Rechercher

JOIE SUPERFICIELLE OU VRAIE JOIE ?



La banque est un endroit barbant. Ou, du moins, c’est ce que la plupart des gens pensent – à moins que vous ne soyez le fils d’un banquier, ce qui est mon cas. Vous voyez, de temps en temps, mon père m’emmenait au travail avec lui et m’occupait avec tout ce qu’il pensait qu’un garçon de dix ans trouverait intéressant dans une banque. Je finissais toujours par fixer le présentoir de faux billets – une vitrine de taille moyenne qui montrait, côte à côte, de la vraie et de la fausse monnaie et comment on pouvait faire la différence.


Savoir faire la différence entre de la vraie et de la fausse monnaie n’est pas seulement intéressant pour un enfant dans une banque ; c’est aussi une illustration importante, notamment lorsqu’il s’agit de faire la différence entre la vraie joie et la fausse joie. Vous n’avez peut-être pas établi de corrélation directe entre la valeur de l’argent et la joie, mais considérez l’importance de la joie. La joie nous indique ce que nous apprécions le plus dans la vie ; elle nous définit en tant que personnes. Alors, pouvez-vous repérer une joie factice, ou superficielle ? Pour ce faire, vous devez être capable de faire la différence entre quatre types de joie : la fausse, l’inconstante, l’éphémère et l’éternelle.


La fausse joie est la contrefaçon la plus flagrante de la vraie joie. La fausse joie est la joie que les gens prennent dans le péché, l’appât sur l’hameçon de la tentation. C’est la joie de la conquête sexuelle qui a conduit David à commettre l’adultère avec Bethsabée et la joie de s’en sortir qui l’a conduit à faire tuer son mari (2 S 11). Cette fausse joie et son attrait creux rendent le péché possible et répétable. La fausse joie n’est pas une vraie joie. Ce n’est qu’un désir pécheur et marqué par des désirs impurs qui se fait passer pour de la joie, provoquant un plaisir momentané alors même qu’il empoisonne votre âme. Ainsi, notre première règle pour repérer la fausse joie est la suivante : la vraie joie ne peut être trouvée que dans les limites de la loi de Dieu.


Le deuxième type de joie est la joie inconstante. La joie inconstante est un plaisir qui dépend des circonstances. Lorsque la vie va bien, le bonheur abonde, et l’on suppose que Dieu est proche. Lorsque la vie est un marasme, une dépression et une obscurité, la joie inconstante est introuvable, et Dieu semble être loin, très loin. Si la vraie joie réside dans les circonstances agréables comme dans les circonstances terribles, les circonstances peuvent aussi masquer la vraie joie, surtout dans la souffrance. Ainsi, la joie inconstante n’est que cela, inconstante et de saison. Et c’est là notre deuxième règle : les circonstances ne peuvent ni produire ni entraver la vraie joie.


Le troisième type de joie est la joie éphémère, un type de joie enraciné dans la grâce commune de Dieu envers tous les hommes. Si vous êtes un être humain, quel que soit votre état spirituel, Dieu vous a béni (Mt 5.45). Et ces bénédictions appellent la joie comme réponse à la bénédiction gracieuse de Dieu. Ces bénédictions comprennent une variété de choses telles que les talents, la famille, les possessions, la santé, les réalisations, la beauté d’un lever de soleil, et même les leçons apprises à travers des épreuves difficiles. Il s’agit d’une joie véritable, présente en toutes circonstances, vécue par tous les hommes ; néanmoins, c’est une joie qui est éphémère. Elle est éphémère parce que ce monde et toutes les bontés qu’il a à offrir ne sont pas tout ce qui existe. Si vous avez le monde et que vous n’avez pas Dieu, vous n’avez rien. Et nous avons donc notre troisième règle : le meilleur que ce monde a à offrir est une joie éphémère.


Le quatrième type de joie, la plus authentique, est la joie éternelle, ainsi nommée parce que c’est une joie qui vient du Dieu éternel et qui est dirigée vers lui, une joie qui est la propriété unique des chrétiens. La joie éternelle est le plaisir que Dieu éprouve en lui-même, dans sa création et dans sa mission rédemptrice. Ce n’est que par la foi en Jésus que vous, en tant que chrétien, pouvez partager et expérimenter cette joie. Lorsque vous glorifiez Dieu, vous participez à la joie qu’il éprouve en lui-même. Lorsque vous regardez la création, vous ne la voyez pas seulement comme belle, mais comme révélant la beauté de Dieu en tant que Créateur. Lorsque vous réfléchissez à votre salut, vous vous délectez avec joie de la grâce élective de Dieu à votre égard, imméritée et riche. C’est cette joie qui est la possession du chrétien dans la souffrance et la prospérité, dans cette vie et dans la suivante, par Jésus-Christ notre Seigneur. Et voici donc notre dernière règle : la joie véritable et durable ne se trouve qu’auprès de Dieu en Christ.


Vous avez maintenant vu côte à côte la joie contrefaite et superficielle et la vraie joie. Vous avez retenu quatre règles qui vous serviront lorsque vous examinerez votre vie. Ne vous contentez pas d’une joie bon marché et contrefaite. Cherchez à vous emparer de la joie véritable et profonde. Le petit catéchisme de Westminster a raison lorsqu’il dit que le but principal du chrétien est de glorifier Dieu et de trouver son bonheur en Lui pour toujours, car, en fin de compte, la joie n’est aussi bonne que son objet.


Joe Holland

11 vues