MALHEUR AUX PASTEURS DE NÉANT



Za 11:17 Malheur au pasteur de néant, qui abandonne ses brebis ! Que l’épée fonde sur son bras et sur son œil droit ! Que son bras se dessèche, Et que son œil droit s’éteigne !


À la fin de l’ancienne alliance, Dieu met en garde les bergers d’Israël qui ne s’occupent pas, comme ils le devraient, du troupeau qui leur a été confié. Dans le chapitre 34 d'Ezechiel, nous voyons plus exactement ce que Dieu reproche à ces pasteurs. Alors qu’ils sont censés apporter aux brebis une nourriture solide et les protéger des loups ravisseurs, les pasteurs les conduisent avec eux dans la fosse de destruction.


Ces bergers, cités dans l'ancien testament, existent encore aujourd’hui. Ils utilisent l’évangile pour leur propre gloire, uniquement. Ils ne pensent qu’à leur intérêt personnel et n’ont en fin de compte, aucune compassion pour les brebis dont ils ont la charge.


À travers ce message, je propose de faire un point sur le rôle d’un pasteur, telle que Dieu l'a établi :


1 Pierre 5:2-4 Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec dévouement ; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire.


la pasteur a deux fonctions principales : Paitre et garder le troupeau


​"Paitre", c'est le verbe grec « Poimaino » qui signifie :

nourrir, soigner, garder, chérir, fournir la nourriture nécessaire au besoin de l’âme


et "Garder, c’est le verbe grec « epislopeo » qui signifie : veiller, être sur ses gardes, faire attention, regarder attentivement, prendre garde.


Qu’est-ce que prendre garde du troupeau, si ce n’est que de l’entourer et de faire en sorte qu’il n'ait pas envie de s’échapper de l’enclos !? Le berger est responsable des brebis qui lui sont confiées, c’est pourquoi il se doit de : les aimer, les entourer, les sécuriser, les protéger, et leur apporter une nourriture qui leur permettra de grandir spirituellement dans la foi et qui les préparera aux temps difficiles qu'ils auront à traverser.


le berger s’est vu confié une grande responsabilité et c'est pour cela qu'il a reçu des recommandations très précises :



1 - Il ne doit pas garder le troupeau sous la contrainte, mais totalement libre de rester ou de partir.


Un bon pasteur ne met pas la pression sur l’un de ses fidèles, il le laisse libre.

Combien de pasteurs se servent de la Parole de Dieu pour mettre un joug sur leurs membres et s’assurer ainsi qu’ils ne partiront pas. Des versets mal traduits,(1) comme heb 10:25 N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques–uns ; ou encore des versets concernant la soumission aux autorités instituées par Dieu (2), mettent un poids très lourd sur beaucoup de chrétiens et les empêchent de s'exprimer comme ils le désireraient. Ils les musellent et les tiennent captifs par un système humain qui n’est pas approuvé par Dieu lui-même. Le chrétien n'ose pas partir de la bergerie où il n'est ni soigné, ni nourri, parce qu'il se sent coupable devant Dieu. Et dès lors qu'il ose résister aux autorités mises en place et qu'il ne se fond pas au moule du système religieux, il devient à leurs yeux "volage" et "insoumis".

Ez 34:4 Vous n’avez pas fortifié celles qui étaient faibles, guéri celle qui était malade, pansé celle qui était blessée ; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue ; mais vous les avez dominées avec violence et avec dureté.

2 - Il ne doit pas garder les brebis parce que c’est intéressant financièrement


C’est avec joie que le chrétien doit donner, et non parce qu’on lui impose de le faire. Il n'est plus soumis à la dime, comme dans l'ancienne alliance, mais continue cependant d'apporter les offrandes selon ce qu’il a résolu dans son coeur. 2 cor 9: 7 Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie.

Il donne non sous la contrainte, ou pour recevoir en retour quelque chose, il le fait avec joie, de tout son coeur.

L’évangile de prospérité s’est répandu durant ces dernières décennies comme une poudrière et promet aux chrétiens que plus ils donneront, plus ils seront bénis. Ce sont des pasteurs malveillants, qui s’enrichissent en se servant du nom de notre Seigneur pour leur propre gloire. Za 11:5 Ceux qui les achètent les égorgent impunément ; Celui qui les vend dit : Béni soit l’Eternel, car je m’enrichis ! Et leurs pasteurs ne les épargnent pas.

Certains d’entre eux vivent luxueusement sur le dos de pauvres gens qui ont du mal à boucler leur fin de mois, d’autres bâtissent des empires pour se faire un nom dans le milieu chrétien et d’autres encore mettent un poids de culpabilité énorme sur le troupeau qui leur est confié et leur réclament dimanche après dimanche de l’argent pour des projets qu’ils prétendent être de l’Esprit, alors qu’ils sont totalement charnels.

L'argent revient à Dieu et non à un homme ou à un système religieux. Le Royaume ne se limite pas à une assemblée, il est hors des murs, c'est pourquoi les offrandes peuvent être données dans différents domaines, et plus particulièrement pour aider les personnes en difficultés. Chacun doit donner librement et non sous une quelconque influence.

Ez 34:3 Vous avez mangé la graisse, vous vous êtes vêtus avec la laine, vous avez tué ce qui était gras, vous n’avez point fait paître les brebis.



3- Il ne doit pas dominer sur les brebis, mais au contraire être lui-même un exemple qu’elles auront envie de suivre.


Jésus est venu en tant que serviteur. Jn 13:14-16 Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus grand que celui qui l’a envoyé. Paul annonçait non seulement la croix, mais il vivait le message qu'il prêchait. Jamais il n'a demandé aux autres ce que lui-même aurait été incapable de faire. A l'image de son Maitre, il s'est rendu serviteur des autres et ne s'est jamais mis sur un piédestal. Il travaillait à son propre compte pour ne pas être à la charge des autres, se contenter de ce qu'il avait et ne recherchait aucun titre parmi les hommes. Les autres apôtres ont tous vécu humblement et ont trouvé une gloire à la persécution, parce qu'ils avaient compris que le serviteur n'était pas plus grand que son Maitre. Tous ont été un modèle que nous avons envie de suivre, dès l'instant où nous comprenons l'oeuvre de la croix pour nos vies. Ils étaient des exemples pour l'Eglise et c'est de ces hommes là dont nous avons besoin encore aujourd'hui !

Ez 34:2 Fils de l’homme, prophétise contre les pasteurs d’Israël ! Prophétise, et dis–leur, aux pasteurs : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Malheur aux pasteurs d’Israël, qui se paissaient eux–mêmes ! Les pasteurs ne devaient–ils pas paître le troupeau ?


Et pourtant, il est triste de constater que bon nombre de chrétiens se laissent asservir par des pasteurs qui ne remplissent pas leur fonction. Certains de ces bergers se sont autoproclamés et d’autres, bien qu'ayant commencé leur ministère dans la bonne voie, ont fini par dévier vers un autre évangile qu’ils ont adapté à leur propre convenance.

La manoeuvre est subtilte, car ils continuent de prêcher la Parole et d’annoncer Christ, mais le message de la croix est délaissé, la nature de Dieu est réduite uniquement à ce que l’homme désire entendre et la grâce n’est plus présentée dans sa pleine vérité. Certains mots bibliques, comme souffrir, repentance, crainte de Dieu, apostasie, croix, renoncement ont totalement disparu de leur vocabulaire ou ne sont prononcés exceptionnellement qu’à demie-voie ! Ils les ont remplacés par des mots beaucoup plus agréables à entendre, plus positifs, pour élever l’homme et lui permettre de reprendre confiance en sa propre chair : « confiance en soi, estime de soi, « merci d’exister », etc… » 1 Tim 4:1 Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques–uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons


Une nourriture est donnée mais elle est dépourvue de ses substances vitales. Égale à elle-même dimanche après dimanche, elle n’est pas équilibrée et a pour conséquence d'appauvrir le peuple de Dieu. Les brebis sont faibles et ne sont ni fortifiées dans leur âme et encore moins préparées à la persécution et aux souffrances du quotidien. Beaucoup trop de bergers sont devenus des chefs d’entreprise, des "businessman" et ne sentent plus l’odeur du mouton !!! Ils n’ont qu’un seul objectif : se faire un nom ! Et dans tout cela, une grande majorité de chrétiens suivent le mouvement sans s’inquiéter le moins du monde de leur avenir.


Le prophète Osée avait déjà prévenu le peuple d’Israël de ce fléau terrible, et cette prophétie reste toujours et plus que jamais d’actualité pour les chrétiens de la fin des temps :


Os 4:6 Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, Je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; Puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, J’oublierai aussi tes enfants.