GENÈSE 18



Verset 1 à 3

A nouveau, L’Eternel apparut à Abraham, mais cette fois, c’est sous la forme de 3 hommes. Cela nous fait penser à la trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Mais c’est aussi Jésus accompagné de 2 anges. Dans l’hébreu, il est écrit « Et se laissa voir à lui, YHWH .. » Et nous savons que YHWH est le Dieu de miséricorde, le nom qui renferme le nom au dessus de tout nom « Jésus » (voir article « le nom de Dieu » https://www.iltaime.com/single-post/2019/01/20/yhwh-le-nom-de-dieu ).

En les voyant, Abraham sait immédiatement qui ils sont et va se prosterner devant « lui ».

Abraham reconnait le privilège qu’il a d’accueillir ces 3 hommes et il ne veut pas les laisser partir sans d’abord les avoir servis honorablement. C’est la coutume, à l’époque, de s’occuper des voyageurs fatigués et de leur offrir l’hospitalité et le couvert. Abraham les accueille mais il sait que ce n’est pas des voyageurs comme les autres, c’est pourquoi il court vers eux et se prosterne devant eux, car son coeur est excité par une telle rencontre.


Verset 4

Les chaussures de l’époque étaient des sandales, c’est pourquoi il était d’usage d’apporter l’eau à son invité afin qu’il puisse se laver les pieds comme Jésus l’enseignera plus tard lc 7:44 Puis, se tournant vers la femme, il dit à Simon : Vois–tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as point donné d’eau pour laver mes pieds ; mais elle, elle les a mouillés de ses larmes, et les a essuyés avec ses cheveux.

Abraham ne va pas se contenter de leur apporter de l’eau, mais comme Marie Madeleine, il leur lave les pieds. Il s’humilie devant eux, il les sert. Il ne fait pas le minimum, il fait le maximum. Donner de l’eau était bien, mais laver lui-même les pieds est mieux.

Dans notre service pour le Seigneur, que donnons-nous : le minimum ou le maximum ?


Verset 5 à 8

Abraham va ensuite se hâter de leur apporter un bon repas. Il va s’empresser de trouver Sarah afin qu’elle puisse rapidement faire des gâteaux et pendant ce temps, il va lui même aller choisir un animal pour que son serviteur le prépare. Il choisit un veau tendre et bon, comme la loi le réclamera plus tard au peuple d’Israël Lev 1:2-3 Parle aux enfants d’Israël, et dis–leur : Lorsque quelqu’un d’entre vous fera une offrande à l’Eternel, il offrira du bétail, du gros ou du menu bétail. Si son offrande est un holocauste de gros bétail, il offrira un mâle sans défaut ; il l’offrira à l’entrée de la tente d’assignation, devant l’Eternel, pour obtenir sa faveur.

Puis il resta à leurs côtés. Abraham sait qu’il a un invité d’exception, il veut le servir dignement, mais pas seulement. Il veut en plus, profiter de sa présence tant qu’il se trouve là.


Verset 9 à 10

Alors l’Eternel va lui confirmer ce qu’il lui a dit quelques temps auparavant : de Sarah naitra un fils. Sarah est dans la tente juste derrière eux, et cette fois, elle entend. Dieu précise que c’est à cette époque précise que naitra l’enfant, à la même période, littéralement, il est écrit « à cette époque de la vie ».


Verset 11 à 12

En entendant cela, Sarah va rire à l’intérieur d’elle même, car elle n’a plus ce genre de désir en elle, que ce soit le désir physique de son mari, comme le désir d’avoir un enfant. Elle et son mari sont âgés et cela se comprend. Abraham avait rit lui aussi lorsque l’Eternel lui avait dit quelques temps auparavant Gen 17:17 Abraham tomba sur sa face ; il rit, et dit en son cœur : Naîtrait–il un fils à un homme de cent ans ? et Sara, âgée de quatre–vingt–dix ans, enfanterait–elle ? Comment ne pas rire en entendant une chose pareille ? Mais c’est justement parce que cela est totalement impossible humainement que Dieu veut agir afin de montrer sa gloire !


Verset 13 à 15

Sarah n’a pas ri extérieurement, c’est dans son coeur que cela s’est passé, et l’Eternel l’a vu et lui en fait la remarque. Alors Sarah va avoir peur de Dieu et nier, mais l’Eternel va être clair « Non ! Car tu as ri » (original)

Humainement, Sarah a une réaction normale. Qui n’aurait pas réagi comme elle ? Mais elle va être surprise que Dieu l’ai vu et va prendre peur, elle ne s’attendait pas à ce qu’il dévoile son coeur.

Dieu connait la moindre de nos pensées, nul ne peut lui cacher. Est-ce que nous tremblons par rapport à cela ? Nous devrions comme Sarah avoir peur. Nous pouvons dissimuler aux hommes, mais nul ne peut cacher à Dieu, car il nous connait mieux que nous mêmes et sait de quoi nous sommes faits.

Concernant les choses de Dieu, nous ne devons pas rire, car cet exemple est là pour nous montrer que tout est possible à Dieu, même la chose la plus improbable. Un enfant va naitre d’un couple très âgé, dont la femme est stérile depuis sa jeunesse. Il y a franchement de quoi rire ! Sarah a du se dire « Mais pourquoi ne l’a t-il pas fait alors que j’étais encore jeune ? Pourquoi attendre la vieillesse ? » A cela l’Eternel va répondre « Y a t-il quoi que ce soit d’étonnant de la part de l’Eternel ? » et la réponse est : Non !!! Dieu est Dieu et il peut tout. A travers cet événement, il veut montrer qu’il peut nous donner ce qui est impossible à l’homme.

Dieu dit et la chose arrive. Dieu vient de proclamer la naissance de son peuple et nul ne peut en douter. C’est un peuple qui naitra de manière totalement miraculeuse, car nous savons que Rebecca aussi était stérile 25:21 Isaac implora l’Eternel pour sa femme, car elle était stérile, et l’Eternel l’exauça : Rebecca, sa femme, devint enceinte. De manière naturelle, jamais le peuple juif n’aurait vu le jour ! Il est vraiment le peuple que Dieu s’est choisi !


Verset 16 à 19

En repartant, YHWH va rappeler sa bénédiction envers Abraham. Toutes les nations de la terre seront bénies en lui, mais il y a une condition et il lui rappelle formellement : qu’il ordonne à ses fils et à sa maison (c’est à dire tout ceux qui vivent avec lui) de garder le chemin de Dieu en pratiquant la justice et le droit.

L’enseignement de Dieu aux enfants est primordial si nous voulons qu’ils pratiquent la justice. Eph 6:4 Et vous, pères, n’irritez pas vos enfants, mais élevez–les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. Nous savons, d’après l’histoire qui nous est rapportée dans la Bible, que beaucoup d’hommes se sont détournés des voies de Dieu, mais d’autres en revanche, ont continué à transmettre la justice et la droiture selon Dieu et nous en sommes les bénéficiaires encore aujourd’hui.

La bénédiction est pour ceux qui le suivent et non pour ceux qui désobéissent. Plus tard, dans le livre du Deutéronome, Moïse confirmera avec plus de précisions les résultats de l’obéissance et les conséquences de la désobéissance.


Verset 20 à 21

« Le cri contre Sodome et Gomorrhe est grand et leur péché est très lourd ». l’Eternel est en train de dire qu’un cri monte jusqu’à lui, un cri qui accuse ses 2 nations du mal qu’elles font. Dieu voit toute chose et pourtant il veut lui même aller constater si ce cri dit la vérité. Déjà l’Eternel avait dit à Caïn « la voie des sangs de ton frère crie de la terre jusqu’à moi » (hébreu original). Le sang d’Abel criait jusqu’à lui, tout comme le sang de chaque individu qui meurt injustement crie à Dieu, mais dans le cas présent, c’est un cri d’accusation contres les habitants de Sodome et Gomorrhe, car ces deux villes vivent dans un lourd péché et Dieu veut le constater et prendre les sanctions nécessaires pour stopper cela.

Dieu connait toutes choses et n'a pas besoin de descendre pour constater, mais il veut donner une occasion à Abraham d’intercéder pour ce sujet précis. Il aurait pu partir sans rien dire à Abraham, mais comme il connait tout à l’avance, il a voulu ainsi lui donner la possibilité de participer au sauvetage de son neveu Lot.


Verset 22

Les hommes veulent partir, mais Abraham va se tenir face à YHWH (Yahwé) pour protéger Lot. L’Eternel veut détruire Sodome et Gomorrhe, mais Lot s’y trouve et Abraham ne peut laisser faire une chose pareille. Alors il va plaider la cause du juste.

Nous avons ici le modèle parfait de l’intercession : un avocat (Abraham) en train de défendre la cause d’un homme (Lot). L’intercession est une sorte de prière parmi bien d’autres, et elle doit faire parti de notre vie de manière régulière pour les uns et les autres.


Verset 23 à 25

Abraham va tenter d’interpeller Dieu par rapport à sa parfaite justice. En d’autres mots, il lui dit : « Comment pourrais-tu en tant que Dieu parfait, juste et saint, faire subir le même sort aux justes et aux méchants ? » et il va insister, en émettant l’hypothèse qu’il y a peut-être dans cette ville 50 personnes qui ne se sont pas corrompues dans le péché. Qu’adviendra t-il de ces personnes ?

Dans l’hébreu original, Abraham va oser dire à 2 reprises : « profanation », ce qui veut dire « C’est une violation de tes règles ! ». Faire mourir le juste serait impensable !

C’est Jésus qui va venir juger la terre. Jn 5:22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, Jn 5:27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu’il est Fils de l’homme. Nous avons ici L’image type du jour où Jésus viendra pour reprendre ceux qui lui appartiennent. Abraham plaide la cause de Lot auprès de YHWH qui n’est autre que Jésus. Nous prions Dieu le Père, et notre avocat aujourd’hui est Jésus. Mais bientôt Jésus reviendra chercher son Église et seul les justes seront repris, tous les autres resteront et leur sort sera le feu éternel comme pour les habitants de Sodome et Gomorrhe.

Abraham sait que Dieu est juste, mais il a peur pour son neveu. « Qu’en sera t-il pour lui ? » Et puis Lot, n’est peut-être pas le seul dans ce cas, n’y aurait-il pas d’autres personnes dans ces 2 villes ténébreuses, qui ont un coeur pour Dieu ?

Nous voyons des membres de notre famille vivre dans les ténèbres et ne pas s'en soucier. Intercédons-nous pour eux afin qu’ils rencontrent le Seigneur ? C’est là notre rôle !


Verset 26