LE SECRET LE MIEUX GARDÉ DE L'ENFER


« Bien sûr, nous sommes sous la grâce mais, sur ce sujet, ne dévions pas du véritable message de la Bible »


À la fin des années 70, alors que je voyageais, j’ai découvert avec horreur des statistiques sur la croissance de l’Eglise : 80 à 90 % des gens qui prennent une décision pour Christ s’éloignent de la foi. C’est l’évangélisation moderne avec ses méthodes qui crée ces 80 à 90 % de rétrogrades.


Pour que ce soit plus réel pour vous, en 1991, Harvest, une dénomination majeure aux Etats Unis (avec plus de 11 500 églises) a pu obtenir 294 000 décisions pour Christ. Ceci en une année ! Mais seules 14 000 personnes parmi elles ont pu être retrouvées, car elles avaient intégré une église. Ils n’ont pu savoir ce qu’étaient devenues les 280 000 autres personnes !


Il est une chose que j’ai découverte à la fin des années 70 et qui m’a vraiment tracassé. J’ai commencé à étudier l’épître aux Romains et surtout la façon de prêcher de gens comme Wesley, Moody, Finney, Spurgeon, Martin Luther, des hommes que Dieu a utilisés puissamment à travers les siècles et qui ont créé des réveils, et j’ai découvert que Dieu utilisait un principe carrément négligé dans l’évangélisation d’aujourd’hui.


Un jour, j’ai été appelé pour prêcher devant 1000 pasteurs. En 1992, cet enseignement a été diffusé sur un écran devant 30 000 pasteurs. Cette même année, David Wilkerson écoutait l’enseignement dans sa voiture et le soir même il m’a fait faire 5 000 km de Los Angeles à New York pour que je partage cet enseignement avec son église. J’ai récemment entendu parler d’un pasteur qui a écouté la cassette 250 fois. Je serais ravi si vous lisiez seulement une fois cet enseignement. Enseignement qui s’intitule : "Le Secret le Mieux Gardé de l’enfer !"


La Bible dit dans le Psaume 19.8 : “La loi de l’Eternel est parfaite »

Qu’est-ce que la Bible dit qui est parfait pour restaurer ou convertir l’âme ? Elle est très claire à ce niveau. Elle dit : la loi de l’Eternel est parfaite.


Pour illustrer le fonctionnement de la loi de Dieu, regardons un moment la loi civile.

Imaginez que je vous annonce que j’ai une très bonne nouvelle pour vous, car quelqu’un a payé votre amende de 200 000 000 €. Vous réagiriez sûrement en disant : “ En quoi est-ce une bonne nouvelle ? Je n’ai aucune amende à payer, MOI ! » La bonne nouvelle n’en serait pas une pour vous ! Cela vous paraîtrait n’avoir aucun sens. Plus que cela, ce serait offensant, car j’insinuerais ainsi que vous avez contrevenu à la loi alors que vous, vous êtes convaincu de n’avoir rien fait de mal !


Mais je vais vous raconter l’histoire autrement.

Alors que vous veniez ici, un radar vous a pris en flagrant délit de vitesse. Il y avait une dizaine de panneaux qui signalaient que la vitesse était limitée à 30 km à l’heure. Mais vous avez roulé à grande vitesse, atteignant presque les 100 km à l’heure. Ce que vous avez fait était extrêmement dangereux. Cela mérite une amende de 200 000 000 €. Juste avant que la sentence tombe, vous apprenez que quelqu’un est venu à votre secours et a payé l’amende à votre place. Là, vous estimez que vous êtes vraiment chanceux !


Comprenez par là que lorsqu’on dit à la personne les mauvaises choses qu’elle a faites, alors seulement la bonne nouvelle aura un sens ! Mais si je ne lui démontre pas qu’elle a contrevenu à la loi, alors, cette bonne nouvelle, pour elle, n’aura aucun sens, et elle sera même offensante !

De la même façon si j’approche un pécheur impénitent en lui disant : “Jésus est mort sur la croix pour tes péchés" , cela n’aura aucun sens pour lui, au contraire il sera offensé.


Les pécheurs “n’ont pas compris comment Dieu rend les hommes justes devant lui et ils ont cherché à établir leur propre façon de l’être. Ainsi, ils ne se sont pas soumis à l’œuvre salutaire de Dieu » (Romains 10:3.). En d’autres termes, la majorité des personnes qui entendent le mot « péché » vont penser : « ce n’est pas pour moi, je suis quelqu’un de bien, je n’ai jamais vraiment ‘péché’ ! ».

La Bible dit en 1 Corinthiens 1.18 La prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent. Si j’insinue à quelqu’un qu’il est pécheur alors qu’il ne le pense pas, il se rebiffe parce qu’en ce qui le concerne, il y a une multitude de gens plus mauvais que lui, et IL LE SAIT. Mais si je prends le temps d’ouvrir la loi divine, ne serait-ce que les dix commandements, et que je montre au pécheur précisément ce qu’il a fait de mauvais, et qu’il a offensé Dieu en violant sa loi, alors la bonne nouvelle ne sera plus une offense, une folie, mais elle sera “la puissance de Dieu pour le salut de tous ceux qui croient. » Comme le dit Jacques (Jac 2.11), il sera “Convaincu par la loi d’être un transgresseur."


Romains 3.19 Or nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu.

Ainsi, une fonction de la loi de Dieu est de fermer la bouche de tout homme devant Dieu et de les empêcher de dire : « Bof ! Il y a des personnes pires que moi tout autour ! ». La loi ferme la bouche de ceux qui cherchent à se justifier. Elle prouve au monde entier qu’il est coupable devant Dieu.

Romains 3. 20 “C’est par la loi que vient la connaissance du péché. » La loi de Dieu désigne ce que c’est le péché :

1 Jean 3.4 : “Le péché, c’est la transgression de la loi. »

Romains 7.7 : “… Mais, je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’avait pas dit : Tu ne convoiteras pas « .

Galates 3.24 : "Ainsi la loi a été un précepteur (pour nous conduire) à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi " .


La loi devrait être comme un maître d’école pour nous amener au Sauveur. La loi ne nous aide pas à devenir justes. Elle nous laisse sans aide. Elle ne nous justifie pas. Elle nous laisse seulement coupables devant le trône de Dieu.


Ce qui est tragique, c’est qu’au début du siècle dernier, quand on a enlevé la loi qui permet d’attirer les pécheurs à Christ, L’Eglise moderne a dû trouver une autre façon d’attirer les gens à Christ. Elle a utilisé une propagande autour de l’amélioration de la vie. L’évangile a dégénéré en : « Jésus Christ veut te donner la joie, la paix, la plénitude et un bonheur durable ».


Pour illustrer le côté non biblique de cet enseignement très populaire aujourd’hui, lisez très attentivement cette anecdote. Parce que cet exemple est très important pour vous faire comprendre ce que je vais vous démontrer.


Deux hommes sont assis dans un avion. On donne au premier un parachute en lui disant qu’il faut qu’il le mette pour améliorer son vol. Il est très sceptique premièrement parce qu’il ne peut pas comprendre pourquoi un parachute va améliorer son vol. Au bout d’un moment, il décide d’expérimenter cette proposition pour savoir si elle est vraie. Alors qu’il met le parachute, il remarque le poids sur ses épaules et le fait qu’il a du mal à s’asseoir bien droit. Cependant, il se console en pensant qu’on lui a promis que le parachute allait améliorer son vol. Alors il décide de le garder.


Alors qu’il attend, il remarque que les passagers tout autour se moquent de lui et rient parce qu’il porte un parachute dans un avion. Il commence à se sentir humilié, il ne peut plus supporter cela plus longtemps. Il se lève, il enlève sa ceinture, il ôte le parachute et le jette par terre. Le désillusionnement et l’amertume remplissent son cœur, car il estime qu’on lui a menti.


On donne un parachute à une deuxième personne. Mais écoutez bien la différence. Ecoutez bien ce qu’on lui dit. On lui dit de le mettre, car à n’importe quel moment, il pourra être contraint de sauter de 30 km d’altitude: c’est inéluctable. Avec des remerciements, il s’empresse de mettre le parachute. Il ne remarque pas du tout le poids sur ses épaules. Il ne remarque même pas qu’il ne peut pas s’asseoir droit. Il est abîmé dans ses pensées à l’idée de ce qui aurait pu se passer sans parachute.


Analysons les motifs et le résultat de l’expérience de chacun de ces deux passagers. Le motif de la première personne pour mettre le parachute était seulement d’améliorer son vol. Le résultat, c’est qu’il a été humilié par les autres passagers. Il a été désillusionné et a conçu de l’amertume envers ceux qui lui avaient donné un parachute. Il pense qu’on lui avait menti et cela prendra beaucoup de temps avant qu’il accepte d’enfiler de nouveau un parachute.


La seconde personne a mis le parachute, non pour son confort, mais pour éviter le désastre à venir. Il sait ce qui aurait pu se passer sans ce parachute. La joie est enracinée dans son cœur, ainsi qu’une grande paix, sachant qu’il a évité une mort certaine. Son attitude envers ceux qui lui ont donné ce parachute est une gratitude sans bornes.


Maintenant, écoutez ce que dit l’évangile moderne : « Venez à Jésus. Il vous donnera la paix, la joie, le bonheur et l’accomplissement de vous-mêmes. ». Alors, le pécheur répond favorablement, s’attendant à ce que ces promesses soient vraies. Qu’obtient-il ? Les tentations, les tribulations, les persécutions que l’écriture promet. De surcroît, ses anciens amis se moquent de lui. Alors, un jour, il se débarrasse du Seigneur Jésus-Christ. Il est offensé, désillusionné et surtout très amer. On lui a promis la paix, la joie, l’accomplissement de soi-même, mais tout ce qu’il a eu, ce sont des épreuves et l’humiliation. Son amertume est dirigée envers ceux qui lui ont apporté la soi-disant bonne nouvelle. Son dernier état est pire que celui d’avant.


« On a fabriqué un rétrograde de plus ! » Au lieu de dire aux passagers qu’ils peuvent améliorer momentanément leur vol, nous devrions plutôt les avertir du saut mortel qui les attend sans parachute ! Hébreux 9.27 : “Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement.

Quand le pécheur comprend les conséquences horribles d‘avoir transgressé la loi de Dieu, alors il court vers Jésus pour échapper à la colère de Dieu à venir (Matthieu 3.7, Jean 3.36). Et si nous sommes de vrais et fidèles témoins, nous prêcherons