Rechercher

COMMENT PUIS-JE ÊTRE EN DÉSACCORD AVEC MON MARI ET QUAND MÊME ME SOUMETTRE ?


Question : Bonjour, Pasteur John ! Je sais que la soumission est l’exigence de l’épouse, et j’ai travaillé dur ces derniers temps pour tenir ma langue et être d’accord avec mon mari même si j’ai une opinion différente. Récemment, il a acheté une nouvelle voiture. J’ai senti dans mes tripes que c’était imprudent. Je lui ai fait une remarque à ce sujet, mais je voyais bien que sa décision était déjà prise. J’ai donc accepté sa décision. Maintenant, il s’avère que mon instinct était bon. L’achat de la voiture était peu judicieux. Nous le savons tous les deux maintenant. Et maintenant, je me sens particulièrement responsable de ne pas avoir fait plus d’efforts pour le convaincre au départ. Suis-je responsable de ne pas m’être davantage exprimée ? J’aimerais vous entendre répondre aux préoccupations d’une épouse en désaccord qui veut aussi se soumettre.


Je pense qu’il est vraiment crucial de prendre du recul avec une question comme celle-ci par rapport à la question immédiate : « Suis-je responsable de ne pas m’être davantage exprimée alors que mon mari était sur le point de faire un choix stupide ? » C’est la question. J’y reviendrai bientôt.


Trois paramètres pour le complémentarisme

Prenez du recul et placez la question dans le contexte de trois perspectives plus larges. Je veux toujours faire cela pour que la discussion sur le complémentarisme, la masculinité et la féminité, l’homme et la femme, la sexualité, les relations, les rôles, soit maintenue dans le tableau biblique plus large, d’où découle une sorte d’éthique et d’esprit – qui est toujours plus important qu’une liste particulière de choses à faire et à ne pas faire.


1. Les hommes et les femmes sont égaux dans la bêtise.

La première grande perspective serait de nous rappeler que toutes les femmes et tous les hommes, tous les maris et toutes les femmes, sont déchus et pécheurs et égoïstes et insensés. Et là où ces choses ne sont pas mises à mort par l’Esprit, les hommes sont des insensés et les femmes sont des insensées (Romains 8.13). Et je pense qu’il est juste et utile de se rappeler que les hommes et les femmes sont tous deux pécheurs, tous deux corrompus, tous deux sujets à l’égoïsme et à la bêtise.

Certes, l’homme exprime son péché de différentes manières. Je veux dire qu’une personne devrait réfléchir longuement à la raison pour laquelle 93% de tous les détenus en Amérique sont des hommes. Pensez-y sérieusement : 156 000 hommes contre seulement 11 000 femmes. Cela a quelque chose à voir, non pas avec des niveaux plus élevés de péchés, mais avec des niveaux plus élevés de péchés particuliers, de péchés d’hommes, auxquels quelqu’un devrait vraiment réfléchir. Et il y a différentes façons dont la féminité exprime son péché.

Mais l’égoïsme et la bêtise ignorent tout de la sexualité, ce qui signifie que la question de cette femme n’est pas inhabituelle. C’est un combat quotidien, j’ose le dire, parfois, dans chaque mariage : un mari qui ne cherche pas, n’accueille pas ou ne cède pas à la sagesse de sa femme, comme un insensé ; une femme qui ne tient pas compte des sages conseils de son mari sur certaines de ses manières, comme une insensée.


2. L’Écriture appelle chacun à l’humilité, au service et à la soumission.

La deuxième grande perspective dans laquelle la question doit être encadrée est l’étendue et la profondeur de l’enseignement biblique sur la soumission. La Bible décrit les enfants pieux comme soumis à leurs parents (Éphésiens 6.1 ; Colossiens 3.20), les citoyens pieux comme soumis au gouvernement (Romains 13.1 ; Tite 3.1 ; 1 Pierre 2.13), les membres pieux de l’Église comme soumis à leurs dirigeants (Hébreux 13.17), les esclaves pieux comme soumis à leurs maîtres (Éphésiens 6.5 ; Colossiens 3.22 ; 1 Pierre 2.18), les femmes pieuses comme soumises à leurs maris (Éphésiens 5.22-24; Colossiens 3.18 ; 1 Pierre 3.1).

Et de peur que nous ne pensions que c’est là l’étendue de la chose – du genre « Nous devons comprendre chaque rôle, et comment chaque personne danse en fonction de ces rôles » – Jésus a dit : « si quelqu’un veut être grand parmi vous, il sera votre serviteur » (Matthieu 20.26). Celui qui veut être grand doit être le serviteur de tous. Bon, allez ajouter cela au mélange et la question de la soumission. Et il a dit :

Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre encore ta chemise. (Luc 6.28-29)

Et Paul a dit : « Avec humilité considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de regarder à ses propres intérêts, regarde aussi à ceux des autres. » (Philippiens 2.3-4)

En d’autres termes, l’humilité, le service, la soumission ne sont pas un aparté – oh combien ce n’est pas un aparté – dans le Nouveau Testament ; ils sont omniprésents et fondateurs. C’est, comme le dit Paul dans Philippiens 2.5-8, les sentiments de Christ. Toute cette insistance du Nouveau Testament est aussi importante qu’elle l’est, je crois, parce que Dieu veut que Christ soit exalté, de manière habituelle et normative (je choisis mes mots avec soin ici) par des attitudes et des actions qui montrent aux autres que nous sommes si satisfaits et si sûrs en Christ que nous n’avons pas besoin de nous venger, de dominer ou de nous exalter. C’est ce qui se cache derrière tout ce motif : notre sécurité, notre contentement, notre identité réside dans le fait que nous sommes les enfants de Dieu, rachetés par le sang et héritant de l’univers – et quelle liberté cela apporte dans toutes les relations.


Et cette perspective plus large a au moins deux effets sur les modes d’existence uniques appelés masculin et féminin, masculinité et féminité.


1. L’un des effets est de garder sous les yeux que le but de l’humilité, du service et de la soumission est de manifester la seigneurie universelle de Jésus Christ sur tout son peuple, tout le temps, de toutes les manières, de sorte que chaque dimension de notre comportement relationnel le fait paraître glorieux et satisfaisant à tous égards, et nous fait paraître dépendants de lui. C’est le but de toute relation.


2. L’autre effet de cette perspective est de nous rappeler que le service universel, l’humilité et la soumission de tous les chrétiens n’annulent pas les différences créationnelles données par Dieu entre les hommes et les femmes, mais nous incitent plutôt à discerner les manières particulières, les manières spéciales, dont la direction et le leadership d’un homme affiche son humilité et son service, et les manières particulières dont une femme répond à ce leadership : humblement, avec soumission, à la manière d’un serviteur.


3. Le mariage a pour but de manifester Christ et l’Église.

Voici la troisième perspective que nous devons garder à l’esprit – à savoir que dans le mariage, l’objectif est de mettre en scène la relation de maintien de l’alliance entre Christ et l’Église. C’est l’objectif principal du mariage tel que Dieu l’a créé, le mari se conformant principalement à Christ, et la femme se conformant principalement à l’Église, comme Paul le décrit dans Éphésiens 5.

Et cette parabole de Christ et de l’Église n’est pas dénuée de sens, même si les maris – contrairement à Christ – sont pécheurs, égoïstes, limités et insensés. Christ n’est rien de tout cela. Ainsi, tout comme la masculinité et la féminité, dans leur réalité créaturellement naturelle, restent pertinentes pour la façon dont l’humilité et le service s’expriment, de même Christ et l’Église en tant que modèles du drame du mariage restent pertinents, même si le mari est si différent de Christ de manière significative.


Un état d’esprit formé par l’Esprit pour le mariage

Voilà les trois grandes perspectives qu’il faut garder à l’esprit et sur lesquelles il faut méditer, je pense, lorsque nous posons la question particulière de cette épouse. Et ce qu’elle a demandé, c’est : « Suis-je responsable de ne pas m’être davantage exprimée alors que mon mari était sur le point de faire un choix stupide ? Ou du moins de ne pas avoir parlé avec plus d’insistance. »

Et ma réponse à cette question est, dans son cas particulier, je ne sais pas. Et une brève explication de la raison de mon ignorance l’aidera, je pense, à répondre elle-même à la question de manière biblique. La raison pour laquelle je ne sais pas n’est pas qu’il est toujours bon ou toujours mauvais pour une femme de partager sa sagesse avec son mari sur les actions qu’il est sur le point de prendre. Ce n’est pas toujours mal et ce n’est pas toujours bien.

Ce n’est pas toujours mal parce que, même dans la relation de l’Église à Christ, nous, l’Église, faisons connaître notre volonté, nos désirs, nos souhaits. Nous laissons ce que nous pensons être sage être connu dans la prière. C’est ce qu’est la prière : dire à Dieu ce que nous aimerions qu’il fasse. Et puisque Christ, étant parfait, n’a pas du tout besoin de nos conseils – merci beaucoup – il n’a pas besoin de nos prières pour lui dire comment diriger le monde, mais il les reçoit, à combien plus forte raison une épouse doit-elle faire connaître ses demandes concernant ce qui est sur le point de se passer dans le mariage ? Et il y a de nombreuses autres raisons pour lesquelles il ne serait pas toujours mauvais pour une femme d’exprimer son inquiétude et sa sagesse concernant la décision que le mari est sur le point de prendre.

Mais je dis que ce n’est pas toujours juste parce que cela dépend en partie du moment, du comportement, du ton de la voix, du choix des mots utilisés, de l’histoire de la stupidité chronique du mari ou du harcèlement chronique de la femme. Il y a juste beaucoup, beaucoup trop de facteurs que je ne connais pas dans ce cas pour dire si le fait qu’elle l’ait mentionné une fois était exactement juste, ou si elle aurait dû insister davantage. Il faudrait que j’en sache beaucoup plus pour pouvoir juger si elle a fait exactement ce qu’il fallait ou si elle aurait dû intervenir davantage.

Mais en général, je dirais que dans un mariage biblique sain, un mari rechercherait – très normalement – et accueillerait la sagesse de sa femme. Et la femme aurait la maturité, la sagesse et la grâce de donner cette sagesse sans déshonorer son mari ni lui faire comprendre qu’il est un chef de famille indigne.

Ce qui, je l’espère, est évident dans tout cela, c’est que la masculinité et la féminité bibliques dans la relation du mariage ne consistent pas en une simple liste de choses que vous pouvez ou ne pouvez pas dire, de choses que vous pouvez ou ne pouvez pas faire, mais plutôt en une disposition et un comportement fondés sur la Bible, formés par l’Esprit, qui reflètent la vocation unique de l’homme à être le chef du foyer, et la vocation unique de la femme à soutenir volontiers cette vocation de l’homme en venant à ses côtés avec ses dons féminins uniques et indispensables.


John Piper


#couples #amour

0 vue