Rechercher
  • CHARLES SPURGEON

LA LIBÉRALITÉ CHRÉTIENNE


Heureux celui qui s'intéresse au pauvre ; au jour du malheur l'Éternel le délivre. (Psaumes 41:2) Penser aux pauvres et les porter sur son coeur est le devoir de tout chrétien. Jésus les a mis a côté de nous, lorsqu'il a dit : « Vous aurez toujours des pauvres avec vous ». Beaucoup leur donnent de l'argent à la hâte, afin de s'en débarrasser ; d'autres, en plus grand nombre encore, ne leur donnent rien du tout. Or la promesse que nous venons de lire est faite à celui qui « s'intéresse » au pauvre, qui examine ses besoins et s'en occupe attentivement pour son vrai bien. On fait plus pour lui par des soins et des attentions, que par de l'argent ; davantage encore par l'un et l'autre combinés judicieusement. « Celui qui s'intéresse au pauvre, au jour du malheur, le Seigneur le délivrera », il le promet. Il nous tirera de détresse, si nous aidons les autres à en sortir, et nous recevrons du Seigneur des secours providentiels tout particuliers, si nous cherchons à pourvoir aux besoins de notre prochain. Quelque généreux que nous soyons, nous aurons nos temps de difficultés ; mais si nous nous sommes acquittés de cet engagement, nous pouvons alors réclamer du Seigneur un secours spécial et direct. L'avare prend soin de lui-même, mais l'Éternel secourra le croyant compatissant et généreux. « De même que vous aurez fait aux autres, il vous sera aussi fait à vous-mêmes ».

Charles Spurgeon

14 vues