Rechercher
  • Daniel GILMAN

LE COUPLE SELON DIEU - Partie 2 : "LA PLACE DE L'HOMME ET DE LA FEMME"




Nous abordons ici, un sujet très important pour bien comprendre que si les conjoints ne sont pas à leur place, l’équilibre conjugal va basculer vers l’anarchie. Le désordre s’installera rapidement vers une relation de plus en plus conflictuelle et insupportable.


Nous venons de voir que l’homme et la femme ne formaient qu’un seul corps, cela doit nous interpeler sur leur place respective.


Si ils ne forment qu’un seul corps :


> Il sont unis, non par un contrat mais par une alliance

> Ils sont indissociables et rien ne peut les diviser

> Il ne vivent plus pour eux mêmes mais pour le corps



A - LA PLACE DE L'HOMME ! (du mari)


La place de l’homme dans la dimension spirituelle est très claire, il est celui qui doit être soumis à la volonté de Dieu et de fait, ne plus agir selon la chair mais selon l’Esprit.


Romain 8:14 En effet, tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez pas reçu un esprit d’esclavage pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel, nous crions « abba ! PERE ! »


La femme ayant été tirée de la côte de l’homme, ce dernier est donc en première ligne, puisqu'il est le chef spirituel du foyer. Cette position n’a rien de hiérarchique bien entendu, mais elle implique l’homme dans une responsabilité qu’il doit assumer, d’une part avec Dieu et ensuite avec l’autre partie du corps (L’unité du corps qui ne fait qu’un), qui est la femme.


J’aimerai être clair selon la parole de Dieu, sur le fait que si l’homme et la femme ne forment qu’un seul corps, il ne peut y avoir un dominant et un dominé mais tout simplement un tout. (Un corps)


L’homme ne peut être à la fois le dominant et le dominé de lui-même !

L’homme est soumis à Dieu, puisqu’il est le vase et Dieu le potier ! En se laissant façonner par Dieu, il prend la forme que Dieu veut et il est une bénédiction pour tout le corps, puisqu’il est purifié et sanctifié. Il peut à son tour purifier et sanctifier son épouse comme nous venons de le voir précédemment; il n’est pas un obstacle pour que son épouse vive une pleine relation avec le Seigneur. IL EST UN ADORATEUR INCONDITIONNEL DE DIEU !


L’homme est un disciple et par sa discipline, son engagement, sa soumission, sa foi, sa crainte de Dieu, il est une source de bénédiction pour son épouse. Elle le respecte car il n’impose pas une domination humaine, machiste sur elle, mais il est un guerrier du Royaume, assurant l’équilibre du corps avec amour et droiture sans jamais se compromettre à ce qui détourne de la voie divine. Elle se sent extrêmement protégée, reconnue et aimée de son conjoint qui est pour elle un exemple de soumission à Dieu !


L’homme est aussi un frère en Christ, sur qui elle peut compter pour prier, louer et méditer la Parole de Dieu. Il est un gardien du jardin qui cultive la parole de Dieu et protège son épouse qui ne lui est pas soumise de façon primaire, mais qui sera sous son aile vaillante afin de la protéger et de l’élever toujours plus haut. Il ne fait jamais porter à son épouse les fardeaux qu’elle ne doit pas porter.


L’homme est un père, avec un coeur pour Dieu qui par son attitude, transmet à leurs enfants, la clef de la vie Eternelle, qui est anti-religieuse et pleinement relationnelle avec Jésus, pas seulement comme sauveur mais surtout comme Seigneur ! Sa discipline devant Dieu est un exemple pour les enfants qui auront de leur papa la plus haute estime. Transmettre, voilà le mot d’ordre de Dieu pour nos enfants….


La femme est l’oeil spirituel de l’homme, elle voit ce qu’il n’entend pas et ne voit pas. Voilà pourquoi elle est une aide précieuse pour l’homme !! Je prie pour que nous, les hommes cessions d’être sourds et aveugles de notre moitié. C’est cela qui nous rend boiteux ! Et pire, c’est ce qui entraine également notre tendre épouse à boiter aussi !!


L’homme est anti-religieux, il est un homme de foi qui ne cherche pas à être sauvé par les oeuvres. Le salut au mérite n’est pas le plan de Dieu ! Il est un exemple de conduite dans l’application de la Parole de Dieu, par la foi et les fruits de l’Esprit, ne cherchant qu’à laisser Dieu s’exprimer en lui et non le contraire. Il ne cherche jamais à faire ses oeuvres en Dieu, mais à laisser pleinement Dieu faire ses oeuvres en lui !


L’homme est le garant de l’ordre divin ! Dieu est à la première place en toutes choses. C’est non négociable, le mari est le serviteur de son épouse et l’exemple pour ses enfants. Il ne fait jamais passer son travail, ses désirs avant le seigneur. Le passé est mort et les passions de sa jeunesse avec, comme l’apôtre Paul le recommande à Timothée.


Genèse 2:5 « L’Eternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour qu’il le cultive et le garde. » L’homme est le jardinier de la maison, L’homme prend soin du jardin qui produit tous les fruits pour nourrir sa famille et glorifier Dieu. Il est celui qui permettra à l'Esprit d'arroser son foyer et à travers lui, la main du Seigneur pourvoira aux besoins de la famille !

L’homme est le berger du foyer qui fait reposer dans les verts pâturages et conduit vers les eaux paisibles. Psaume 23 ; L’homme, étant rempli du saint Esprit, l’épouse reçoit les fruits de l’Esprit, qu’elle prend plaisir à manger. Son panier de fruits est rempli par Dieu aussi au travers de son époux, qui prend soin qu’elle ne manque de rien.


Voilà ce que chaque époux doit rechercher dans sa relation avec Dieu et son épouse. Ce sont les années de relation intime avec le seigneur qui façonnent le coeur des maris pour la gloire de Dieu et le bonheur du couple !



B - LA PLACE DE LA FEMME (de l’épouse)


Prov 31:10-31 Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie. Elle se procure de la laine et du lin, Et travaille d’une main joyeuse. Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin. Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, Et elle donne la nourriture à sa maison Et la tâche à ses servantes. Elle pense à un champ, et elle l’acquiert ; Du fruit de son travail elle plante une vigne. Elle ceint de force ses reins, Et elle affermit ses bras. Elle sent que ce qu’elle gagne est bon ; Sa lampe ne s’éteint point pendant la nuit. Elle met la main à la quenouille, Et ses doigts tiennent le fuseau. Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l’indigent. Elle ne craint pas la neige pour sa maison, Car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, Elle a des vêtements de fin lin et de pourpre. Son mari est considéré aux portes, Lorsqu’il siège avec les anciens du pays. Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand. Elle est revêtue de force et de gloire, Et elle se rit de l’avenir. Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; Son mari se lève, et lui donne des louanges: Plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; Mais toi, tu les surpasses toutes. La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine ; La femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée. Donnez-lui du fruit de son travail et qu’aux portes de la ville ses oeuvres fassent son éloges.


La parole de Dieu parle de la femme vertueuse, bien mieux qu’aucun homme sur cette terre. Il est évident également et sans chercher à choquer nos épouses, qu’aucune femme sur terre n’est parfaite comme le décrivent ces proverbes. Mais une femme qui a donné son coeur au Seigneur, a le désir et je le sais pour le connaitre et le vivre, que ces épouses ont l’objectif de tendre vers cette perfection.


Je ne puis m’empêcher de citer Ruth qui est certainement l’exemple presque parfait de la femme vertueuse. Et je vous invite à lire et relire ce livre qui définit le merveilleux coeur de la femme selon Dieu. Je dis bien selon Dieu, car en dehors de la Sainteté de Dieu et de la nouvelle naissance, le stéréotype féminin de notre société produit la compétition avec l’homme, le mouvement féminisme, en passant par la femme objet et le commerce du corps ne fait que salir la beauté et la perle qu’est la femme pour Dieu ! Notre épouse est bien plus qu’une perle et elle est UNIQUE !


Alors si nous reprenons ces versets, nous constatons que la place de la femme pour Dieu, en priant qu’elle le soit pour tous les maris, enfants de Dieu sur cette terre, est synonyme des 20 attributs suivants. Elle est :


> BIEN PLUS QU’UNE PERLE

> LA CONFIANCE DONT IL A BESOIN

> LE BIEN ET NON LE MAL

> UN VIS A VIS QUI AFFIRME SES OPINIONS DANS LE SENS DE L’UNITE

> LA CONSTANCE, LA JOIE DANS LA PRATIQUE DE LA PAROLE DE DIEU

> LA JOIE

> LA PAROLE QUI NOURRIT

> LE SOUTIEN DANS L’EPREUVE

> LA DETERMINATION

> LA FORCE

> LA PERSEVERANCE

> UNE LUMIERE

> LE COURAGE

> LA BONTE ET LA GENEROSITE

> LE SOLDAT LOYAL AU COMBAT

> LA PREVOYANCE

> L’ESPERANCE

> LA PAROLE DE SAGESSE

> L’INTENDANTE DE LA MAISON

> UN EXEMPLE


Ne l’oublions pas, la femme est le coté féminin de Dieu ….


C’est elle qui porte la vie et la donne à l’homme ici-bas. Sa mission est de porter la vie, de mettre au monde, de nourrir, d’élever et de protéger ses enfants. Sa mission est ce que Dieu exerce pour l’être humain, concernant son côté féminin. Sans la femme, il n’y aurait pas d’hommes sur terre et tout homme, sort du ventre de sa mère (De la femme).

Tout homme a été porté par une femme, ce qui la place comme l’élément clef de la nature humaine, ce qui atteste parfaitement que l’homme et la femme ne font qu’un. Le femme de son côté ne pourrait enfanté sans l’homme, il sont indissociables.


L’acte d’amour d’un homme et d’une femme d’ailleurs, c’est bien 2 qui au final 9 mois plus tard ne font qu’un. C’est le miracle de Dieu et non les mathématiques ou la science qui crée la vie.


La place de la femme représente tout ce que l’homme n’a pas dans sa conception. Si l’homme doit être l’oreille de la femme, elle est son oeil de coeur, celle qui verra ce qu’il ne voit et n’entend pas ou ne veut pas entendre.

L’épouse doit avoir du caractère, pour dire à son époux : "stop ! tu te trompes" ou au contraire l'encourager : "vas-y n’aies pas peur !". L’époux doit accepter cela, c’est le bon équilibre. La femme est son vis à vis, pas sa carpette (pardonnez-moi l’expression). La femme participe aux décisions qui sont toujours prises en commun, pour maintenir le corps en bonne santé et respecter la place de chacun.


La place de la femme est d’être l’intendante et la gestionnaire des biens, de la maison, du foyer.

L’homme doit être le rémunérateur financier selon la bible. Notre société moderne a modifié cela mais la parole reste la parole. Et chacun doit être à sa place.


La place de la femme, c’est d’être la merveilleuse maman, si l’homme est au travail et ne peut s’occuper des enfants. S'ils travaillent tous les deux, les tâches seront alors en fonction de ce que chacun doit apporter aux enfants dans son rôle de mère ou de père ! Mais le mari, en aucun cas, ne doit laisser son épouse tout mener de front ! Si c’est le cas, l’épouse ne doit pas l’accepter et le mari doit se remettre en cause. L’ordre divin doit être respecté.


La place de la femme est de soutenir son mari afin qu’il entretienne une bonne santé spirituelle tout autant que lui la conduit à la Sainteté. Sa relation avec Dieu est très étroite pour mener à bien sa mission d’épouse pour la gloire de Dieu. Chacun élève l’autre !


La place de la femme est d’être une soeur avec qui elle partage la parole de Dieu au sein du foyer avec son époux (son frère en Christ). Elle n’est pas simplement l’épouse, la mère, elle est une combattante du Royaume au côté de son mari, pour affronter les épreuves. Elle, comme lui, ne se reposent jamais l’un sur l’autre, mais toujours sur Dieu, justement pour éviter de faire porter à l’autre un fardeau qui n’est pas le sien.


En conclusion, la place de la femme consiste à être l’aide précieuse de l’homme. Elle lui apportera ce qu’il ne produit pas lui-même. Elle est la partie féminine de Dieu que l’homme est incapable de réaliser. Son soutien, sa nature combattante, sa force, son discernement, sa foi, la confiance qu’elle procure sont une valeur inestimable et indispensable à son époux. Ne l’oublions pas, pour ne faire qu’un il faut être 2 et c’est en cela que l’homme sans son épouse n’est pas un homme complet.


Daniel Gilman




#couples #paix




160 vues