LA CONVERSION SELON LE NOUVEAU TESTAMENT ET LE SAINT-ESPRIT


Nous nous trouvons ici en présence d’une vérité toute simple, très claire et des plus frappantes : le Saint-Esprit fait toute la différence !

Notre seigneur a prévenu ses disciples qu’une tâche gigantesque les attendait. Cette tâche consisterait à prêcher à toute créature l’Evangile de Christ, ainsi que son oeuvre de rédemption et de transformation.


Cependant, après leur avoir commandé d’aller et de prêcher la bonne Nouvelle pour que les hommes puissent être sauvés par la foi, il leur a défendu de partir. Une raison impérieuse devait sans doute être à l’origine des instructions qu’il leur a données à savoir, qu’ils devaient attendre.


Afin de pouvoir évaluer la grande différence qui existe chez l’homme sur lequel le Saint-Esprit est descendu avec puissance, nous regarderons d’abord aux disciples à qui Jésus a parlé.


Ne perdons pas de vue que ces hommes étaient ses disciples appelés et choisis.


Les écritures nous disent clairement qui ils étaient, elles nous racontent aussi la longue période de formation qu’ils ont reçue par nul autre que Jésus-Christ en personne. A cet égard, ils étaient diplômés du plus grand institut biblique au monde. En effet, Jésus lui-même avait été leur professeur privé pendant plus de trois ans.


Notons aussi qu’ils avaient reçu et possédaient une autorité divine.

Les disciples possédaient, en effet, une autorité que très peu de personnes se risqueraient à exercer de nos jours. Jésus leur a dit : « Allez partout dans le monde. Chaque fois que vous chasserez des démons ou que vous guérirez des malades, vos serez revêtus de mon autorité. » Vous pouvez être sûrs qu’il ne donne pas Son autorité à des personnes sans expériences spirituelle !


Ces hommes, à qui Jésus a dit : « …. Mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut », connaissaient véritablement Jésus-Christ d’une manière chaleureuse et intime. Ils avaient été avec lui pendant trois ans; ils l’avaient vu mourir sur la croix; ils l’avaient vu après sa résurrection; par conséquent, ils l’avaient connu vivant, mort, et à nouveau vivant ! Ils avaient fait la preuve d’une conversion authentique.


Je sais bien que certaines personnes enseignent que les disciples se sont convertis lorsque l’Esprit est descendu sur eux à la Pentecôte. Je vous dirai franchement que je ne crois pas du tout cela. C’est une entorse que les gens de notre monde moderne ont fait à la vraie doctrine, afin de céder le pas à leur vieille nature charnelle.


Je crois que les disciples avaient montré les signes indéniables d’une vraie conversion; au surplus, Christ lui-même a déclaré qu’ils étaient de vrais convertis. Si vous avez des doutes à ce sujet, lisez un extrait de la prière que Jésus a faite en parlant de ces hommes, en Jean 17:7 « Maintenant ils ont connu que tout ce que tu m’as donné vient de toi. Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. C’est pour eux que je prie. »


Puis au verset 12, Jésus prie : « Lorsque j’étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J’ai gardé ceux que tu m’as donnés, et aucun d’eux ne s’est perdu, sinon le fils de perdition… » Ensuite, au verset 14, il dit : « Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. » voilà ce que Jésus a dit à son Père à propos de ses disciples. Avouez que les paroles du Seigneur sont loin d’évoquer une bande de pécheurs ayant besoin d’être convertis.


Permettez-moi de vous rappeler, une fois de plus, que Jésus-Christ avait tracé un programme d’évangélisation mondiale pour ses disciples, et qu’il leur avait promis la puissance du Saint-Esprit dans le but de faire d’eux des témoins efficaces jusqu’aux extrémités de la terre. Selon Jésus, ils étaient à la veille de pénétrer dans une nouvelle époque. En effet, Dieu s’apprêtait à introduire un changement de dispensation, mais non en dehors d’une expérience spirituelle plus intense et plus élevés.


Certes, Dieu s’occupe des hommes à travers ses dispensation ; mais il n’a pas recours à des calendriers, qu’il effeuille tout simplement, d’un mois à l’autre, pour changer ses dispensions. Celles-ci concernent des êtres humains et non des calendriers. Elles se rapportent à des expériences spirituelles, et non à la mesure du temps. Lorsque les disciples étaient sur le point d’entrer dans cette nouvelle époque, ce n’était pas seulement pour être transportés d’une dispensation à une autre, mais c’était pour connaître un nouveau souffle et une nouvelle puissance d’action, venus d’en haut. Une puissance allait se manifester, puissance qu’il n’avait pas encore été possible d’obtenir jusque là. Cette puissance devait les pénétrer et les posséder tout entiers, et leur apporter Dieu d’une nouvelle façon. Cette puissante allait véritablement être une personne. Et c’était cette Personne qui allait les pénétrer et habiter en eux.


Telle est la différence entre le christianisme et toutes les sectes orientales, et sectes tout court ! Toutes les sectes religieuses s’efforcent d’éveiller ce qui existe déjà en vous, alors que le christianisme dit : « ce que vous avez ne suffit pas; il vous faut recevoir l’effusion d’en haut ! » Voilà la différence ! Les autres vous disent : « Réveillez donc ce qui’l y a en vous » et ils s’imaginent que cela suffit.


A titre d’illustration, si vous voyiez quatre ou cinq lions foncer droit sur vous, il ne ne vous viendrait pas à l’idée de faire appel à un petit caniche en lui craint : « Hé ! Réveille le lion qui est en toi ! » cela ne marcherait pas, pour la bonne et simple raison que cela ne suffirait pas; Les lions sauteraient sur notre petit ami à quatre pattes et n’en feraient qu’un bouchée, tout simplement parce qu’un petit caniche ne fait pas le poids face à une bande de lions. Pour faire de lui le vainqueur, il faudrait qu’une puissance extérieure à lui-même le rende plus grand et plus fort que les lions.


C’est exactement ce que Saint-Esprit déclare faire pour le chrétien. Mais les sectes continuent de dire : « Consentez-Vous, libérez votre esprit et les pouvoirs créatifs qui sont en vous. »

La vérité est que nous n’avons pas en nous de tels pouvoirs créatifs. Nous commençons à mourir le jour de notre naissance. Je me suis souvent demandé pourquoi les bébés se mettent à crier dès qu’ils voient le jour; se pourrait-il qu’ils ne veuillent pas mourir ? Néanmoins, ils commencent à mourir dès la minute où ils naissent. Tout cet enseignement au sujet de potentiel enfoui, d’impulsions créatives, et de réveiller notre vrai moi, se justifie difficilement, car nous cheminons sur la terre, à peine capables de nous maintenir en mouvement. Puis, au fur et à mesure que nous vieillissons, la loi de la gravité va exercer sur nous son pouvoir d’attraction, nous courber lentement, et finir par nous envoyer au tapis. Nous finissons par abandonner la partie dans un dernier souffle, et retournons à notre mère la terre. Voilà exactement le genre de potentiel dont dispose la race humaine : le potentiel d’être un cadavre.


Dieu tout-puissant nous dit : « Je ne tiens pas à réveiller la puissance qui est en vous. Mais vous recevrez la puissance du Saint-Esprit survenant sur vous ! » Voilà qui est tout à fait différent, n’est-ce pas ! S’il ne nous suffisait que d’être réveillés, le Seigneur se serait contenté de nous réveiller; mais nous avons besoin de plus que cela; Nous avons besoin d’être revêtus de la puissance d’en haut.


Ainsi donc, ils allaient pénétrer dans une ère nouvelle qui devait être marquée par une chose inédite, à savoir : un état spirituel enrichi. Quelles sont maintenant les différences que nous pouvons voir chez les disciples comme résultat de cette situation nouvelle ?


Pour déblayer le terrain, jetons d’abord un coup d’oeil sur certaines des choses que possédaient les disciples avant la venue du Saint-Esprit; et on verra alors qu’ils avaient, de toute évidence, des bénédictions qu’il n’était pas nécessaire à l’Esprit d’apporter à la Pentecôte.


Par exemple, ils étaient de vrais disciples, et ils étaient conscients de leur rôle de disciples et de leur autorité venue de Christ. Ils étaient les disciples du Seigneur et ils l’aimaient. Le fait de sa savoir des disciples ne leur est pas venu à la Pentecôte. Ils étaient convertis, pardonnés, et avaient quelque chose qu’un grand nombre de prédicateurs n’ont pas aujourd’hui : le don de prêcher. « Et ils s’en allèrent prêcher partout. »


En outre, ils avaient la puissance d’accomplir des miracles, si bien que lorsqu’ils sont revenus en récapitulant les manifestations demeure puissance, le Seigneur leur a reproché leur orgueil, et leur a dit qu’ils devraient plutôt être heureux d’avoir leurs noms écrits dans les cieux. Cependant, il n’a pas nié que c’est sa puissance même qu’ils avaient exercée, car il le savait fort bien. Il la leur avait donnée ! Certains enseignent que si vous êtes rempli de l’Esprit, vous pouvez accomplir des miracles. Ils oublient que les disciples avaient ce pouvoir avant même d’être remplis de l’Esprit.


On n’a pas besoin de la puissance du Saint-Esprit pour accomplir des miracles; La puissance du Saint-Esprit est quelque chose d’infiniment plus élevé, de plus grand, et de plus merveilleux que le simple fait de faire des miracles; Les disciples ont fait des miracles bien avant la venue de l’Esprit.


Cela dit, nous pouvons maintenant considérer la différence qu’il y a eu dans leur vie et dans leurs expériences à partir du moment où le Saint-Esprit est descendu sur eux, quand ils sont sortis de la période précédant la Pentecôte pour entrer dans la période succédant à la Pentecôte, après l’effusion du Saint-Esprit.


Il n’est pas difficile d’énumérer sept chose que le Saint-Esprit a faites pour les disciples ; et vous pouvez les vérifier vous-même, une par une, dans les Ecritures. Je crois que nous devrions accorder de l’importance, et continuer à le faire en exposant la Bible et en restant attachés à l’enseignement véritable des Ecritures. Voyons maintenant quelle sont ces sept choses :


  • Premièrement, ils ont été rendus conscients, de façon soudaine et éclatante, de la présence réelle du Dieu vivant.

Ils connaissaient Jésus et ils l’aimaient; mais, avec la venue du Saint-Esprit,