Rechercher

VIVRE LIBRE DE LA PEUR



Le monde est un endroit dangereux, plein de périls et de personnes dangereuses. Les dangers, les difficultés et les pièges rôdent à tous les coins de rue parce que le mal est bel et bien réel. En tant que chrétiens, nous comprenons cela parce que nous savons comment le péché et ses conséquences sont entrés dans le monde. Beaucoup de personnes non religieuses ou athées ne veulent pas admettre que le mal existe ou que les hommes sont pécheurs. Pourtant, lorsque des terroristes frappent ou qu’une calamité se produit, ils sont prompts à parler d’« actes mauvais » ou de « personnes mauvaises ». Ils n’ont pas de mots à eux pour rendre compte des misères et des tragédies de ce monde ; ils doivent donc emprunter ces concepts à notre vision biblique du monde. Seule l’Écriture fournit une explication cohérente du mal, et seule la Parole de Dieu nous dit pourquoi nous avons naturellement peur.


Nous sommes nés avec la peur, en venant au monde en criant au secours. Même les bébés à naître ressentent une peur intense lorsque les avorteurs les déchirent dans le ventre, naguère sûr et protégé, de leur mère. Les jeunes enfants ont peur du noir et veulent une veilleuse pour les réconforter. Nous avons peur non seulement des pires catastrophes qui nous frappent, nous et ceux qui nous entourent, mais aussi de toutes les tragédies et difficultés relativement moins graves que nous pourrions connaître.


La peur est une émotion primale si puissante qu’elle peut faire des ravages dans nos cœurs. La question est la suivante : que faisons-nous de nos peurs ? Nous vautrons-nous dans la fange de la peur, agissons-nous comme si nous n’avions pas peur, tentons-nous de cacher notre peur, ou essayons-nous d’affronter nos peurs avec une pure ténacité ? Ou nous tournons-nous vers le Seigneur ? Ce n’est que lorsque nous nous tournons vers le Seigneur que nous l’entendons dire : « Ne crains pas. » Cependant, le Seigneur nous commande de ne pas avoir peur, non pas pour que nous puissions ignorer nos peurs ou les surmonter par pure volonté, mais parce qu’il a promis : « Je suis avec toi. » Parce que le Seigneur est avec nous, il nous a appris à le craindre seul. Toutes les autres craintes ne commencent à s’estomper que lorsque nous craignons le Seigneur.


Savoir que nous sommes unis à Christ par la foi seule et habités par l’Esprit est la différence entre avoir peur de Dieu et craindre Dieu. C’est la différence entre avoir peur de tous les dangers possibles et faire confiance à notre Dieu souverain qui ne nous quittera jamais ou ne nous abandonnera jamais. Le Saint-Esprit, notre consolateur, nous libère pour que nous puissions marcher à l’abri de la peur parce que nous avons été sauvés par Celui qui nous tient dans la paume de sa main. C’est pourquoi nous pouvons chanter avec John Newton, « C’est la grâce qui a appris à mon cœur à craindre, et la grâce qui a soulagé mes craintes », et avec Martin Luther, « Et si ce monde, rempli de démons, devait menacer de nous défaire, nous ne craindrions pas, car Dieu a voulu que sa vérité triomphe à travers nous ».

Burk Parsons

39 vues