Rechercher
  • A.W. TOZER

VOIR LA COLÈRE DE DIEU À LA LUMIÈRE DE SA SAINTETÉ


Celui qui croit au Fils à la vie éternelle ; celui qui ne se confie pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jn 3:36


Le chrétien sérieux et instruit sait que la colère de Dieu est une réalité, qu’elle est aussi sainte que son amour et qu’il n’y a aucune incompatibilité entre la colère de Dieu et son amour. Il sait également, dans la mesure où des êtres déchus peuvent connaître de telles réalités, ce qu’est la colère divine et ce qu’elle n’est pas.


Pour comprendre la colère de Dieu, nous devons l’examiner à la lumière de sa sainteté. Dieu est saint et il a érigé la sainteté en condition morale nécessaire à la santé de l’univers. La présence temporaire du péché dans le monde ne fait que renforcer cette constatation. Tout ce qui est saint ; le mal est une maladie morale qui prend fin à la mort. Le lien entre la sainteté et la guérison est particulièrement bien souligné dans certaines langues comme l’anglo-saxon, où le mot saint se dit « halig » et guérison « healing ».


Comme le premier souci de Dieu pour son univers est sa santé morale, autrement dit sa sainteté, tout ce qui est contraire à cet état attire nécessairement son déplaisir éternel. Chaque foi que l’impiété fait obstacle à la sainteté de Dieu, il y a conflit.


Pour préserver sa création, Dieu doit détruire tout ce qui pourrait la détruire. Chaque fois qu’il se lève pour frapper de destruction et sauver le monde d’une faillite morale irréparable, on dit que Dieu est très en colère; tous les jugements du Dieu courroucé qui ne sont produits dans l’histoire du monde ont été des actes saints de préservation.


La colère de Dieu ne tolère absolument pas ce qui dégrade et détruit.


A.W TOZER





10 vues