de mort, dites, pourquoi ces terreurs, pourquoi ces alarmes ? Jésus est mort avant vous. Avant vous il a franchi les portes de fer du sépulcre, et quand vous devrez les franchir à votre tour, il viendra à votre rencontre. Ne craignez donc rien :


Un seul mot de Jésus peut, du lit de la mort,

Faire un doux oreiller où son enfant s’endort.


Encore une fois, pourquoi trembler ? Puisque Jésus est ressuscité, vous ressusciterez aussi. Que votre cœur ne se trouble point et confiez-vous en lui. Quand on vous déposera dans la tombe, tout ne sera pas fini pour vous ; oh ! Non, votre dépouille mortelle sera comme une semence mise en terre en vue de l’éternelle moisson. Votre esprit retournera vers Dieu, et votre corps, après avoir sommeillé un peu de temps dans la poussière, se réveillera pour l’immortalité. Il faut qu’il meure premièrement pour être ensuite vivifié, mais lorsqu’il aura connu la mort, il recevra une nouvelle vie. Oh ! Quelle chose précieuse que de pouvoir contempler par la foi un Sauveur ressuscité ! L’a-t-on regardé ? On en est illuminé. Je ne connais rien d’aussi propre à élever nos esprits vers le ciel qu’une vue claire de la résurrection de Jésus-Christ. Alors nos amis ne sont point perdus pour nous, ils nous ont simplement devancés ; nous ne mourrons point nous-mêmes ; nous semblerons mourir, mais en réalité nous commencerons à vivre, car il est écrit : Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. Dieu veuille que tel soit le partage de chacun de nous !


* * *


IV.


Et maintenant, mes frères, aussi brièvement que possible, je veux vous inviter à regarder à Jésus dans SA GLORIEUSE ASCENSION. Vous le savez, quarante jours après sa résurrection il conduisit ses disciples sur une montagne, et tandis qu’il leur parlait, tout à coup, il se sépara d’avec eux ; il s’éleva dans les airs, et une nuée l’emporta dans la gloire. Essayons de le suivre par l’imagination, dans son vol magnifique vers les cieux. Quel éclat, quelle majesté l’environne !


Son char pompeux est précédé des anges,

Qui, publiant ses merveilleux exploits,

Font retentir dans les airs ses louanges.

Et vers le ciel poussent leurs mille voix.

Cantique de l’Ascension.


Voyez-le montant, avec un triomphe incomparable, les collines éternelles ; il approche de la sainte cité, de la grande métropole de l’univers, et soudain les anges qui ouvrent le cortège s’écrient tous d’une voix : Portes, élevez vos têtes, portes éternelles, haussez-vous, et le Roi de gloire entrera ! Alors les esprits radieux qui se tiennent sur les créneaux de lumière crient à leur tour : Qui est ce Roi de gloire ? Et les premiers de répondre : C’est l’Éternel fort et puissant dans les combats, c’est l’Éternel des armées, c’est lui qui est ce roi de gloire ! (#Ps 24). Puis, tous ensemble, ceux qui gardent les murailles, et ceux qui précèdent le vainqueur, entonnent l’hymne du triomphe ; et au milieu de cet océan d’harmonie dont les vagues mélodieuses arrivent jusqu’aux portes du ciel, se détachent encore ces notes sublimes : « Portes, élevez vos têtes, portes éternelles, haussez-vous, et le Roi de gloire entrera ! » Et il entre ! Et sous ses pas l’armée céleste sème des palmes sans nombre ; et la multitude des rachetés sort à sa rencontre, jetant à ses pieds, non des fleurs d’un jour, comme nous en donnons aux conquérants de la terre, mais des fleurs immortelles, des couronnes impérissables de gloire. Et pendant ce temps, les voûtes des cieux retentissent d’une suave mélodie : À Celui qui nous a aimés, qui nous a lavés de nos péchés par son sang, et qui nous a faits rois et sacrificateurs de Dieu son Père, à lui soit la gloire et la force aux siècles des siècles (#Ap 1:5,6). Et tous les saints, et tous les anges répondent : Amen ! Amen !


Ô chrétien, mon frère, regarde à ces scènes glorieuses, car elles sont riches pour toi en consolations. Jésus a remporté la victoire et il s’est assis de nouveau sur son trône. Aujourd’hui, hélas, ta vie est un train de guerre continuel ; tu as à combattre, non contre la chair et le sang, mais contre les principautés et les puissances. Peut-être que ce matin même, l’adversaire t’a serré de près, en sorte que tu as été sur le point de tomber. En vérité, c’est un sujet d’étonnement pour toi que tu n’aies pas tourné le dos au jour de la bataille, car souvent tu as craint de fuir comme un lâche devant l’ennemi. Toutefois, ne tremble point : ton Maître a été plus que vainqueur, et tu le seras aussi. Le jour approche où, avec une splendeur moindre, il est vrai, que la sienne, mais de même nature, toi aussi tu entreras dans le séjour de la béatitude. Quand tu mourras, les anges viendront à ta rencontre au milieu des eaux profondes, et à mesure que le froid courant de la mort glacera ton sang dans tes veines, ton cœur sera réchauffé par un autre courant, courant de lumière et de chaleur, émanant de la grande source de toute joie. Et lorsqu’enfin tu seras parvenu au-delà du Jourdain des esprits angéliques, vêtus de leurs robes immaculées, te souhaiteront la bienvenue ; ils t’accompagneront vers la sainte cité en chantant les louanges de Jésus et en te saluant comme un nouveau trophée de sa puissance. Puis les portes du ciel s’ouvriront devant toi, et Christ, ton Maître, viendra à ta rencontre et te dira : Cela va bien, bon et fidèle serviteur ; entre dans la joie de ton Seigneur. Alors tu sentiras que tu partages son triomphe comme tu partageas, ici-bas, ses luttes et ses douleurs. Que ces pensées te raniment, ô chrétien ! Ton illustre capitaine a remporté une éclatante victoire, et par cette victoire il t’a assuré un glorieux étendard, qui jamais ne fut terni par la défaite, quoique souvent trempé dans le sang de ses défenseurs.


* * *


V.


Un cinquième aspect sous lequel je vous exhorte, mes frères, à regarder à Jésus, c’est dans SON OFFICE D’INTERCESSEUR. Voyez-le assis dans le ciel, à la droite du Père ; il est monté en haut ; il a mené captifs les prisonniers ; et maintenant il prie sans cesse pour nous. Semblable au souverain sacrificateur des anciens temps, il se tient debout, et étend les bras vers le trône de Dieu. Son, attitude est pleine de majesté, car il n’est point un timide et servile suppliant. Il ne se frappe point la poitrine et ne tient point ses yeux baissés vers la terre, mais avec autorité il prie pour nous. Sur sa tête brille l’éclatante tiare, insigne de la sacrificature, et sur sa poitrine étincellent les pierres précieuses où sont éternellement gravés les noms de ses élus. Écoutez-le tandis qu’il prie. Ne reconnaissez-vous point la requête qu’il présente en cet instant à son Père ? … Ô merveilleuse charité ! C’est celle-là même que vous venez de faire monter vers lui ! Oui, mes bien-aimés, la prière qui ce matin s’est élevée de votre cœur, Christ l’offre à cette heure devant le trône de grâce. Le vœu qui s’est échappé de vos lèvres, il n’y a qu’un moment, alors que vous vous êtes écrié : « Seigneur, aie pitié de moi ! Seigneur, sois apaisé envers moi ! » — Ce vœu, Christ le répète maintenant dans le ciel ; il est à la fois l’autel et le pontife, et avec son propre sacrifice, il parfume nos prières. Et cependant, pauvre âme suppliante, il est possible que tu aies crié à Dieu jour après jour sans recevoir aucune réponse. Il est possible que tu aies recherché le Seigneur et qu’il ne t’ait pas entendue, ou du moins qu’il ne t’ait point exaucée selon le désir de ton cœur : dans ta profonde détresse, tu as crié à lui, mais les cieux t’ont paru d’airain et il semble que le Très-Haut ait rejeté ta demande ; c’est pourquoi, tu es pleine de ténèbres et d’abattement. Regarde à Jésus, pauvre âme, à Jésus intercédant pour toi, et tu seras illuminée ! Si tu n’es pas exaucée, lui le sera ; si Dieu ne prend pas garde à tes supplications, il prendra garde aux siennes ; si tes prières, comme tu le penses, sont pareilles à de l’eau qu’on répandrait sur un rocher, les siennes n’auront pas le même sort. Il est le Fils de Dieu, et ce qu’il demande, il l’obtient. Dieu ne peut rien refuser à son Fils, puisque ce Fils a acquis à l’avance les grâces qu’il sollicite au prix de son sang. Oh ! Reprends donc courage, persévère clans tes supplications ; regarde à Christ, et tu seras illuminée.


* * *


VI.


Enfin, pour terminer, regardons à Jésus dans SON SECOND AVÈNEMENT. Je m’adresse surtout à vous, ô chrétiens, mes compagnons de service, qui êtes fatigués du bruit et du tumulte de ce monde, des vices et des iniquités du présent siècle. Vous avez usé votre vie en luttant fidèlement contre le règne du péché ; mais parfois il vous semble, hélas, que tous vos efforts ont été vains. Les piliers de l’enfer sont aussi solides que jamais, le noir palais de Satan est aussi ferme sur sa base. Vous avez eu beau diriger contre cette redoutable forteresse toutes les batteries de la prière, toute la puissance de Dieu : c’est à peine si vous pouvez y distinguer une seule brèche. Le monde continue à pécher ; ses fleuves roulent encore du sang ; ses plaines sont encore souillées par des danses lascives, et ses échos répètent encore la chanson impure ou le serment profane. Dieu n’est point honoré, l’homme est toujours vil ; aussi vous dites-vous avec tristesse : « C’est en vain que nous continuerions à combattre ; nous avons entrepris une tâche qui ne saurait être accomplie ; jamais les royaumes de la terre ne deviendront les royaumes du Seigneur et de son Christ… » Oh ! Mes frères en Jésus, pourquoi ces défaillances, pourquoi ce découragement ? Regardez à Jésus, et vous serez illuminés. Voici, il vient, il vient, il vient bientôt ! Et ce que nous n’avons pas su faire en six mille ans, lui le fera en un clin d’œil. Voici, il vient, il vient pour régner ! Jamais nous ne parviendrons, il est vrai, à construire son trône ; mais lorsqu’il apparaîtra, il l’élèvera lui-même sur des colonnes de lumière, et il s’assiéra dans sa gloire, entouré de ses saints, pour juger tous les peuples au milieu de Jérusalem. Peut-être aujourd’hui, avant que ce culte soit terminé, Christ viendra, car, pour ce qui est du jour et de l’heure, nul ne le sait, non pas même les anges qui sont dans le ciel. Oui, au moment où je parle, le Seigneur Jésus peut paraître sur les nuées. Il ne nous servirait de rien de nous livrer à de vaines conjectures quant à l’époque précise de son avènement ; il viendra comme un larron dans la nuit, est-il écrit, mais sera-ce le soir, ou à minuit, ou à l’heure que le coq chante, ou le matin, c’est ce qu’il ne nous est pas permis de savoir ; l’Écriture laisse ce point complètement dans l’ombre, et tous les calculs de la science humaine, toutes les interprétations apocalyptiques ne parviendront jamais à l’éclaircir. Mais quoi qu’il en soit à cet égard, le fait en lui-même n’en est pas moins certain : Christ viendra. Oh ! C’est ma joyeuse espérance qu’il viendra pendant que je serai encore sur la terre ! Peut-être plusieurs de ceux qui sont ici en ce moment vivront encore à la venue du Fils de l’homme. Oh ! Glorieuse perspective ! Nous ne serons pas tous morts, mais nous serons tous changés ; et nous qui vivrons et qui serons restés sur la terre, nous serons enlevés tous ensemble au-devant du Seigneur, en l’air, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur (#1Co 15:51 ; #1Th 4:17). Mais si tu dois mourir avant cet heureux jour, voici, ô chrétien, quelle est ton espérance : Je reviendrai et vous prendrai avec moi, afin qu’où je serai vous y soyez aussi. Et voici quel est ton devoir : Veillez donc, car le Fils de l’homme viendra à l’heure que vous ne pensez pas (#Jn 14:3 ; #Mt 24:44). Oh ! Comment ne me mettrais-je pas à l’œuvre avec une nouvelle ardeur, puisque Christ est à la porte ? Oh ! Comment pourrais-je reculer devant les plus durs labeurs, puisque mon Maître vient, que son salaire est avec lui, et que sa récompense marche devant lui pour rendre à chacun selon ses œuvres ? Oh ! Je ne veux point .mettre bas les armes, je ne veux point me livrer à un lâche désespoir, car j’entends déjà retentir au loin le son avant-coureur de la dernière trompette. J’entends comme le bruit d’une grande armée qui s’avance ; ce sont les phalanges conquérantes, les derniers héros du Seigneur. Ce temps de glorieux réveil est le moment décisif de la bataille ; acharnée a été la lutte, chaude et furieuse la mêlée ; mais la trompette du vainqueur commence à vibrer dans les airs ; l’ange l’a déjà portée à sa bouche. Ses premiers sons ont retenti de l’autre côté de l’Atlantique, et ils se répéteront au milieu de nous, soyons en sûrs ; ou bien, si nous ne les entendons pas de nos jours, nos successeurs les entendront, nous en avons la ferme confiance. Oui, il vient, et tout œil le verra ! Et ceux qui l’ont crucifié pleureront et se lamenteront devant lui ; mais le juste se réjouira et exaltera son nom. L’a-t-on regardé ? On en est illuminé.


Il me souvient que je terminai, il y a quelque temps, une série de prédications par ces trois mots : « Jésus, — Jésus, — Jésus » ; et je crois que je ne puis mieux faire que de terminer ce discours de la même manière. Mais auparavant, je tiens à adresser quelques paroles à une pauvre âme abattue qui peut-être se trouve dans cet auditoire, et qui se demande avec anxiété s’il y a grâce pour elle auprès de Dieu. « Ah ! Ministre de l’Évangile, pense-t-elle, c’est bel et bon de nous dire : « Regardez à Jésus, regardez à Jésus » ; mais encore faut-il pouvoir regarder. Si l’on est aveugle … que faire alors ? » Ce qu’il faut faire, mon bien-aimé ? Le voici : Tourne tes orbites éteintes vers la croix, car cette même clarté qui illumine ceux qui voient donne la vue à ceux qui sont aveugles. Oh ! Si encore tu ne peux croire, du moins regarde, considère, pèse mûrement les choses, et en regardant et en réfléchissant tu seras rendu capable de croire. Jésus n’exige rien de toi ; il t’invite simplement à croire qu’il est mort pour te sauver. Si aujourd’hui tu te sens un pécheur coupable et perdu, tout ce qu’il te demande, c’est de vouloir bien croire en lui, te reposer sur lui, te confier à lui. N’est-ce pas bien peu qu’il te demande, mon frère ? Et pourtant, je te le dis, c’est plus que toi ou aucun homme vivant puissiez lui donner, à moins que votre cœur n’ait été touché par l’Esprit de Dieu. Allons, pauvre âme, jette-toi dans les bras de Jésus ; empare-toi de ses promesses ; abandonne-toi entièrement entre ses mains miséricordieuses ; et tu ne saurais comprendre la joie qui inondera ton cœur dès l’instant où tu croiras en lui.


Oh ! Pécheurs tremblants et angoissés, Dieu veuille que je vous aie apporté en ce jour un message de paix ! Écoutez la voix de Jésus qui vous crie en cet instant même : Vous tous les bouts de la terre, REGARDEZ VERS MOI et soyez sauvés, car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre ! Regardez, regardez, et en regardant vous vivrez ! Puissent toutes les bénédictions du Seigneur reposer sur chacun de vous, mes chers auditeurs, et puissiez-vous désormais contempler sans cesse par la foi l’Être adorable que nous aimons et que nous voudrions vous faire aimer, savoir, Jésus, — Jésus, — Jésus !


Charles Spurgeon

* * *

1,043 vues