Rechercher

JUGER AVEC UN JUGEMENT JUSTE



Peu de sujets liés à la vie chrétienne semblent susciter plus de doutes, de tensions et d’anxiété que le jugement et le discernement personnels. C’est une lutte interne sans fin qui semble devenir de plus en plus compliquée. Nous faisons constamment des allers-retours dans notre esprit pour savoir à quoi ressemble le fait de dire la vérité avec amour. Nous désirons bien aimer les autres, faire preuve de compassion et être un exemple d’humilité et de douceur semblables à Christ. En même temps, nous savons que nous sommes appelés à être intransigeants et inébranlables dans notre engagement à poursuivre la justice et à proclamer la vérité de Dieu et de sa Parole. Nous savons que cela signifie souvent que nous devons dire des choses difficiles tant à ceux dont nous sommes les plus proches qu’à de parfaits inconnus. Chacune de ces situations est incroyablement difficile, à sa manière.


Vous connaissez probablement bien ce sentiment. L’un des moments où je me suis personnellement débattu avec cette tension de manière constante, c’est lorsque je vivais en Floride centrale et que j’avais l’occasion de servir chaque semaine aux côtés de John Barros dans son ministère devant le Orlando Women’s Center, une clinique d’avortement locale. Chaque semaine, je voyais des hommes et des femmes de tous âges – maris, petits amis, amis, pères, mères, grands-pères, grands-mères – escorter des jeunes femmes dans cette clinique pour qu’elles se chargent du meurtre et de l’élimination de l’enfant qu’elles portaient. Vous pouvez le voir sur chacun des visages de ceux qui entrent – douleur, confusion, amertume, colère. Vous vous efforcez de les servir en reconnaissant le désespoir qu’ils doivent ressentir et en leur offrant une aide spécifique, tout en les appelant sans équivoque à voir le caractère mauvais de ce qu’ils sont sur le point de faire, à s’en repentir et à préserver la vie de leur enfant. Alors que nous plaidions depuis le trottoir, la réponse de loin la plus courante que nous avons reçue était la suivante : « Pourquoi portez-vous un tel jugement ? Vous ne me connaissez pas. Seul Dieu peut me juger. »


Peu importe le nombre de fois où j’ai entendu cette réplique et où j’ai voulu la considérer comme la réaction défensive d’un individu spirituellement insensible cherchant à éviter sa responsabilité, ces mots m’ont quand même touché. Ils m’ont frappé parce que, en tant que chrétien, je ne veux pas être perçu par le monde qui me regarde comme quelqu’un qui juge. Ces paroles m’ont également blessée parce que, même si je m’efforce de les repousser, je vis toujours dans un milieu culturel qui m’a inculqué très tôt que l’empathie et la tolérance sont des vertus primordiales, et qu’il est donc insensible ou moralisateur de prononcer des paroles de conviction ou de défi qui pourraient blesser quelqu’un ou l’inciter à se conformer à autre chose que sa propre expérience.


Ainsi, dans un monde d’ambiguïté morale, comment un chrétien peut-il savoir, en toute confiance, comment vivre correctement les paroles de Jésus dans Jean 7.24, où il dit : « Ne jugez pas d’après l’apparence, mais portez un jugement juste » ? Qu’est-ce que Jésus entend par « jugement juste », et comment attend-il de ses auditeurs qu’ils l’appliquent ?


Alors que nous nous efforçons de répondre à ces questions, le contexte de l’enseignement de Jésus est utile. Dans Jean 7, Jésus enseigne ouvertement dans le temple pendant Souccot, la fête des Tentes, et les Juifs qui l’entendent s’étonnent que quelqu’un qui n’a jamais étudié puisse posséder un tel savoir. Jésus répond aux versets 16-18 : Mon enseignement ne vient pas de moi mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire la volonté de Dieu, il saura si mon enseignement vient de Dieu ou si je parle de ma propre initiative. Celui qui parle de sa propre initiative cherche sa propre gloire, mais si quelqu’un cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai et il n’y a pas d’injustice en lui.


Jésus pose ici les termes de la discussion en définissant spécifiquement ce qui est nécessaire pour que ces Juifs puissent porter un jugement juste sur lui et son enseignement. En substance, il leur pose la question suivante : « Votre désir est-il la gloire de Dieu ou votre propre gloire ? » La vie et le ministère de Jésus ont radicalement démontré qu’il était Celui dont le désir le plus profond était de faire la volonté et de rechercher la gloire de son Père qui l’avait envoyé – d’agir avec justice, de conseiller avec sagesse et de dire la vérité de Dieu en tout temps. En vérité, il n’y avait pas de mensonge en Jésus, ce qui était clair pour tous ceux qui avaient des yeux pour voir.


Mais, comme le montre la suite du chapitre, les adversaires de Jésus ont révélé les véritables intentions de leur cœur, à savoir la recherche de leur propre gloire, car ils ont tenté de discréditer Jésus selon ce qu’il leur semblait être. Ces hommes se sont révélés être de véritables juges et hypocrites, car ils ont cherché à se faire honneur en cherchant à discréditer et à calomnier Jésus. Ils ont parlé de leur propre autorité et ont cherché leur propre gloire, se discréditant ainsi de juger avec un jugement juste. Ils sont tombés dans le jugement hypocrite et facile. Le même appel à l’examen de conscience s’adresse à nous. Mon désir est-il de voir le nom de Dieu glorifié ? Suis-je sanctifié par l’Esprit de Christ pour grandir dans l’humilité et la dépendance à son égard, tandis que je suis instruit par sa Parole et son Esprit pour grandir dans la connaissance et l’engagement envers la vérité et la grâce ? Si ce n’est pas le cas, il se peut que je sois une personne qui juge, qui cherche sa propre gloire en jugeant les autres tout en réclamant sa propre gloire. Mais si je suis vraiment dépendant du Seigneur Jésus et que je cherche d’abord son royaume, alors je dois rester ferme, aimer avec l’amour de Christ, et savoir que mon discernement est juste, car il dépend du Seigneur lui-même.

Andrew Sarnicki

42 vues