Rechercher

PRÉPARER L'AVENIR TOUT EN FAISANT CONFIANCE À LA PROVISION DE DIEU



Dieu est vraiment souverain. Et je suis vraiment responsable de vivre selon la volonté révélée de Dieu. Il soutient toutes choses par sa droite juste (És 40.10 ; Hé 1.3). Et ce que je fais de mes mains a de l’importance (Mt 5.30). C’est une chose d’affirmer que la souveraineté de Dieu et la responsabilité humaine sont des enseignements bibliques, mais comment vivre fidèlement ces vérités de manière équilibrée dans la vie quotidienne ?


Le fait est que nous vivons constamment dans la tension expérientielle entre la souveraineté de Dieu et notre responsabilité, entre l’appel à la confiance et l’appel à l’action. Voici un exemple banal : j’ai programmé mon alarme pour pouvoir me lever ce matin. Vous ne considérez probablement pas cela comme un acte de méfiance envers la providence de Dieu. J’ai fait des projets. Je n’ai pas supposé que Dieu me réveillerait de façon surnaturelle à 5h30. Ce n’était pas un acte d’incrédulité, mais une sage adoption de moyens secondaires. En revanche, je dépendais de Dieu pour la qualité du sommeil, pour le maintien de ma vie pendant que je dormais, et pour la précision mécanique de mon réveil et du réseau électrique qui l’alimente. Je suis appelé à vivre dans un monde où Dieu est souverain et où mes actions ont de l’importance.


POUVOIR, PRÉSOMPTION OU PRUDENCE ?


Mais il est facile de se déséquilibrer et de dériver vers le « mode pouvoir » ou le « mode présomption ». Dans le mode puissance, nous prenons notre vie en main comme si la responsabilité humaine était le seul élément de l’équation. La planification excessive est courante dans ce scénario. Il y a ici une absence fonctionnelle d’un Dieu souverain – nous reconnaissons bien sûr la souveraineté de Dieu, mais en pratique, elle n’affecte pas notre vie quotidienne. D’autre part, l’accent est mis sur les causes secondaires. En raison de ces déséquilibres, nous pouvons être tentés par l’anxiété, la peur, le contrôle excessif, la responsabilité excessive, le perfectionnisme et la colère. Pourquoi ? Parce que nous pensons que tout dépend de nous.


En mode présomption, nous laissons aller notre vie comme si la souveraineté de Dieu était le seul élément de l’équation. Il est courant de ne pas ou peu planifier. Dans ce cas, l’accent est mis sur la souveraineté de Dieu, mais il y a une absence fonctionnelle de causes secondaires. En raison de ces déséquilibres, nous pouvons être tentés par la paresse, la passivité, le stoïcisme, le fatalisme et l’indécision. Pourquoi ? Parce que nous pensons que tout dépend de Dieu.


L’Écriture se tient à l’écart de ces deux extrêmes. Nous sommes appelés à ne vivre ni par le pouvoir ni par la présomption. La Parole de Dieu propose une alternative : la prudence. La prudence implique une planification sage et réfléchie. Elle se caractérise par une vision solide de la souveraineté et de la providence de Dieu – il est responsable. En outre, elle met l’accent sur les causes secondaires – je suis aussi responsable. Nous voyons ce double accent dans toute la Bible. À maintes reprises, les Écritures nous appellent à faire confiance à la providence de Dieu, à bien planifier et à travailler dur dans divers domaines de la vie. Je voudrais m’attarder sur un domaine spécifique : subvenir matériellement à nos besoins et à ceux de nos familles, tout en confiant nos efforts à l’attention du Seigneur.


LA PROVISION MATÉRIELLE


En tant que porteurs de l’image de Dieu, il est essentiel pour nous de nous engager dans un travail utile. Dieu a planté le jardin d’Eden, mais Adam devait « le cultiver et le garder » (Gn 2.8, 15). Bien que la chute ait rendu le travail pénible (3.17-19), travailler pour subvenir à ses besoins, à ceux de sa famille et à ceux d’autres personnes dans le besoin reste la norme pour nous.


Même dans le désert, lorsque Dieu a miraculeusement fourni la manne aux israélites, ceux-ci ont été appelés à la cueillir et à la préparer chaque jour selon sa volonté et ses commandements révélés (Ex 16). Chaque matin, ils en recueillaient suffisamment pour la journée à venir, sauf le sixième jour, où Dieu leur fournissait une double portion, car ils devaient se reposer le septième jour. Ceux qui se méfiaient de l’approvisionnement de Dieu (soit en essayant de conserver de la manne pendant la nuit, un jour de semaine, soit en allant en chercher le jour du sabbat) étaient réprimandés par Dieu. Dieu a souverainement pourvu, et le peuple a répondu par le travail pratique de l’obéissance, en gérant ce qu’Il a fourni. Notre travail est important, mais il est sous-tendu par l’œuvre providentielle de Dieu.


Dans notre rôle d’intendants, Dieu nous met en garde contre la paresse qui mène à la pauvreté (Pr 6.6-11), nous dit de travailler tranquillement et de gagner notre vie (1 Th 4.11-12 ; 2 Th 3.6-12), et nous exhorte à subvenir aux besoins des membres de notre foyer (1 Ti 5.8) et de ceux qui sont dans le besoin (Ép 4.28). Même l’apôtre Paul a travaillé dur comme faiseur de tentes afin de ne pas être un fardeau pour ses églises naissantes (Ac 18.3 ; 1 Th 2.9).


En même temps, Dieu appelle son peuple à se rappeler qu’il est ultimement celui qui pourvoit pour eux. Lorsque les israélites sont arrivés en Canaan, la provision miraculeuse de Dieu s’est arrêtée et ils devaient se charger de cultiver la terre (Ex 16.35). Mais Dieu les avertit : « Fais bien attention à ne pas dire dans ton cœur: ‘C’est ma force et la puissance de ma main qui m’ont permis d’acquérir ces richesses.’ Souviens-toi de l’Éternel, ton Dieu, car c’est lui qui te donnera de la force pour les acquérir. » (Dt 8.17-18) Nous ne pouvons accomplir que ce qu’il permet (Ps 127.1-2). De plus, Jésus nous rappelle qu’il ne faut pas s’inquiéter des provisions matérielles parce que le Père prend soin de nous, connaît nos besoins et nous a déjà donné le plus grand des cadeaux : son royaume (Lu 12.22-32). Par conséquent, Jésus nous encourage à être généreux avec nos biens matériels, car nous avons confiance dans les provisions de notre Père (v. 33-34).


Il est donc juste de prendre en compte les besoins matériels de notre famille, d’établir un budget en conséquence et de travailler avec diligence. Ouvrez un plan d’épargne-études si vous le pouvez. Mettez de l’argent de côté dans un plan d’épargne retraite. Mettez de l’argent de côté pour le nouveau toit ou la rénovation de la cuisine. D’un autre côté, n’accumulez pas vos biens pour vous protéger, sous l’effet de l’orgueil, de la peur ou de la convoitise, comme le montre la parabole de Jésus sur le riche fou (v. 13-21).


BIEN PLANIFIER ET ÊTRE SOUPLE


Dieu nous appelle à vivre non pas par notre propre pouvoir, ni par une présomption insensée concernant sa providence, mais par une prudence sage et équilibrée. Faites des projets, mais soyez souples. Vivez selon la volonté révélée de Dieu, en vous confiant, vous et vos proches, à ses plans souverains. Jc 4.13-15 résume bien cette dynamique :

À vous maintenant qui dites : « Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous y ferons des affaires et nous gagnerons de l’argent », vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain ! En effet, qu’est-ce que votre vie ? C’est une vapeur qui paraît pour un instant et qui disparaît ensuite. Vous devriez dire, au contraire : « Si Dieu le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela. »


Attendez-vous à ce que, parfois, Dieu bouleverse nos plans et que nous soyons appelés à nous soumettre humblement à ses desseins aimants et bons.


Comment savoir si vous êtes en train de devenir déséquilibré ? Tout d’abord, observez les débordements de votre cœur – les tentations et les modes de vie particuliers que j’ai mentionnés précédemment et qui sont associés à une importance excessive de la responsabilité humaine ou de la souveraineté de Dieu. Deuxièmement, prêtez attention à votre vie de prière. Si elle est anémique, vous dites (fonctionnellement, du moins) que vos propres plans et actions sont ce qui compte vraiment (mode puissance) ou que ce que vous faites n’a pas vraiment d’importance (même dans la prière) parce que Dieu fera simplement ce qu’il fera (mode présomption).


Ce que nous faisons est important. Nous ne présumons pas que Dieu va agir sans notre intervention dans un cas donné. Mais en faisant preuve d’humilité à l’égard de nos propres plans, nous reconnaissons qu’« il y a dans le cœur de l’homme beaucoup de projets, mais c’est le plan de l’Eternel qui s’accomplit » (Pr 19.21). Lui seul peut dire : « Oui, ce que j’ai décidé arrivera, ce que j’ai résolu s’accomplira. » (És 14.24) Et c’est une bonne nouvelle. Les desseins souverains et infaillibles de Dieu nous donnent la liberté et le courage de rêver, de faire des plans, de travailler dur, d’échouer avec audace, de réussir avec humilité et de chercher sa face encore et encore.


Mike Emlet



63 vues