Rechercher
  • L. GILMAN

2 SAMUEL 6




Verset 1 à 8

David veut l’arche de Dieu auprès de lui et met tout en oeuvre pour aller la récupérer à Kirjath-Jearim qui est en Juda 1 Chr 13:6 Et David, avec tout Israël, monta à Baala, à Kirjath–Jearim, qui est à Juda, pour faire monter de là l’arche de Dieu, devant laquelle est invoqué le nom de l’Eternel qui réside entre les chérubins.

L’arche symbolise la présence Dieu et nul ne peut mettre la main sur Dieu, tenter de le toucher. À première vue, on pense qu’Uzza veut bien faire, mais aux yeux de Dieu, c’est une attitude légère et trop familière. Par ses propres moyens, il pense retenir l’alliance.


C’est l’attitude de quelqu’un qui agit par ses oeuvres. Dieu n’attend rien de ce qui vient de nous, parce que nous sommes impurs et que nos oeuvres si bonnes puissent-elles paraitre, seront toujours impures. Ne cherchons pas à empêcher Dieu de tomber comme Uzza l’a fait, il est au dessus de tout et ne se trompe jamais. Faisons-lui confiance, même lorsque tout nous semble s’écrouler, il est au contrôle et nous ne devons jamais en douter.


Verset 9 à 10

Ne comprenant pas, David a très peur pour sa vie. Il a conscience de ce qu’il est et pense qu’il risque aussi la mort.


Cet épisode est là pour nous montrer que s’approcher de Dieu est sérieux et que nous ne devons pas plaisanter avec tout ce qui le concerne. Comme David, nous devons en prendre la mesure pour nous-mêmes.


Verset 11 à 15

L’arche est une grande source de bénédictions pour Obed-Edom, ce qui rassure David et lui donne envie de la récupérer. La réjouissance, tout autant que les plus grands honneurs, font partis du voyage. David est heureux et l’exprime de toute sa force devant tous, mais il n’oublie pas de rendre l’honneur à Dieu, comme il lui est dû.


Le plus grand respect ne semble pas s’unir avec les réjouissances, et pourtant David nous montre ici que c’est pourtant possible. C’est devant Dieu qu’il se réjouit de toute sa force. Dieu n’est pas contrarié si nous exprimons notre joie, bien au contraire, mais toujours si cette expression se fait dans le plus grand respect. David a commencé d’abord par faire des sacrifices et ensuite, il s’est réjoui. Il n’a pas lésiné sur la quantité des sacrifices et n’a pas compté son temps.


Nous n’avons plus besoin de l’arche, car le Saint-Esprit vit avec nous en permanence. Mais avons-nous réalisé que le Saint-Esprit, c’est Dieu et que par conséquent, nous lui devons le plus grand respect. Nous pouvons et d’ailleurs devons être joyeux, mais n’oublions pas qu’il est avant tout Dieu ! Ce n’est pas un copain, il est le tout puissant et nous ne sommes vivants que parce qu’il a déversé son Amour sur nous. L’humilité doit être notre priorité, il est et marche devant nous. Quant à nous, nous le suivons et le servons.


Verset 16 à 23

Mical regarde avec mépris son mari. En tant que roi, elle ne comprend pas qu’il se comporte de la sorte, mais David lui montre qu’il n’est rien, et que l’humilité face au peuple ne l’empêchera pas d’être respecté, bien au contraire.


Notre position ne doit pas nous éloigner des autres, c’est Dieu qui élève et non les hommes. David s’est montré tel qu’il est sans se soucier du regard des autres, il n’a pas tenu compte de sa position vis à vis des autres, mais uniquement de celle qu’il a devant Dieu, c’est à dire être son enfant.




1 vue