LES FAUSSES DOCTRINES DES MOUVANCES CHARISMATIQUES


Cette étude n’est pas une attaque en règle contre ces mouvances mais une dénonciation faite selon l’ordre de Dieu :" Ne prenez point part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt dénoncez-les "

(Éphésiens 5:11).


En effet, si je suis mis en présence de fausses doctrines, si je me tais, je suis coupable de collaboration mensongère et cela me sera reproché au Tribunal de Christ. Je ne peux donc pas me taire et je parle ou j’écris non par crainte des reproches qui pourraient m’être faits, mais par Amour pour la Vérité.


Les fausses doctrines ne sont pas uniquement l’apanage des mouvances charismatiques, si l’on reste dans le cercle dit « évangélique ». D’autres mouvances sont l’objet des mêmes déviances sur d’autres registres ou aspects doctrinaux.

Comme par exemple : Les mouvements Américains des églises de multitude et pour citer un exemple précis, je vais terminer cette conclusion par Rick Warren avec son livre "Une Vie, une passion, une destinée" qui est plus qu'un best-seller : « C'est aujourd'hui devenu un mouvement », affirme un éditeur américain.


R i c k W a r r e n , son livre " Une Vie, une passion, une destinée "

déshonore la nature même de Dieu.


Parlant du programme de sa méga-église, l'auteur lui-même déclare : « C'est un réveil, ou bien un miracle... Dans les cinquante états des USA et dans dix-neuf autres pays, plus de douze mille églises ont déjà pris part au "Voyage spirituel de quarante jours" que nous proposons. »


Au dire de beaucoup de ces églises, dans tout le cours de leur existence aucun autre évé- nement n'a eu sur elles un pareil impact. Rick Warren a également crée "Pastors.com", une communauté planétaire sur l'Internet, pour servir et guider des ministères dans le monde en- tier. Plus de soixante mille pasteurs sont abonnés au service Rick Warren's Ministry Tool- box...


Dans le monde entier, des milliers de pasteurs et de responsables chrétiens répercutent à leur tour cette influence qu'exerce Warren sur son empire. Depuis la sortie de son livre en septembre 2002, au moins dix-huit millions d'exemplaires se sont vendus aux USA, sans compter les traductions dans de nombreuses langues. Des milliers d'églises utilisent ce livre et le matériel d'accompagnement pour organiser des opérations spéciales, appelées "Voyage de quarante jours." L'ouvrage se compose en effet de quarante chapitres visant à expliquer en quarante jours les cinq buts de la vie...


En page 145, cette thèse est formulée comme suit : "Il [Dieu] a crée l'église pour pourvoir à vos cinq besoins fondamentaux qui sont : un but dans votre vie, des gens pour vous entourer, des principes pour vous guider, une profession [de foi] à partir de laquelle marcher, et une puissance sur laquelle vous appuyer. Il n'y a aucun autre lieu sur la terre où vous puissiez trouver tous ces bienfaits réunis en même temps." (L'original, page 136, dit bien : "aucun autre lieu".)


Warren s'est complètement fourvoyé à propos de ces "besoins fondamentaux". En nous appuyant sur l'autorité de la Bible, nous pouvons affirmer que le tout premier besoin de l'homme est d'être justifié de manière parfaite devant le Dieu Très Saint. Comme propitiation pour les actes de péché et pour la nature pécheresse d'un être humain, Dieu n'accepte que la justice du Christ Jésus : rien d'autre. La Bible parle constamment de ce besoin premier, de cette vérité fondamentale, mais Warren le passe complètement sous silence quand il examine "les besoins les plus profonds".


Se hâtant d'écarter le dessein de Dieu, il s'attache à des méthodes humaines ; cela revient à céder à la toute première tentation que décrit la Bible. Satan avait fait croire à Eve qu'en mangeant d'un fruit, elle réaliserait une aspiration spirituelle : "Le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal" (Genèse 3:5).


Par nature nous sommes tous "des enfants de colère" (Éphésiens 2:3), coupables devant le Dieu Très Saint. Chacun de nous a donc besoin d'une justice parfaite pour paraître devant Lui... Warren réduit la conviction de péché à un état dans lequel on se punit inconsciemment soi-même. Voici ce qu'il en dit : "Beaucoup de gens sont conduits par la culpabilité... Leurs mauvais souvenirs les hantent. Ils laissent leur passé déterminer leur futur. Souvent, à leur insu, ils se punissent eux-mêmes en sabotant leurs succès personnels. Quand Caïn a péché, sa culpabilité l'a coupé de la présence de Dieu, et l'Eternel lui a dit "Tu seras errant et vagabond sur la terre" (page 28 du livre)...


Warren ne reconnaît pas à la culpabilité un caractère personnel ; il ne reconnaît pas que chacun a besoin, en tant qu'individu, de la justice parfaite de Christ et de Son sacrifice parfait. Il parle de s'estimer soi-même, et de découvrir son identité... Il annule complètement, par là, son propre discours sur "la rébellion orgueilleuse".


Son livre et son mouvement défendent constamment l'estime de soi et l'identité personnelle. Cela revient en fait à cautionner cette "rébellion orgueilleuse" dont Warren dit qu'elle entraîna notre chute et celle de Satan. De telles contradictions internes rendent le livre difficile à analyser, mais c'est justement à cause d'elles qu'il faut l'examiner de près...


L'estime de soi est un élément clé du programme de Warren... On oublie alors que la nature humaine est déchue, coupée de la vie de Dieu ; on oublie que l'homme est mort dans ses transgressions et dans ses péchés, et que son unique espérance est extérieure à lui, en Christ Jésus seul. Warren a beau déclarer que son livre n'est pas "egocentrique", il insiste constamment sur la nécessité de développer l'estime de soi, et il ne cesse de stimuler l'intérêt que porte le lecteur à sa propre personne...


Le "salut par soi-même", qui s'appuie sur la valeur de l'homme et sur la dignité humaine, fait partie intégrante de la pensée humaine naturelle. On le retrouve dans toutes les religions émanant de l'homme ; il est au centre du message propagé par le livre de Warren, au centre du mouvement que ce livre a suscité. S'opposant à la Bible, la doctrine de Warren nie le ca- ractère totalement dépravé de la nature humaine, et donc la nécessité absolue de la grâce divine...


Un des péchés les plus flagrants de Warren et de son mouvement est le manque de respect pour la nature du Dieu Très Saint, du Tout-Puissant. Le chapitre 11 : "Devenir les meilleurs amis de Dieu", donne l'impression que Dieu a des besoins : en page 91, on lit : "ce Dieu tout- puissant aspire à être votre meilleur ami !" Dieu, donc, désirerait intensément cette amitié, Il soupirerait après elle : autrement dit, Il aurait besoin d'être votre Ami.

Mais non, l'amour divin par lequel Dieu a donné Son Fils Unique est un amour entièrement sacrificiel et désintéressé. Il ne dénote pas l'ombre d'un manque chez le Seigneur: il est simplement l'effusion totale de Son amour parfait. Dieu manifeste Son amour envers des pécheurs indignes, mais cela ne signifie nullement que Dieu ait besoin de ces pécheurs pour satisfaire une quelconque aspiration personnelle ! Les termes employés par l'auteur donnent de Dieu une fausse image.


Warren amplifie cette grave erreur en s'appuyant sur la "New Living Translation", une "traduction" récente qui dénature complètement le sens d'Exode 34 : 14. En voici l'équivalent français : "C'est un Dieu qui désire passionnément entretenir des relations avec toi" (Exode 34:14, cité en page 93 du livre).


En réalité, le texte biblique dit que la jalousie et la passion du Seigneur sont dirigées contre tous ceux qui voudraient rendre un culte à un autre dieu : la Bible condamne totalement ce culte. "Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu ; car l'Eternel porte le nom de jaloux, il est un Dieu jaloux." Fait significatif, Warren omet le début du verset : "Tu ne te prosterneras pas devant un autre dieu."


Quand la Bible qualifie Dieu de "jaloux", elle exprime Sa ferveur pour le culte véritable qui est dû à Son saint Nom. Elle exige qu'on s'attache à Lui seul. Au moyen de cette "traduction" faussée, Warren donne l'impression que le Tout-Puissant serait pris d'engouement, de passion pour le lecteur de son livre.


L'auteur affirme donc exactement le contraire de ce que dit la Bible, et flatte l'homme au lieu de le placer devant la vérité divine au sujet de la dépravation humaine. Il fait passer pour une vérité divine l'idolâtrie que ce verset condamne. Tout au long du livre, l'auteur dégrade la nature de Dieu au moyen de traductions qui tordent les Écritures...


Le programme de la méga-église de Warren comporte un autre élément sinistre : il exige un engag