Rechercher

LE COUPLE CHRÉTIEN ET LA SEXUALITÉ






La sexualité dans le mariage,

l’église doit impérativement en parler !

S O M M A I R E


INTRODUCTION

La sexualité n’est pas un tabou !

CHAPITRE 1

La sexualité originelle créative


. L’acte sexuel est la création de Dieu

. Les 3 notions de la sexualité

. Témoignage

CHAPITRE 2

La sexualité sensorielle charnelle.


. La perception diabolique de la sexualité

. Les conséquences désastreuses des pratiques hors normes de la sexualité sensorielle.

. Les pièges de l’influence continue

. Sortir de l’addiction

CHAPITRE 3

Les 4 piliers de la sexualité originelle dans le couple.


. Les 3 unités : Esprit, Âme, Corps

. La place des rapports sexuels

. La perception différenciée

. La connaissance partagée de la sexualité

CHAPITRE 4

Le sujet de la sexualité dans l’église

. Sortir du tabou

. Le mutisme : Un fléau hyper destructeur

. Comment en parler dans l’église et traiter efficacement le sujet ?

CONCLUSION

***

I N T R O D U C T I O N

La sexualité n’est pas un Tabou !

Peut-on parler de sexualité au sein de l’église ? A qui en parler ? De quoi parler en matière de sexualité ? Comment en parler ? Nous sommes tellement déformés par les pratiques et dérives mondaines, mais aussi par la perception ecclésiale étriquée de la sexualité, qu’il nous parait presque impossible d’évoquer le sujet de la sexualité, que ce soit dans le monde ou dans l’église.


La sexualité serait l’espace secret que rien ne pourrait venir déranger, tant l’impression de viol de l’intimité est présente dans l’esprit de beaucoup. C’est la loi du silence sous peine de dévoiler ce qui mettrait à nu ce que personne ne doit savoir. On confond deux choses : parler de notre sexualité (qui ne regarde personne) et parler de la racine divine de la sexualité, de son origine, de ses valeurs. Mais pour parler de la racine divine de la sexualité, encore faut-il se tourner vers Dieu pour en être informer. De fait, par manque de connaissance, parler de sexualité même dans ses nobles valeurs, est pour beaucoup un tabou ! Pourtant la sexualité est loin de n’être que le rapport physique. Elle est un tout qu’il faut connaitre !


S’il est tout à fait normal et conseillé de ne pas dérouler sur la place publique notre vie sexuelle intime, il est cependant recommandé vivement de parler de la sexualité dans ce qu’elle est, dans ce qu’elle offre et dans ce qu’elle a de divin. La sexualité est le centre du rapport et de l’unité dans le mariage des corps, dans un but et un espace relationnel très précis, voulu par Dieu entre un homme et une femme uniquement.


Le rapport sexuel n’est pas le monopole de l’homme comme le monde depuis des siècles nous le fait croire, non ! Il n’est pas que physique, il est le monopole exclusif de Dieu qui offre à l’homme d’en jouir. L’apôtre Paul, dans le chapitre 7 de 1 Corinthiens, remet l’église au centre du village concernant la sexualité. Dans un contexte martelé par le plaisir sexuel et la prostitution à Corinthe, il rappelle avec force, que la sexualité est l’oeuvre exclusive de Dieu entre un homme et une femme, dans une relation intime et loyale, afin de préserver la pureté de sa création. Toujours selon la Parole de Dieu, toute autre forme de sexualité n’est pas créative mais impure !


De fait l’Église a le devoir sacré de parler de la sexualité originelle créative afin de ne pas laisser ses brebis et ses couples dans le flou d’un tabou qui entraine des dérives souvent très risquées. La sexualité dans le monde mène à des dérives impures, qui peuvent conduire à La pornographie, l’homosexualité, la pédophilie, le sadomasochisme, le libertinage, jusqu’à l’inceste et le viol qui sont les conséquences dépravées d’une sexualité pratiquée en dehors de la création divine. Et nous constatons que parfois même, l’église est elle-même touchée par la pornographie, la pédophilie, l’influence de la prostitution et l’homosexualité (Voir les faits divers).


Ne pas parler de ce qui peut entrainer l’impensable et l’impureté au sein de la maison de Dieu, n’est pas raisonnable et il est du devoir des conducteurs d’éclairer et de former les frères et soeurs sur les principes bibliques et divins de la sexualité originelle créative. Même si le sujet est délicat à aborder, il est libérateur pour celles et eux qui entrevoient dans les messages le désir de repentance et de remise en question pour appliquer la Parole de Dieu.


Connaitre, comprendre et apprendre la sexualité originelle créative selon les principes bibliques est essentiel pour trouver le bon équilibre. Certes, nous sommes tous différents mais il y a un seul message, une seule Parole et le Saint-Esprit pour nous conduire à la pureté. Il faut s’entretenir avec la Parole de Dieu et chercher qu’elle est sa volonté.


J’entend souvent dire que dans la Bible, le sujet de la sexualité n’est pas très développé ! Je pense tout le contraire ! La forme dans les détails n’est pas développée, elle doit être cependant le fruit du fond que l’on doit aborder et partager ! Et justement, le fond, les valeurs, la noblesse de la sexualité originelle créative, est quant à lui, extrêmement développé et répété dans la Parole de Dieu, sous la forme de prévention, de conseils, de rappels et de de principes divins. Prenons quelques exemple ….


Dans l’ancien testament …


Nous partons des dix commandements qui demandent de ne pas commettre l’adultère et de ne pas convoiter.


Tu n’auras point commerce avec la femme de ton prochain, pour te souiller avec elle. Lev 18:20


Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. Tu ne coucheras point avec une bête, pour te souiller avec elle. La femme ne s’approchera point d’une bête, pour se prostituer à elle. C’est une confusion.

Ne vous souillez par aucune de ces choses, car c’est par toutes ces choses que se sont souillées les nations que je vais chasser devant vous. Lev 18:22-24


Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux.Si un homme prend pour femmes la fille et la mère, c’est un crime : on les brûlera au feu, lui et elles, afin que ce crime n’existe pas au milieu de vous.Si un homme couche avec une bête, il sera puni de mort ; et vous tuerez la bête.Si une femme s’approche d’une bête, pour se prostituer à elle, tu tueras la femme et la bête ; elles seront mises à mort : leur sang retombera sur elles.Si un homme prend sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère, s’il voit sa nudité et qu’elle voie la sienne, c’est une infamie ; ils seront retranchés sous les yeux des enfants de leur peuple : il a découvert la nudité de sa sœur, il portera la peine de son péché.Si un homme couche avec une femme qui a son indisposition, et découvre sa nudité, s’il découvre son flux, et qu’elle découvre le flux de son sang, ils seront tous deux retranchés du milieu de leur peuple.Tu ne découvriras point la nudité de la sœur de ta mère, ni de la sœur de ton père, car c’est découvrir sa proche parente : ils porteront la peine de leur péché.Si un homme couche avec sa tante, il a découvert la nudité de son oncle ; ils porteront la peine de leur péché, ils mourront sans enfant.Si un homme prend la femme de son frère, c’est une impureté ; il a découvert la nudité de son frère : ils seront sans enfant.Vous observerez toutes mes lois et toutes mes ordonnances, et vous les mettrez en pratique, afin que le pays où je vous mène pour vous y établir ne vous vomisse point. Lev 20:13-22


Maudit soit celui qui couche avec la femme de son père, car il soulève la couverture de son père ! — Et tout le peuple dira: Amen ! Maudit soit celui qui couche avec une bête quelconque ! — Et tout le peuple dira : Amen ! Maudit soit celui qui couche avec sa sœur, fille de son père ou fille de sa mère ! — Et tout le peuple dira : Amen ! Maudit soit celui qui couche avec sa belle–mère ! — Et tout le peuple dira : Amen ! Deut 27:20-23


En parcourant l’ancien testament, vous découvrirez un nombre incalculable de commandements de Dieu sur les relations entre hommes et femmes et sur les pratiques sur ce sujet qui sont impures. Et dans le nouveau testament, vous découvrirez dans 1 Corinthiens 7 les recommandations de Paul sur la sexualité et le mariage, mais aussi des points très précis abordés dans les livres de Timothée, des Hébreux et de l’apocalypse, sans oublier la luxure dans l’épitre aux Romains et la réponse de Jésus aux pharisiens lorsqu’il affirme dans Matthieu 5:27-28

« Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. »


La sexualité est au coeur de la vie de chaque être humain et sans être pratiquée selon sa racine initiale, elle peut-être une arme de destruction massive contre nous-même et les relations que nous entretenons. Le diable se sert sans compter, de cette corde sensible pour faire tomber les chrétiens dans le péché de la sexualité sensorielle, charnelle.Le monde est bombardé, harcelé par les messages sensuels, le désir, les incitations à l’adultère, les rencontres d’un soir pour le sexe, les sites de rencontres, la pornographie, la pédophilie, les pratiques libertines, les jeux érotiques, les plans malsains. Internet a révolutionné le monde du sexe et là ou l’on censure les porteurs de vérité, on arrose sans limite les incitations à la débauche sexuelle.


Hommes comme femmes, nous sommes hyper influencés par l’image et les messages directs ou subliminaux qui d’abord nous attirent pour ensuite nous rendre addicts à une sexualité débridée. Les jeunes sont les proies faciles d’une découverte du plaisir sexuel sans limite, qui parfois tombe dans l’excès (tournantes, sexe tape et autres pratiques toutes plus effrayantes les unes que les autres). Combien de jeunes femmes brisées, qui vont même jusqu’au suicide ? Combien de traumatismes durables pour avoir été abusées ou forcées. Les dégâts d’une sexualité sans frontière sont très nombreux et pourtant l’église n’en parle pas, comme si ce sujet n’était pas d’actualité.


J’aimerai dans les lignes qui suivent, lever ce tabou de la sexualité. Faire prendre conscience à nos frères est soeurs que c’est un sujet capital, parce qu’il peut être porteur de blessures, d’incompréhensions, de méconnaissances, de tabous, de traumatismes parfois très profonds et d’une mauvaise perception de ses valeurs.


C’est un sujet très important pour connaitre une sexualité originelle créative épanouie, saine, pure qui plait à Dieu, une sexualité qui se partage et qui s’apprend dans la merveilleuse découverte de l’autre, une sexualité qui communique l’amour et le plaisir d’être ensemble dans un acte tout aussi corporel que spirituel, une sexualité renouvelée sous la conduite du Saint-Esprit qui nous libère pour la gloire de notre Dieu !


Entrons dans le vif du sujet !

CHAPITRE 1


La sexualité originelle créative !

Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre !

Genèse 1:27-28


L’acte sexuel est la création de Dieu !


Dans sa création, le Seigneur nous a impliqués de façon remarquable en nous créant à son image pour que nous ayons part à l’oeuvre créatrice de l’univers. C’est une infinie et merveilleuse bénédiction dans l’acte de procréation afin que ses créatures soient participantes au souffle de vie qu’il répand sur terre en l’homme et le femme. Gen 2:6-7 Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol. L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant.


Dès lors, la relation entre l’homme et la femme devient cette unité en Esprit, de l’âme et du corps pour la Gloire de Dieu Gen 2 :18 L’Eternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui . Et Gen 2:22-25 L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte.


Nous mesurons ici le privilège d’être participants à la création divine et surtout à la valeur inestimable du rapport intime qui est confié à l’homme et à la femme pour la gloire de Dieu. Ce rapport n’est autre qu’un acte d’amour de la part de notre créateur ! C’est la fondation d’une humanité sans tâche, sous la protection du Père, pour le bonheur de ses enfants. La Parole de Dieu va de fait, sans cesse nous alimenter par son souffle divin dans la Bible, de ses précieux commandements et conseils pour que les rapports homme femme, dans le mariage, portés par l’Esprit et l’unité des corps soient purs et Sanctifiés.


Que dire de ces merveilleuses recommandations pour les époux….


Pr 12:4 Une femme vertueuse est la couronne de son mari, Mais celle qui fait honte est comme la carie dans ses os.

Pr 31:10-12 Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie. Cant 1: 2 Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour vaut mieux que le vin

Cant 1:15-17 Que tu es belle, mon amie, que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes. — Que tu es beau, mon bien–aimé, que tu es aimable ! Notre lit, c’est la verdure. —Les solives de nos maisons sont des cèdres, Nos lambris sont des cyprès.

Cant 4:1-7 Que tu es belle, mon amie, que tu es belle ! Tes yeux sont des colombes, Derrière ton voile. Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres, Suspendues aux flancs de la montagne de Galaad. Tes dents sont comme un troupeau de brebis tondues, Qui remontent de l’abreuvoir ; Toutes portent des jumeaux, Aucune d’elles n’est stérile. Tes lèvres sont comme un fil cramoisi, Et ta bouche est charmante ; Ta joue est comme une moitié de grenade, Derrière ton voile. Ton cou est comme la tour de David, Bâtie pour être un arsenal ; Mille boucliers y sont suspendus, Tous les boucliers des héros. Tes deux seins sont comme deux faons, Comme les jumeaux d’une gazelle, Qui paissent au milieu des lis. Avant que le jour se rafraîchisse, Et que les ombres fuient, J’irai à la montagne de la myrrhe Et à la colline de l’encens. Tu es toute belle, mon amie, Et il n’y a point en toi de défaut.


Nous remarquons ici l’expression de l’amour entre l’homme et la femme, qui est avant tout emprunte de pensées pures, pour se fondre ensuite dans une unité corporelle qui n’est pas dévoilée, mais qui tombe sous le sens. Dans ces versets 4 à 7, c’est l’homme qui s’exprime quand à la femme, elle, le fera un peu plus loin au Chapitre 5 v 10 à 16 du Cantique des Cantiques avec « Mon bien–aimé est blanc et vermeil ; Il se distingue entre dix mille.Sa tête est de l’or pur ; Ses boucles sont flottantes, Noires comme le corbeau. Ses yeux sont comme des colombes au bord des ruisseaux, Se baignant dans le lait, Reposant au sein de l’abondance. Ses joues sont comme un parterre d’aromates, Une couche de plantes odorantes ; Ses lèvres sont des lis, D’où découle la myrrhe. Ses mains sont des anneaux d’or, Garnis de chrysolithes ; Son corps est de l’ivoire poli, Couvert de saphirs ;Ses jambes sont des colonnes de marbre blanc, Posées sur des bases d’or pur. Son aspect est comme le Liban, Distingué comme les cèdres.Son palais n’est que douceur, Et toute sa personne est pleine de charme. Tel est mon bien–aimé, tel est mon ami, Filles de Jérusalem ! »


Je vous conseille de lire le Cantique des Cantiques qui est un monument d’amour et qui représente la pureté de la relation entre époux. Nous avons ici une démonstration divine d’un échange qui honore le Seigneur parce qu’il ne sort pas du chemin. Que constatons-nous de suite ? Que le rapport sexuel ne doit en aucun cas être placé au dessus de l’amour que les époux manifestent l’un pour l’autre. Je parlerai de cela dans le chapitre 3 de ce livre, en abordant le thème de la place requise à la sexualité. Le sexe, appelons un chat un chat, est la finalité d’un rapport bien plus élevé qui est l’unité en Esprit des conjoints. En acceptant pleinement que l’acte sexuel soit la création de Dieu, nous refusons tout aussi catégoriquement de s’en approprier le droit de propriété. Qui a créé l’homme avec son anatomie en tant que mâle ? Qui a créé la femme avec son anatomie en tant que femelle ?

Dieu !!! Il va de soi que devant une telle réalité et vérité, nous ne pouvons que nous en remettre à Dieu concernant la sexualité. La Parole de Dieu nous livre de précieuses recommandations sur le sujet et je vous propose de nous appuyer sur un chapitre capital concernant les rapports sexuels, celui de 1 Corinthien 7.


Que nous conseille la Parole de Dieu ?


  • Pour les célibataires ou les veufs (ves)

« Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre. A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi . Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler »1 Cor 7:7-9


Paul a reçu le don de célibat, et ce don à la particularité de ne pas le faire souffrir, de ne pas ressentir un manque sexuel. Il recommande au veuves de rester comme lui, afin d’être pleinement consacrées. Mais, si le désir sexuel est bien présent, alors il vaut mieux se marier. Retenons un point très important, le célibat n’est pas pour le Seigneur une condition pour le servir. Un pasteur, un berger, un prêtre a la liberté, selon qu’il a reçu le don ou non, de servir, qu’il soit seul ou marié. Cette vérité est en contradiction avec une certaine religion que je ne citerai pas, mais que vous connaissez bien !


  • Pour les couples mariés

« Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari.Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari.La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme. Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par condescendance, je n’en fais pas un ordre ». 1 Cor 7:2-6

Les 3 recommandations de Paul !


Paul insiste sur des points très importants et remet en quelque sorte l’Église au milieu du village et pour être très précis, Dieu au coeur de la sexualité !


  • Premièrement, il faut être marié pour passer à l’acte « Pour éviter l’impudicité et il vaut mieux se marier que de brûler ». C’est non négociable, le mariage est le passeport divin du passage à l’acte. Toute fraude à l’acte sexuel en dehors du mariage n’a rien à voir avec l’origine, les valeurs et la pureté de la sexualité. C’est condamné par Dieu et nous verrons pourquoi dans les chapitres qui suivent.


  • Deuxièmement, nous n’avons pas de droit de propriété sur la sexualité. Elle est la propriété exclusive de Dieu dans le but de participer comme nous l’avons évoqué un peu plus haut à son oeuvre créatrice. Sortir des clous de la propriété c’est violer la loi sacrée. Cela se traduit aussi physiquement lorsque Paul affirme : « Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari.La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme. » Nous verrons un peu plus loin les conséquences désastreuses de la fraude au droit de propriété. La sexualité originelle est créative et non destructrice ! Elle est la propriété de Dieu et non de l’homme.


  • Troisièmement, le Seigneur nous a créés, pour qu’ensemble nous prenions en plus de la procréation, du plaisir. Le plaisir sexuel est la perfection de Dieu, car il permet de ne pas vivre l’adultère et de rester fidèle. Les corps de l’homme et de la femme sont une parfaite complémentarité afin de connaitre le bonheur partagé de l’échange corporel.

Reprenons ce que Paul proclame !


« Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par condescendance, je n’en fais pas un ordre ».


Quittons 1 Corinthiens 7 pour aller dans la lettre aux Ephésiens, où Paul enfonce le clou avec cette sublime recommandation !

« Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui–même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui–même.Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l’Eglise.Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui–même, et que la femme respecte son mari ». Eph 5:25-33


Nous avons ici 4 nouvelles révélations capitales concernant le rapport entre époux et qui sont directement liés aux rapports corporels.


Aimer son épouse comme christ afin de la sanctifier par la Parole !


Le mari qui sanctifie son épouse en la conduisant vers la Sainteté, vivra une relation sexuelle épanouie. D’une part, il ne sera en rien égoïste dans sa relation, pour ne penser qu’à donner du plaisir à son épouse ; et d’autre part, sa bien aimée s’offrira avec amour et ne pensera à son tour, qu'à se donner à son époux. Aimer, c’est se donner !


Afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible ! Eph 5:27


Bien au delà de l’acte sexuel, pour rester dans le thème de ce livre, Le mari est cette église

Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. Ne savez–vous pas que votre corps est le temple du Saint–Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous–mêmes ? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 1 Cor 6:18-20

Et Paul de rajouter « église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible ! » Voilà bien le fond de la sexualité originelle créative, créée par Dieu et transmise à l’homme dans sa pureté. Cela doit nous faire prendre conscience, qu’il faut que l’homme cesse de prendre à son compte la sexualité ! Elle est le fruit de la création, activée par la Grâce et la nouvelle naissance en Christ, notre Sauveur et Seigneur.


C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui–même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps. Eph 5:28-30


Paul réaffirme la création de Dieu en Genèse 2:21 à 23 « Alors l’Eternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme.Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. »


La clef principale de l’acte sexuel, selon Dieu dans le mariage, est dans cette révélation. La femme est tirée de la côte de l’homme, de fait, la femme est une partie de l’homme, elle est indissociable et cette vérité divine donne à l’acte sexuel une dimension d’unité spirituelle majestueuse. L’homme ne peut que respecter son épouse dans un élan altruiste, puisqu’elle n’est autre qu’une partie de lui-même. Il ne le fait pas par intérêt, mais par amour dans une unité d’Esprit et de corps. Il ne peut haïr sa propre chair ! Celui qui aime sa femme s’aime lui même ! (Eph 5:28) Cette phrase divine n’est pas une invitation à l’imaginaire mais à une réalité, la femme est tirée de la côte de l’homme et on ne peut haïr son propre corps.


Où apprend-on cela ? Qui enseigne cela ? Comment comprendre cela ? Voilà pourquoi il y a tant et tant de dérive sur le plan sexuel, parce que même dans l’église, le sujet de la sexualité originelle créative est un tabou, alors qu’il représente l’essentiel de notre implication dans la création ! La société païenne dans laquelle nous vivons, pour un temps sur terre nous le verrons, est à l’opposée de la création et s’est fabriqué sa propre idéologie sexuelle qui n’a d’autre finalité que de détruire son origine divine.


C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l’Eglise.Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui–même, et que la femme respecte son mari. Eph 5:31-33


L’homme quittera son père et sa mère, c’est à dire, que du fruit de la création, Dieu demande à l’homme de devenir à son tour une semence de la création. Il prend le relais des parents. En d’autres termes, ce que tu as reçu de vie, tu vas maintenant avoir la possibilité de le donner à ton tour. Cela se passe en t’attachant à une seule femme. Le mot attaché ici en Grec se prononce « Proskollao », ce qui signifie : s’attacher, se coller, s’unir sexuellement ! Et c’est en s’unissant sexuellement par le rapport physique que le miracle de Dieu se transmet de générations en générations. Nous prenons ici, la mesure de la valeur des rapports sexuels et de la pureté qu’elle diffuse pour la création de Dieu. Et pour terminer, il y a cette magnifique phrase: « Du reste, que chacun de vous aime sa femme comme lui–même, et que la femme respecte son mari. » v 33 Ah ! si tout les maris et les femmes de la terre pouvaient vivre cela ! Mais pour le vivre, il faut une action de Grâce, celle de l’appel de Christ qui fait écho à notre coeur et qui nous fait naitre de nouveau !


Pour conclure, il n’ y a pas deux sexualités : celle de Dieu, l’originelle créative et celle des hommes, sensorielle et charnelle. Elle est la propriété exclusive de Dieu ! Nos anatomies complémentaires et la révélation de la femme tirée de la côte de l’homme en est la preuve irréfutable et nous le croyons fermement avec foi ! Elle est la source de vie, voulue par Dieu et nous faisant participer à sa création. Elle est parfaite parce qu’elle offre l’épanouissement dans la procréation et le plaisir partagée dans la sphère exclusive du mariage. Elle est l’extrémité corporelle de l’unité en Esprit des conjoints, ce qui nous fait comprendre que l’acte sexuel n’est pas autorisé avant le mariage, puisque l’Esprit est le conducteur des âmes régénérés. Elle est parfaite, puisqu’elle est enveloppée d’un amour agapé qui la place là où elle doit être, sans jamais être intrusive à l’excès. Elle est l’expression de la gloire de Dieu pour le bonheur des naissances et celui du plaisir corporel. La sexualité est au coeur de la vie chrétienne et la Parole de Dieu associée au Saint Esprit nous inondent de bonheur ! Amen !

Les 3 notions de la sexualité !


Revenons à 1 Corinthiens 7:1-9. Nous devons retenir 3 Notions qui synthétisent ce qui vient d’être dit !

  1. La notion de Péché

  2. La notion d’unité

  3. La notion d’équité