Rechercher
  • L.GILMAN

GENESE 21




Verset 1

Dans l’hébreu original, il est écrit : « et YHWH intervint pour Sarah comme il l’avait dit et YHWH fit pour Sara comme il avait parlé. »


Dieu est le Dieu des promesses, ce qu’il dit, il le fait et nous ne devrions jamais en douter. Job le dit Jb 23:13 Mais sa résolution est arrêtée ; qui s’y opposera ? Ce que son âme désire, il l’exécute. Et l’Eternel le dit lui-même par la bouche de son prophète Es 14:24 L’Eternel des armées l’a juré, en disant : Oui, ce que j’ai décidé arrivera, Ce que j’ai résolu s’accomplira.


Verset 2 à 5

Abraham obéit à tout ce que Dieu lui avait demandé de faire. Abraham a 100 ans à la naissance du fils promis et Sarah en a 90, soit juste 1 an de plus que lorsque Dieu était venu annoncer à Abraham qu’il aurait un fils de Sarah.


Verset 6 à 7

C’est plus qu’un miracle, car si tous les deux étaient encore jeunes, on s’émerveillerait tout simplement de la puissance de Dieu, mais c’est en plus un sujet de plaisanterie, car qui pourrait croire que des personnes âgées puissent mettre au monde un enfant et l’élever ? Sarah en rit car c’est à la fois un sujet de joie énorme pour elle, mais c’est aussi complètement irréaliste ! Plus tard Jean Baptiste naitra également dans une famille où les parents sont déjà âgés, Lc 1:18 Zacharie dit à l’ange : A quoi reconnaîtrai–je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge.


Verset 8

Sans doute était-ce la tradition de faire la fête dès qu’un enfant était sevré. Peut-être parce qu’enfin le père pouvait s’occuper de l’éducation de son fils. Abraham sait bien qu’il n’a plus beaucoup de temps et qu’il doit transmettre à son fils au plus vite les meilleurs enseignements.


Verset 9 à 10

Le verbe utilisé est Tsaheq צַחֵק qui veut dire : plaisanter, se moquer, se réjouir, jouer

Ismaël est déjà un grand garçon, il avait 14 ans lorqu’Isaac est né et maintenant 1 ou 2 ans de plus. Sarah le surprend en train de se moquer de son frère et cela ne lui plait pas du tout. Alors elle va demander à Abraham de le chasser avec sa mère.


L’image de ce que l’on voit est frappante, c’est l’enfant de la chair qui se moque de l’enfant de l’Esprit. Gal 4:29 et de même qu’alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l’Esprit, ainsi en est–il encore maintenant.

Les deux ne sont pas compatibles, car la chair et l’esprit ne peuvent faire alliance. Ils sont contraires l’un de l’autre. Gal 5:17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.


Verset 11

Ismaël n’est ni l’enfant de la promesse, ni le fils de Sarah, mais Abraham aime son fils, et ce que lui demande Sarah ne lui plait pas du tout. Bien qu’il aime sa femme, il est choqué par ce qu’elle lui demande.


L’Esprit peut parfois nous demander d’abandonner certaines relations parce qu’elles sont néfastes pour nous, et cela nous attriste parce que nous ne comprenons pas. Nous aimons certaines personnes qui pourtant ne portent aucun intérêt pour le royaume de Dieu et il arrive que l’Esprit nous demande de nous en éloigner et cela fait mal.


Verset 12 à 13

L’Eternel va aller dans le sens de Sarah et demander à Abraham d’écouter ce qu’elle lui a demandé.


Notre attachement premier doit être pour le Seigneur, quelque soit l’amour que nous avons pour nos proches Mat 10:37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ;


Abraham a 2 fils, mais Dieu lui rappelle que pour lui, un seul est l’enfant de la promesse Rom 9:8 c’est–à–dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité.


Cependant Dieu va rassurer Abaham concernant l’avenir d’Ismaël. Ce dernier sera le descendant d’une grande nation, ce qui signifie qu’il ne mourra pas.

Dieu aurait pu faire mourir Ismaël afin d’éliminer ce qui provenait de la chair, mais au lieu de cela, il va le bénir tout en demandant à celui qui l’a conçu de s’en séparer définitivement. C’est une lourde épreuve pour Abraham, car bien qu’Ismaël ne soit pas l’enfant promis par Dieu, il aime ce premier fils.


Sommes-nous prêts à obéir à Dieu quelle que soit sa demande ? Sommes-nous conscients que tout ce qui provient de la chair ne peut plaire à Dieu ? Dieu aurait pu faire mourir Ismaël dès sa naissance et ainsi éviter à Abraham de se séparer de lui par la suite, mais le Seigneur veut aussi nous apprendre à lui obéir quel que soit le prix que cela nous coûte. Dieu ne nous enlève pas toujours ce qui provient de nos fautes, il nous apprend aussi à vivre avec pendant tout un temps et à devoir nous en séparer définitivement dans un second temps.


Verset 14

En regardant ce passage, nous pouvons imaginer la souffrance d’Abraham de devoir laisser partir son premier fils, celui dont il espérait tant la venue. Abraham est un exemple d’obéissance extraordinaire. Il aime Ismaêl, mais par amour pour son Dieu, il lui obéit et fait donc passer Dieu en premier dans son coeur.


Jésus a demandé à quiconque qui voulait le suivre, d’être prêt à laisser ceux que nous aimons. Sommes-nous prêts à tout pour lui ? Mat 18:37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ;


Verset 15 à 18

Agar va se perdre dans le désert et par conséquent, va finir par manquer d’eau. L’angoisse et le chagrin commencent à la gagner car elle sait que sans eaux, elle et son fils vont mourir. Elle ne veut pas voir son enfant mourir devant ses yeux, aussi elle s’éloigne de lui. Agar va pleurer, mais Ismaël va crier à Dieu. Alors l’ange de l’Eternel va parler à la mère pour la rassurer et lui faire la même promesse qu’il avait faite à Abraham concernant Ismaël Gen 17:20 A l’égard d’Ismaël, je t’ai exaucé. Voici, je le bénirai, je le rendrai fécond, et je le multiplierai à l’infini ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation.

Même si Ismaël n’est pas l’enfant promis, il n’est pas pour autant délaissé et abandonné par Dieu. Il est chassé loin de son Père, parce qu’un seul doit hériter de la promesse, mais il n’est pas abandonné par Dieu. Ismaël devra grandir ailleurs, dans un autre endroit, comme cela avait été annoncé à Agar lors de sa fuite lorsqu’elle était enceinte Gen 16:12 Il sera comme un âne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frères.


Dieu ne délaisse personne, car il aime sa créature. Quiconque crie à lui sera entendu, s’il le fait de tout son coeur. Ps 6:9 L’Eternel exauce mes supplications, L’Eternel accueille ma prière.

D’autres projets sont prévus pour Ismaël, mais il doit malheureusement quitter celui qui l’a engendré et c’est une véritable déchirure. Ce n’est encore qu’un adolescent, et l’on peut imaginer la blessure de son coeur. Le peuple arabe descend d’Ismaël et garde toujours en lui la blessure de ce rejet paternel. Il a été chassé à cause de l’enfant promis et encore aujourd’hui, le peuple arabe est en guerre avec le peuple juif. Une distance énorme a été créée ce jour là.


Verset 19

A peine l’eut-il rassuré sur son avenir et celui du jeune garçon, qu’aussitôt le miracle physique était là devant ses yeux. Un puit d’eau pour continuer à vivre et à espérer en l’avenir.


C’est Dieu qui ouvre les yeux d’Agar afin qu’elle voit, et c’est Jésus qui ouvre nos yeux de la même manière, car sans lui nous sommes aveugles. Lc 4:18 L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés,


Verset 20 à 21

Ismaël est abandonné par son père géniteur, mais il ne l’est pas de son Père céleste.


Peu importe dans quelle situation nous sommes, Dieu n’abandonne jamais ceux qu’il aime. Si nous le cherchons, il nous conduira toujours dans la bonne direction.


C’est sa mère qui va, plus tard, lui choisir une épouse. Elle sera égyptienne.


Verset 22 à 34

Abraham a de bons rapports avec Abimélec, malgré ce qu’il s’est passé dans le passé. C’est le roi de Guérar en personne qui va voir Abraham, accompagné de son chef d’armée, pour s’assurer qu’il n’y aura plus de tromperie de sa part.

Cependant, Abraham va l’informer d’un problème qu’il a eu avec ses serviteurs. Abimélec l’ignorait et une alliance de paix va être conclue entre les deux parties. Le puit appartiendra officiellement à partir de ce jour à Abraham. Le lieu où résidait Abraham s’appelait Beer-Shéba, ce qui signifie « Puits de serment » ou « puit des sept » en allusion au 7 brebis qu’Abraham offrit à son hôte, rendant témoignage qu’il avait lui-même creusé le puit.


A l’époque, l’eau n’était pas courante et creuser un puit représentait beaucoup de travail. Abraham s’était installé et avait creusé ce puit avec ses serviteurs, mais les serviteurs du roi avaient voulu s’en emparer. Ce jour là, c’est une grande victoire pour lui, car en plus du terrain de paix instaurée entre les deux parties, il devient officiellement le propriétaire du lieu.


Abraham est respecté par le roi, à cause de son Dieu. Même si les gens de notre entourage ne marchent pas avec Dieu, certains d’entre eux nous respectent parce qu’ils n’osent pas trop défier Dieu. Ayons un bon témoignage auprès d’eux en n’hésitant pas à les remercier dès que l’occasion se présente.

9 vues