Rechercher
  • L.GILMAN

GENÈSE 46



Verset 1

Jacob va ainsi partir avec tout ce qu’il possède, c'est à dire femmes, enfants, serviteurs et bétails. Il offre des sacrifices à Dieu là où Agar s’est égaré et là où son grand père, Abraham a planté des tamariscs, suite à l’alliance qu’il avait traité avec Abimélec. Gen 21:33 Abraham planta des tamariscs à Beer–Schéba ; et là il invoqua le nom de l’Eternel, Dieu de l’éternité.


Verset 2 à 4

Jacob quitte l’endroit où Dieu lui avait demandé de s’établir. Cette terre était normalement pour lui et sa descendance, mais voilà qu’il doit à nouveau tout quitter, qu’en adviendra-t-il ?

Dieu sait que Jacob se pose toutes ses questions, c’est pourquoi, il lui parle et le rassure dans une vision nocturne que l’on pourrait considérer comme un songe. Jb 33:15 Il parle par des songes, par des visions nocturnes, Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil, Quand ils sont endormis sur leur couche.


La promesse de Dieu ne s’arrête pas, l’Egypte fait parti de ses plans. Abram savait que sa descendance serait asservie pendant 400 ans, mais s’en en connaitre la période exacte et le lieu où ils iraient. Gen 15:13 Et l’Eternel dit à Abram : Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux ; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans. Mais je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, et ils sortiront ensuite avec de grandes richesses.


Jacob reçoit malgré tout la promesse qu’il remontera à Canaan et qu’il y sera enterré par son fils qu’il pensait mort depuis 22 ans. Gen 50:5 Mon père m’a fait jurer, en disant: Voici, je vais mourir ! Tu m’enterreras dans le sépulcre que je me suis acheté au pays de Canaan. Je voudrais donc y monter, pour enterrer mon père ; et je reviendrai.


Verset 5 à 7

Jacob reprit le chemin vers l’Egypte avec tout ce qu’il possédait. Rien ne resta à Béer Shéba.


Verset 8 à 27

La famille de Jacob représente 66 personnes au total, sans compter ses femmes encore en vie et les femmes de ses fils. A cela il faut rajouter Joseph et ses fils, ainsi que Jacob lui-même, ce qui fait un total de 70 personnes issues de la descendance directe d’Abraham et d’Isaac.


Dans les actes, il est noté qu’ils étaient 75 personnes (sans compter Joseph et ses fils, c’est à dire 3 de moins). Peut-être la différence se fait-elle par rapport aux filles, à part Dina, qui ne sont pas mentionnées ? Il y en aurait donc 2 à rajouter dans le dénombrement de la genèse. Act 7:14 Puis Joseph envoya chercher son père Jacob, et toute sa famille, composée de soixante–quinze personnes.


Verset 28 à 29

Quelle rencontre merveilleuse et émouvante que cela dut être ! Jacob retrouve le fils qu’il pensait mort depuis plus de 22 ans. Ce n’est plus un adolescent, mais un homme, et qui plus est un homme important. Quant à Joseph, il retrouve son père qui est à présent un vieil homme.


Verset 30

Israël est rassuré, son fils est toujours vivant, c’est pourquoi il peut mourir en paix maintenant.


C’est exactement ce qu’a dit quelques siècles plus tard, Siméon lorsqu’il vit Jésus et le présenta au Seigneur Lc 2:29-30 Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur S’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut,


Au delà d’un fils, Jacob a vu le sauveur de sa famille, celui qui a été utilisé pour sauver un peuple tout entier. C’est ce que nous vivons également lorsque nous rencontrons le Seigneur, nous sommes rassurés et savons que nos jours ne sont plus en danger, car la vie éternelle nous attend. Peu importe l’âge que nous avons, nous avons la paix et quoi qu’il puisse arriver, nous savons où nous allons.


Verset 31 à 34

Joseph connait parfaitement les égyptiens, c’est pourquoi il dit à sa famille ce qu’ils devront dire au pharaon. Ils sont bergers depuis toujours, c’est pour cette raison qu’ils devront demeurer dans un endroit retiré pour leur bétail et parce qu'il ne doivent pas être en contact avec les égyptiens.


Ce sont des bergers et c'est ce qu'ils sont depuis des générations. Abel était berger, et depuis Abraham, père et fils le sont devenus aussi.


Nous sommes nous aussi un peuple de bergers, nous sommes appelés à paitre les brebis, c’est à dire à prendre soin des âmes. Nous n’avons pas tous les mêmes fonctions, mais que l’on soit évangéliste, prophète, pasteur, diacre ou simple serviteur, nous avons tous pour préoccupation les âmes. Que l’on ait 1 ou 1000 âmes à nous occuper, nous sommes quelques part tous des bergers qui avons au moins 1 brebis sous notre aile.

16 vues