Rechercher
  • L. GILMAN

JUGES 10


Verset 1 à 6

2 juges vont se succéder : Thola et Jaïr. Tant qu’il y a des juges, le pays est en paix, mais dès qu’il n’y en a plus, les enfants d’Israël abandonnent Dieu pour adorer d’autres dieux.


Sans leader, le peuple est perdu, et sa vieille nature reprend le dessus. Si des brebis se retrouvent seules sans berger, elles vont toutes s’éparpiller et se perdre. C’est pourquoi Jésus est devenu notre berger, car il nous conduit jour après jour sur le chemin de la vie éternelle. Les brebis qui appartiennent au bon et grand berger reconnaissent la voix de leur maitre et ne se perdront jamais. Il les garde et les protège et nul ne pourra les ravir de sa main. Jn 10:1414 Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent,


Verset 7 à 9

C’est Dieu qui va leur envoyer la détresse, parce qu’il est souverain et qu’il est très en colère. Dieu n’extermine plus les gens de la terre, il l’a promis à Noé, mais par contre il montre son mécontentement au peuple qu’il s’est choisi afin de les faire réagir.


Dieu est au contrôle de tout et si nous vivions des moments très difficiles à certains moments, cela peut-être pour 2 raisons : soit parce que Dieu veut nous rendre plus fort ou soit parce q’iil veut nous amener à la repentance.


Verset 10 à 14

Le peuple crie vers Dieu, mais cette fois Dieu leur répond négativement. Il ne veut plus rien faire pour eux.


Il est si facile et si commun de n’en faire qu’à sa tête et d’appeler Dieu dès que tout va mal. Dieu est bon, mais il y a des limites à ne pas dépasser. Puisque les enfants d’Israël servent d’autres dieux, alors qu’ils s’adressent à eux maintenant pour les délivrer ! Dieu n’est pas la solution de rechange quand tout va mal, il ne délivre pas les idolâtres Les idoles doivent disparaitre de nos vies, elles n’ont aucune place dans la vie d’un enfant de Dieu.


Verset 15 à 18

Le peuple d’Israël a compris et se repent.


La repentance est bien plus que des simples mots, elle exige des actes. Dieu n’intervient qu’après avoir en effet vu le changement d’attitude : ils se sont débarrassés de leurs faux dieux et ont servi le vrai Dieu.

Dieu a compassion de ses enfants et les secourt très rapidement au début de la vie chrétienne, mais lorsqu’il y a infidélité de leur part, il est parfois obligé de montrer sa colère pour leur faire comprendre leurs erreurs. Certains enfants sont beaucoup plus rebelles que d’autres et sont par conséquent, plus enclins à la correction sévère du Père. Dieu ne les secourt que lorsqu’ils sont arrivés au bout et qu’ils n’en peuvent plus, lorsqu’ils reconnaissent leurs fautes et décident de changer de cap une fois pour toutes.





3 vues