Rechercher

ÉPHÉSIENS 4




Verset 1 à 3

En tant qu’enfant de Dieu, nous avons un devoir, celui de marcher dignement dans les pas de Jésus. Et cela nous est parfaitement possible puisque nous avons reçu l’Esprit. L’amour agape, c’est à dire celui que Paul décrit en 1 Corinthiens 13 doit être la feuille de route de notre vie chrétienne. Ce ne sera pas toujours facile, mais c’est avec détermination que nous devons nous y soumettre.


Verset 4 à 6

Paul nous rappelle que si nous sommes conduits par l’Esprit de Dieu, nous marcherons tous dans la même direction. Dieu est unique, il est composé du Père, du Fils et du Saint-Esprit et si nous marchons dans ses voies, nous sommes dans la vérité. Tous les chemins ne mènent pas au ciel, comme le pensent certains, il n’y en a qu’un seul, Jésus. Tous ont la foi en quelqu’un ou en quelque chose, mais une seule foi mène au salut. Il y a une multitude d’esprits dans le monde spirituel, mais un seul détient le souffle de vie. Les groupes religieux et les sectes sont en très grands nombres, mais un seul groupe sera sauvé, le corps de Christ, c’est à dire son Eglise, l’épouse qui se prépare pour son retour.


Verset 7

Tous les élus ont un point commun, celui d’avoir été sauvés par grâce, mais tous n’ont pas reçu les mêmes dons et les mêmes talents. Tout comme le corps humain, le corps de Christ est constitué de membres différents pour pouvoir fonctionner correctement. C’est Dieu qui a choisi ses élus avant la fondation du monde, et c’est Christ qui a décidé de ce que nous serions chacun dans son corps. Si chaque enfant de Dieu doit être un témoin, chacun a cependant une mission différente.


Verset 8 à 10

Jésus est Dieu et il l’a prouvé en ressuscitant des morts. Et c’est lui qui nous équipe pour pouvoir accomplir la tâche qui nous est confiée. Nous recevons tous au moins un don, d’autres en reçoivent plusieurs, mais tous nous ne rentrerons pas dans le ministère. Jésus est descendu sur la terre pour racheter ses élus, il est monté au ciel, mais il est aussi descendu dans les régions inférieures de la terre, c’est à dire dans l’antre des démons pour leur annoncer son triomphe sur le péché, sur Satan et sur l’enfer.


Verset 11

Certains croyants sont appelés par Dieu au ministère et cela dans un seul et unique but, celui de servir les autres.


Note MacDonald :

- Les apôtres étaient des hommes qui avaient reçu de la part du Seigneur la tâche de prêcher la Parole et de fonder des Eglises. Ces hommes avaient vu le Christ ressuscité (Ac 1.22) ; ils avaient la puissance d’accomplir des miracles (2Co 12.12) afin de confirmer le message qu’ils prêchaient (Hé 2.4). Ensemble avec les prophètes du N.T., leur ministère consistait premièrement en la fondation de l’Eglise (Ep 2.20). Les apôtres dont il est question dans ce passage ne sont que ceux qui furent apôtres après l’ascension de Christ.

- Les prophètes étaient les porte-parole de Dieu. Ils reçurent des révélations directes de la part du Seigneur et les communiquaient à l’Eglise. Ce qu’ils disaient sous l’inspiration du Saint-Esprit était la Parole de Dieu.

Dans ce sens premier, nous n’avons plus d’apôtres et de prophètes. Leur ministère prit fin une fois que la fondation de l’Eglise et le canon du N.T. furent achevés. Nous avons déjà souligné que Paul parle ici des prophètes du N.T. ; Christ les donna après son ascension. Croire qu’il s’agit de prophètes de l’A.T. introduit des difficultés et des absurdités dans ce passage.

- Les évangélistes sont ceux qui prêchent la bonne nouvelle du salut. Ils sont spécialement habilités à gagner des perdus pour Christ. Ils ont une capacité particulière de discerner la condition d’un pécheur, de sonder sa conscience, de répondre à des objections, d’encourager des décisions pour Christ et d’aider le converti à trouver de l’assurance par la Parole. Les évangélistes devraient être envoyés par l’Eglise locale, prêcher au monde, puis mener leurs convertis à une Eglise locale où ils seront nourris et encouragés.

- Les pasteurs sont des hommes qui servent comme des bergers soumis au Souverain Berger des brebis. Ils conduisent et nourrissent le troupeau. Leur ministère consiste à conseiller avec sagesse, corriger, encourager et consoler.

Le ministère des pasteurs est étroitement lié à celui des anciens de l’Eglise locale, à la différence près que le pasteur est un don alors que l’ancien est une fonction. Le N.T. donne l’image de plusieurs pasteurs dans une Eglise locale (Ac 20.17, 28; 1P 5.1, 2) plutôt que d’un seul pasteur ou d’un ancien qui préside.

- Les docteurs sont des hommes qui sont divinement habilités à expliquer et interpréter le contenu de la Bible, puis à l’appliquer au cœur et à la conscience des saints. Alors que l’évangéliste pourra prêcher l’Evangile à partir d’un texte pour ainsi dire hors contexte, le docteur cherchera à montrer la relation du passage avec le contexte.

Du fait que les pasteurs et docteurs sont nommés ensemble dans ce verset, certains en concluent qu’il s’agit d’un seul don, de celui de « pasteur-docteur ». Mais cela ne découle pas forcément du texte. Un docteur n’aura pas nécessairement le cœur d’un berger. De même, un pasteur peut être capable d’utiliser la Parole sans avoir le don spécifique de l’enseignement. Si pasteurs et docteurs visent une même personne ici au v. 11, il faudrait, par la même règle grammaticale, qu’il en soit ainsi aussi pour les apôtres et les prophètes, selon Ep 2.20.

Un mot pour conclure. Il nous faudrait bien distinguer entre les dons divins et les talents naturels. Aucun inconverti, même très doué, ne pourrait jamais être évangéliste, pasteur ou docteur dans le sens du N.T. Il en va de même pour le chrétien qui n’aurait pas reçu le don en question. Les dons du Saint-Esprit sont surnaturels. Ils rendent un homme capable de faire ce qu’il n’aurait jamais pu faire de son propre chef.


Verset 12 à 15

Les ministères ont tous une fonction différente et ensemble, ils permettent au corps d’être unis et de croitre. Paul énonce ici le but de ces ministères :

  • Perfectionner les saints

  • Les unir dans la foi

  • Leur faire connaitre Jésus

  • Les amener à la maturité

  • Et devenir parfait comme Christ lui-même

C’est le programme de toute une vie, aussi bien pour le ministre que pour le saint. Et c’est pourquoi un seul homme ne peut y arriver, c’est le corps dans son ensemble qui se relaie. Un enfant a besoin d’être éduqué, accompagné, corrigé, instruit, aimé et entouré afin de devenir adulte et de pouvoir à son tour, aider les plus jeunes.

Nous ne sommes pas sauvés dans un but égoïste, mais pour, à notre tour, sauver les autres et les conduire dans le chemin de la sanctification. Chaque chrétien est un maillon et ensemble nous formons une chaine indestructible. Nous avons besoin les uns des autres, c’est pourquoi nous devons nous unir est ne pas rester seuls dans notre coin.

Il est vrai que l’apostasie des derniers temps fait fuir beaucoup de chrétiens authentiques des lieux de cultes traditionnels, car la vérité n’y est plus enseignée et certains ministères sont tièdes. Le péché est toléré, les fausses doctrines circulent, la croix n’est plus prêchée, la repentance et le renoncement sont abandonnés du message et le retour de Jésus n’est jamais mentionné. Mais le corps de Christ est partout, et Dieu trouvera toujours le moyen pour envoyer de l’aide à ceux qui sont perdus et ne savent plus où aller. Le but de Dieu est de perfectionner ses enfants et de les amener à la pleine maturité. Et si nous le voulons à notre tour, il nous conduira dans les lieux ou vers les personnes dont nous avons besoin.


Verset 16

L’Église croît et se développe pour plusieurs raisons :

Premièrement, elle s’appuie sur Christ. Il est le cep et chacun des membres est un sarment.

Deuxièmement, l’ensemble des membres forment le corps et aucun membre n’est sans importance. Tous ont une fonction précise dans le royaume, et personne ne doit être laissé de côté ou rejeté.


Verset 17 à 19

« Vous ne devez plus », ce n’est pas un conseil, mais un ordre. La nouvelle naissance nous transforme et nous détourne totalement de l’ancienne vie. Notre fonctionnement n’est plus le même, parce que nous avons changé de Maître. Si autrefois nous servions le mal, depuis que nous avons reçu le baptême de la régénération, nous servons le bien. Nos aspirations, nos objectifs ne sont par conséquent, plus les mêmes. Nous ne vivons plus pour nous, mais pour Christ, parce qu’il nous a rendu la vue et que nous vomissons notre vie passée.


Verset 20 à 24

Appartenir à Christ ne doit pas être une simple confession, cela doit se voir dans la vie de tous les jours. Le véritable enfant de Dieu ne vit plus du tout comme avant sa conversion, son regard a changé sur le monde et sur lui-même. Il n’a plus qu’un seul souhait : plaire à son Dieu. Cependant, malgré le nouveau coeur que Dieu lui a donné, il continue toujours à lutter contre sa chair, qui veut reprendre sans cesse ses droits, c’est pourquoi, il doit, par sa propre volonté, se dépouiller du vieil homme de manière continue, pour laisser régner l’Esprit en lui.

L’Esprit Saint est présent en chaque enfant de Dieu, mais il règne plus ou moins en fonction de chacun. Comme Jean Baptiste le disait « Il faut qu’il croisse et que je diminue » Jn 3:30 et cela jusqu’à ce que nous puissions dire « ce n’est plus moi qui vit, c’est Christ qui vit en moi » Gal 2:20. C’est le travail de toute une vie pour y parvenir, mais nous ne sommes pas seuls, l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, il nous assiste en nous donnant le vouloir et le faire et renouvelle notre intelligence. En Christ, nous sommes des nouvelles créatures, les choses anciennes sont passées et toutes sont devenues nouvelles 2. Cor 5:17.


Verset 25 à 31

À partir de là, Paul énonce tout ce qu’un enfant de Dieu doit abandonner définitivement : le mensonge, la colère, le vol, les mauvaises paroles, l’amertume, les disputes, les cris, les discours injurieux et la méchanceté.

Tout est à l’impératif, ce qui indique par conséquent un ordre et non une simple recommandation.

Le verset 31 affirme que tout ceux qui appartiennent à Dieu ont reçu le sceau de Dieu définitivement, c’est pourquoi, Le Saint-Esprit ne quittera jamais l’enfant de Dieu, comme certains peuvent le croire, mais il peut être attristé pour un temps dés lors que le chrétien n’agit pas convenablement. Paul ne fait que répéter ce qu’il a dit dès le départ de cette lettre « En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Evangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire. » Eph 1:13

Le sceau est indélébile et ne peut être enlevé. Il prouve notre appartenance à Christ dans les lieux célestes. Celui qui en a été marqué n’a plus envie de repartir en arrière, au contraire, il avance vers la sainteté et même s’il chute et rechute, il se relève à chaque fois et termine la course avec la force du Seigneur et l’assistance du Saint-Esprit.


Verset 32

Le mot d’ordre pour un authentique chrétien : aimer son prochain.


2 vues