ACTES 28



Verset 1 à 6

Après avoir échapper à la mort dans la mer, Paul est cette fois attaqué par un serpent, sur la terre ferme. Mais une fois de plus, on voit que la main de Dieu est sur lui, car le serpent ne lui fait aucun mal et laisse ainsi les Maltais pantois. Mais plutôt que de regarder vers le ciel pour reconnaitre que la main de Dieu, ils regardent à l’homme, le considérant lui-même comme un dieu.

Il est malheureux de voir que beaucoup n'ont pas le réflexe de voir Dieu en toutes choses. Combien d'hommes et de femmes sont élevés et glorifiés par les hommes, parce qu'ils ont quelque chose de plus que n'ont pas les autres. Combien de fans qui donneraient leur vie pour leur îdole ! Ils font d'eux leur dieu.


Verset 7 à 11

L’équipage et les passagers restent 3 mois à Malte et ne reprennent la route qu’une fois l’hiver terminé. Tous les malades sont guéris dans l’île par l’imposition des mains de Paul.


Verset 12 à 16

Un peu moins de 2 semaines plus tard, Paul rejoint Rome et a la permission d’y séjourner en semi-liberté. Il est logé normalement, mais reste sous la garde d’un soldat.


Verset 17 à 22

A peine arrivé à Rome, Paul ne se décourage pas, mais veut rencontrer les responsables juifs pour leur expliquer sa venue et en profiter pour leur apporter la bonne nouvelle. Cette fois-ci, ils rencontrent des juifs beaucoup plus ouverts.


Verset 23 à 29

Pendant une journée entière, Paul les reçoit chez lui et leur annonce l’évangile. Les uns croient, les autres non.

Pour les incrédules, Paul termine son entretien en leur annonçant une parole dite par le prophète Esaïe. Ch 6:9-10. Rien de mieux que l'ancien testament pour parler à un juif. Cependant, Paul sait que le peuple juif n’entendra pas, car la prophétie d’Esaïe l'avait lui-même déclaré, mais il le fait parce qu’il aime son peuple et qu’il espère que quelques uns seront sauvés.


Verset 30 à 31

Le récit de l’histoire de Paul s’arrête ici à Rome. Pendant 2 ans, il a pu prêcher la bonne nouvelle en toute liberté, dans sa maison. Il n’allait plus dans les synagogues, ni dans les rues de la ville, parce qu’il était prisonnier, mais dans son logement, il était totalement libre de recevoir, de prêcher et d’enseigner le Royaume de Dieu. C’est dans ce lieu qu’il écrivit les lettres adressées aux éphésiens, aux colossiens, aux philippiens et à Philémon.

On suppose que Paul a été relâché et qu’il visitera à nouveau quelques contrées. Il sera décapité à Rome en 66, sous le règne de Néron et enterré dans la Via Ostensis, à 3 km de Rome, là où Constantin fit construire une église.




7 vues