Rechercher
  • L. GILMAN

QU'EST- CE QU'UN SACRIFICATEUR DE LA NOUVELLE ALLIANCE ?


Gen 32:7–8 Jacob fut très effrayé, et saisi d’angoisse. Il partagea en deux camps les gens qui étaient avec lui, les brebis, les bœufs et les chameaux ; et il dit : Si Esaü vient contre l’un des camps et le bat, le camp qui restera pourra se sauver.


Jacob est "très effrayé" nous dit la bible, il est même "saisi d’angoisse" ! Il doit rencontrer son frère sachant que ce dernier souhaite sa mort depuis plus de 20 ans déjà.

Quoi de plus naturel, me direz-vous ? N’importe qui éprouverait la même chose que lui.

Jacob sait qu’il a trompé son frère et que la fuite n’a pas arrangé son problème, il n’a fait que retarder l’échéance. Sa peur est parfaitement légitime, car il reconnait dans son coeur, qu’il n’a pas agi comme il aurait du le faire.


Jacob éprouve une grand crainte envers son frère, mais il est important de spécifier que La crainte que Jacob éprouve est la même crainte que nous devrions éprouver envers Dieu. Est-ce le cas ?


Certains se lèveront et diront : « Non ! Ce n’est pas vrai, car nous n’avons pas à avoir peur de Dieu ! ». Alors je vous propose de vérifier, non d’après ce que l’on vous a enseigné ou d’après votre interprétation, mais uniquement d’après les écritures.


Le verbe utilisé dans Gen 32:7 est Yaro יָרֹא qui signifie : craindre, avoir peur, respecter, révérer.

La version Louis Segond le traduit par « fut très effrayé » et Darby par « craignit beaucoup ». C’est également le même verbe qui est utilisé lorsque Dieu demande à son peuple de le craindre. Dt 8:6 Tu observeras les commandements de l’Eternel, ton Dieu, pour marcher dans ses voies et pour le craindre. (Yaro)


Le problème majeur de l’église actuelle est le manque de crainte dans le coeur des croyants. Elle disparait de l’enseignement en général, pour être remplacé par un évangile basé uniquement sur la grâce. Le Dieu Saint et Juste n’a plus sa place aux sein de nos assemblées, mais s’est transformé en « papa gâteau » pour la plupart des chrétiens.

Et pourtant la bible nous enseigne que Dieu ne change pas. Il est resté le même et le sera éternellement. Jc 1:17 toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation.


Lorsqu’il demande à son peuple de le craindre, il continue encore de le demander aujourd’hui à ceux qui viennent à lui. Le verbe hébreu est pourtant très explicite, mais il dérange fortement.


Quand il est fait mention de crainte de Dieu dans la bible, 3 verbes sont utilisés :


Yaro = craindre, avoir peur; respecter, révérer.

Rhatot = s’épouvanter, trembler, être consterné

Mora = crainte, terreur, respect, action terrible


Dans les trois cas, il est fait mention de "peur", nous ne pouvons l’ignorer !

Et pour ceux qui prétendent que c’est l’ancien testament, le nouveau testament emploie le verbe Phobos = crainte, frayeur, peur, terreur, respect, redouter

la notion de peur est encore plus présente !


La nouvelle alliance que Dieu a faite avec nous, par le sang le Jésus, reste une alliance de vie et de paix, exactement comme elle l’était du temps des lévites et des sacrificateurs. Nous ne sommes plus sauvés par nos oeuvres, mais uniquement par la grâce que Dieu nous accorde en croyant au sacrifice de Jésus à la croix. Mais cette nouvelle alliance ne retire en rien le fait que nous devons continuer à craindre Dieu, parce qu’il est le Maitre, parce qu’il est souverain et qu’il jugera le monde en fonction de sa Justice absolument parfaite.


Mal 2:5 Mon alliance avec lui était une alliance de vie et de paix, Ce que je lui accordai pour qu’il me craignît (Mora) Et il a eu pour moi de la crainte (Yaro), Il a tremblé devant mon nom. (Rhatot)


Dans ce verset, les 3 notions de crainte sont évoquées ! Il y a plus q’une notion de respect, il y a à chaque fois, un respect mêlé de peur, de tremblement, voir même de terreur.


Et si nous voulions uniquement nous focaliser sur le mot "respect", voici la définition du verbe "respecter" : Suivre des règles, obéir, observer.


Au regard de cette simple définition, sans même tenir compte d’une quelconque peur, il est pourtant navrant de constater que le respect disparait totalement du monde chrétien en règle général.


Les chrétiens du 21 ème siècle ne veulent plus suivre aucunes règles et ne veulent obéir qu’à ce qui leur convient.


Et pourtant, selon la parole de Dieu, un "chrétien" digne de ce nom est devenu un sacrificateur de l’Eternel Ap 1:5-6 A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen !

Oui, nous le sommes par la grâce de Dieu ! Ce n’est plus un seul homme qui sert Dieu, mais c’est une multitude à présent. Le sacrificateur n’a plus aujourd’hui à sacrifier des animaux pour le pardon des péchés, mais il continue à glorifier et à adorer son Dieu dans son comportement et sa vie de tous les jours, comme par le passé.


Que dit la bible sur le rôle fondamental d’un sacrificateur ?


Mal 2:6-7 La loi de la vérité était dans sa bouche, Et l’iniquité ne s’est point trouvée sur ses lèvres ; Il a marché avec moi dans la paix et dans la droiture, Et il a détourné du mal beaucoup d’hommes. Car les lèvres du sacrificateur doivent garder la science, Et c’est à sa bouche qu’on demande la loi, Parce qu’il est un envoyé de l’Eternel des armées.


  • Il vit dans la vérité

  • Il ne péche pas

  • Il marche avec le Seigneur dans la paix

  • Il est droit

  • Il détourne les hommes du mal

  • Il a de la sagesse dans sa bouche

  • Les autres viennent vers lui pour être enseigner parce qu’il est reconnu en tant que serviteur de Dieu


Dès lors que nous devenons un « enfant de Dieu », nous endossons automatiquement le titre de « sacrificateur ». Ainsi, de la même manière, que l’exigeait Dieu aux sacrificateurs de l’ancienne alliance, il nous demande aussi de respecter les mêmes lois morales dans la nouvelle alliance.

Ce ne sont plus des rites qui sont exigés, mais des lois morales que le Saint-Esprit vient sceller dans notre coeur.


L’alliance que Dieu a conclue envers son peuple est une alliance de vie et de paix, et elle nous est donnée dans un but précis : nous sauver, c’est un fait, mais aussi et surtout pour que nous le craignons ! Mal 2:5 Mon alliance avec lui était une alliance de vie et de paix, Ce que je lui accordai pour qu’il me craignît


Et parce que Dieu a fait alliance avec lui, le sacrificateur tremblait devant le nom de Dieu Mal 2:5 … Et il a eu pour moi de la crainte, Il a tremblé devant mon nom (rathot)


En est-il de même pour nous aujourd’hui ? Même si Jésus a tout payé à la croix pour nous, ne lui sommes-nous pas redevables d'une crainte respectueuse ?

Plus concrètement :


  • marchons-nous dans la vérité ? La confessons-nous ?

  • Avons-nous abandonné le péché de notre vie ?

  • Sommes-nous dans la paix et la Procurons-nous autour de nous ?

  • Sommes-nous droits dans nos propos et dans nos actes ?

  • Conduisons-nous les autres à la sainteté ?

  • Agissons-nous et parlons-nous avec sagesse ?

  • Sommes-nous reconnus comme des serviteurs de l’Eternel ?


Pierre exhorte les chrétiens à craindre Dieu pendant notre séjour sur cette terre.

1 Pi 1:17-21 Et si vous invoquez comme Père celui qui juge selon l’œuvre de chacun, sans acception de personnes, conduisez–vous avec crainte pendant le temps de votre pèlerinage, sachant que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, qui par lui croyez en Dieu, lequel l’a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, en sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu.


Cette crainte doit faire partie intégrante de notre vie, car si nous ne l’avons pas, nous sommes considérés aux yeux de Dieu comme des insensés. Pr 28:14 Heureux l’homme qui est continuellement dans la crainte ! Mais celui qui endurcit son cœur tombe dans le malheur.


Paul nous mettra aussi en garde, car si les juifs n’ont pas été épargnés, nous ne le serons pas non plus, c’est pourquoi nous devons absolument craindre ! Attention à ceux qui ne marchent pas dans la vérité et qui agissent de manière très légère envers les commandements de Dieu

Rom 11:20-22 Cela est vrai ; elles ont été retranchées pour cause d’incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t’abandonne pas à l’orgueil, mais crains ; car si Dieu n’a pas épargné les branches naturelles, il ne t’épargnera pas non plus. Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté ; autrement, tu seras aussi retranché.


Notre sanctification doit se faire dans la crainte de Dieu, c’est une règle implacable 2 Cor 7:1 Ayant donc de telles promesses, bien–aimés, purifions–nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. Comment aurons-nous le désir de nous purifier si nous n’avons pas la crainte dans notre coeur ? Elle est un moteur pour que nous marchions dans la sainteté et que nous ne nous endormions pas dans la tiédeur.


Nous sommes dans une course, et nous avons un prix à remporter. Seul les violents s’empareront du Royaume, c’est pourquoi, Paul exhorte l’Eglise à travailler avec crainte et tremblement pour son salut.

Ph 2:12 Ainsi, mes bien–aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent ;


Si nous ne prenons pas au sérieux ses paroles, nous risquons de voir la porte se fermer devant nous et ce sera le jour le plus horrible que nous n’aurons jamais vécu de toute notre vie.


Examinez-vous, frères et soeurs, car il est encore temps !

La parole ne ment pas, notre Dieu fera tout ce qu’il a dit.


Par contre, Si vos yeux restent en permanence fixés sur le Seigneur, si vos lèvres ne cessent de se confier en lui et de le louer, et si vos coeurs ne battent que pour lui jour et nuit, alors vous connaissez cette crainte, parce qu’elle habite votre être tout entier. Et celui qui craint Dieu obéit toujours à la parole, parce que ses commandements ne lui sont pas pénibles, bien au contraire, ils sont pour lui une source de vie, de protection et de réussite !


L. Gilman




31 vues