Rechercher
  • L. GILMAN

2 SAMUEL 18


Verset 1 à 8

Le peuple protège David, car ce qu’Absalom veut, c’est la mort de son père. Mais David ne veut aucun mal à Absalom, car malgré sa méchanceté, il reste et restera toujours son fils, le fruit de ses entrailles.

Qui pourrait vouloir la mort d’un enfant ? Malgré la haine et le mépris, personne ne souhaiterait une telle chose.


Verset 9 à 18

Absalom se croyait fort et invincible et pourtant c’est un arbre qui va le stopper net dans sa folie.

Joab ne voit pas face à lui le fils du roi, mais un ennemi, c’est pourquoi il n'éprouve aucun sentiment et désobéit à l’ordre que David lui a donné et le tue.

Absalom est allé trop loin, car en s’opposant à son père, il s’est opposé à Dieu lui-même. Et si David était incapable de faire justice, Dieu s’en est chargé par la main de Joab.

Dieu a des plans et nul ne pourra les arrêter ou les détourner. C’est pourquoi, nous devons savoir que si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Rom 8:31 Comme David, nous n’avons pas à faire justice par nous-même, mais remettons notre confiance en Dieu qui le fera parfaitement.


Verset 19 à 33

La mort d’un enfant est tragique, mais cet enfant était un ennemi vigoureux, un ennemi qui ne souhaitait que la mort de son propre père. David est terrassé par l’annonce de sa mort et ne tient pas compte un seul instant de la victoire. Ses sentiments le submergent et lui font oublier qu’Israël était en danger. La vie de son fils ne valait-elle pas plus que la nation toute entière ? Dieu a donné son fils pour le salut des hommes. Et pourtant son fils était parfait, sans aucun péché. C’est là où nous pouvons mesurer davantage l’amour de Dieu pour son peuple, il n’a pas regardé à donner ce qu’il avait de plus cher pour des hommes qui ne le méritaient pas.

David, comme tout bon père, aurait voulu mourir à la place de son fils, mais quel aurait été l’avenir d’Israël ? Un avenir loin de Dieu !

1 vue